%{search_type} search results

56,703 catalog results

RSS feed for this result
Book
xvi, 476 pages : illustrations ; 22 cm
"New York City painter Duncan Hannah's TWENTIETH CENTURY BOY: NOTEBOOKS FROM THE SEVENTIES, an account of his life amid the city's glamorous demimondes in their most vital era as an aspiring artist, roaring boy, dandy, cultural omnivore and far-from-obscure object of desire"-- Provided by publisher.
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
xiii, 351 pages : illustrations, map ; 24 cm
  • Preface Principal Persons Introduction 2231 Blenheim St., Vancouver Camp 506, Big Bend Road, Near Revelstoke Camp 376, Tappen Camp 378, Notch Hill 2231 Blenheim St., Vancouver Afterwards ... Appendix-- Further Reading-- Index.
  • (source: Nielsen Book Data)9780774834988 20180423
This book will appeal to anyone interested in the lives of Canadian artists, the Great Depression, BC history, art history, labour history, or narratives of disaffected youth.
(source: Nielsen Book Data)9780774834988 20180423
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
xiv, 202 pages : illustrations (some color) ; 25 cm
  • Foreword Illustrations [Dedication] Part 1 I Introduction II Early Life and Education III The British School at Rome 1928-30 IV England 1930-39 V World War II VI Post-War [Dedication] Part II VII Remembering Him VIII Beginnings and the National Museum of Wales IX Jarlshof: A Work in Progress X Twenty-Five Years A Finding List Bibliography Acknowledgements/Picture Credits Index.
  • (source: Nielsen Book Data)9781785707407 20180403
Alan Sorrell's archaeological reconstruction drawings and paintings remain some of the best, most accurate and most accomplished paintings of their genre that continue to inform our understanding and appreciation of historic buildings and monuments in Europe, the Near East and throughout the UK. His famously stormy and smoky townscapes, especially those of Roman Britain, were based on meticulous attention to detail borne of detailed research in collaboration with archaeologists such as Sir Mortimer Wheeler, Sir Cyril Fox and Sir Barry Cunliffe, who excavated and recorded his subjects of interest. Many of his reconstructions were commissioned to accompany visitor information and guidebooks at historic sites and monuments where they continue to be displayed. But archaeological subjects were not his only interest. His output was prodigious: he painted murals, portraits, imaginative and romantic scenes and was an accomplished war artist, serving in the RAF in World War II. In this affectionate but objective account, Sorrell's children, both also artists, present a brief pictorial biography followed by more detailed descriptions of the genesis, research and production of illustrations that demonstrate the artist's integrity and vision, based largely on family archives and illustrated throughout with Sorrell's own works. So influential were Sorrell's images of Roman towns such as London, Colchester, Wroxeter, St Albans and Bath, buildings such as the Heathrow temple and the forts of Hadrian's Wall, that he became known as the man who invented Roman Britain.
(source: Nielsen Book Data)9781785707407 20180403
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
224 pages : illustrations (chiefly color), portraits (chiefly color) ; 27 cm
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
xiv, 191 pages, 8 unnumbered pages of plates : illustrations (some color) ; 26 cm.
  • Table of Contents List of Illustrations Acknowledgments Introduction Opening the Space Between: Antebellum American Pendant Paintings Chapter 1 Putting the "Rip" in Rip Van Winkle: Historical Absence in John Quidor's Companion Paintings Chapter 2 Taking a Contemplative Look: Visual Devotion in Thomas Cole's Departure and Return Chapter 3 The Missing Pacific: The Expeditionary Blank in Titian Ramsay Peale's Kilauea Landscapes Epilogue After the Antebellum: Pendants during the Civil War and Postbellum Era Works Cited.
  • (source: Nielsen Book Data)9781472475589 20171106
Antebellum American Pendant Paintings: New Ways of Looking marks the first sustained study of pendant paintings: discrete images designed as a pair. It opens with a broad overview that anchors the form in the medieval diptych, religious history, and aesthetic theory and explores its cultural and historical resonance in the 19th-century United States. Three case studies examine how antebellum American artists used the pendant format in ways revelatory of their historical moment and the aesthetic and cultural developments in which they partook. The case studies on John Quidor's Rip Van Winkle and His Companions at the Inn Door of Nicholas Vedder (1839) and The Return of Rip Van Winkle (1849) and Thomas Cole's Departure and Return (1837) shed new light on canonical antebellum American artists and their practices. The chapter on Titian Ramsay Peale's Kilauea by Day and Kilauea by Night (1842) presents new material that pushes the geographical boundaries of American art studies toward the Pacific Rim. The book contributes to American art history the study of a characteristic but as yet overlooked format and models for the discipline a new and productive framework of analysis focused on the fundamental yet complex way images work back and forth with one another.
(source: Nielsen Book Data)9781472475589 20171106
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
xiv, 269 pages : illustrations (some color) ; 27 cm
  • Contents List of Illustrations Acknowledgments List of Abbreviations Introduction 1 John's Apocalypse and Its Interpretation 2 The First Illustrated Apocalypses 3 Beatus Apocalypses and Spanish Monasticism 4 The Apocalypse Allegorized, Moralized, and Historicized 5 The Epitome of Apocalypse Illustration: The Anglo-French Tradition 6 The Apocalypse at the End of the Middle Ages Conclusion Notes Bibliography Index of Manuscripts Index of Biblical References General Index.
  • (source: Nielsen Book Data)9780271078656 20180403
With its rich symbolism, complex narrative, and stunning imagery, the Apocalypse, or Revelation of John, is arguably the most memorable book in the Christian Bible. In Apocalypse Illuminated, Richard Emmerson explores how this striking visionary text is represented across seven centuries of medieval illustrations. Focusing on twenty-five of the most renowned illustrated Apocalypse manuscripts, from the earliest extant Carolingian ones produced in the ninth century to the deluxe Apocalypse made for the dukes of Savoy and completed in 1490, Emmerson examines not only how they illustrate the biblical text, but also how they interpret it for specific and increasingly diverse audiences. He discusses what this imagery shows us about expectations for the Apocalypse as the year 1000 approached, its relationship to Spanish monasticism on the Christian-Muslim frontier and to thirteenth-century Joachimist prophetic beliefs, and the polemical reinterpretations of Revelation that arose at the end of the Middle Ages. The resulting study includes historical and stylistic comparisons, highlights innovative features, and traces iconographic continuities over time, including the recurring apocalyptic patterns, events, figures, and motifs that characterize Apocalypse illustrations throughout the Middle Ages. Gorgeously illustrated and written in lively and accessible prose, this is a masterful analysis of over seven hundred years of Apocalypse manuscripts by one of the most preeminent scholars of medieval apocalypticism.
(source: Nielsen Book Data)9780271078656 20180403
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
287 pages : illustrations (chiefly color) ; 25 cm
SAL3 (off-campus storage)
Book
xlviii, 395 pages, 4 unnumbered pages of plates : illustrations (chiefly color) ; 25 cm
  • Vorwort
  • Ein Waldbruder und die Schutzherrin Luzerns : das Mittelbild und die Sinnbilder gegen Norden
  • Das Heilige Häuschen und ein römischer Märtyrer : die Sinnbilder gegen Westen
  • Kaspar Meglinger und der Bilderhimmel von 1654 : die Sinnbilder gegen Süden
  • Ohne Ende : die Sinnbilder gegen Osten
  • Die Sinnbilder an der Orgelempore
  • Anhang
  • Literaturverzeichnis
  • Register.
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
139 pages : illustrations (chiefly color) ; 31 cm
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
96 pages : illustrations (chiefly color) ; 25 cm
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
254 pages, 224 pages of plates : illustrations (chiefly color), facsimiles ; 31 cm.
"Eines der prachtvollsten Zeugnisse burgundischer Buchkultur wird seit 1967 in der Preußischen Staatsbibliothek zu Berlin aufbewahrt. Der sogenannte Breslauer Froissart wurde gegen 1468 von dem burgundischen Hofschreiber David Aubert für Anton von Burgund, den illegitimen Sohn des Burgunderherzogs Philipp, geschrieben und im Anschluss von einer der bedeutendsten Künstlerpersönlichkeiten der Zeit, Lieven van Lathem, sowie zwei weiteren Werkstätten illustriert. Mit 224 Miniaturen übertrifft das vierbändige Werk in seiner Bildfülle jedes weitere Exemplar von Jean Froissarts Chroniken und beweist somit den mit ihm verbundenen Ehrgeiz. Der eindrucksvolle Befund weckt das Interesse für Stellenwert und Funktion historischer Bilderhandschriften am Hof der burgundischen Herzöge. Methodische Ansätze der Geschichtswissenschaft, die sich seit langem mit spätmittelalterlichem Geschichtsbewusstsein befasst, werden für die kunsthistorische Analyse des Bildprogramms einer Chronik des Hundertjährigen Krieges nutzbar gemacht. Gesucht sind Zeichen einer speziell auf den Auftraggeber ausgerichteten Präsentation der historischen Wirklichkeit"--Back cover.
SAL3 (off-campus storage)
Book
113 pages : color illustrations ; 36 cm
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
197 pages : illustrations (chiefly color) ; 28 cm
  • Avant-propos -- Le sort des Roms et des Sintis autrichiens à l'époque de la Shoah -- L'enfer transfiguré -- Avec un regard de petite fille -- La nécessité du témoignage -- Quand on roulait -- La traque -- Auschwitz, 31 mars 1943-juin 1944 -- Ravensbrück, juin-décembre 1944 -- Bergen-Belsen, janvier-15 avril 1945 -- Retour à la vie -- Marie.
"L'exposition de la Maison rouge réunit pour la première fois en France plus de cent cinquante oeuvres de l'artiste rom Ceija Stojka, née en Autriche en 1933. Déportée à l'âge de dix ans, elle survit à trois camps de concentration, Auschwitz-Birkenau, Ravensbrück et Bergen-Belsen. C'est à cinquante-cinq ans, qu'elle rompt le silence et se lance dans un fantastique travail de mémoire, lequel donne naissance à plusieurs récits et à plus d'un millier d'oeuvres, encres, gouaches et acryliques sur toile ou papier, alors qu'elle est autodidacte. Elle devient ainsi la première femme rom rescapée des camps de la mort à témoigner de son expérience concentrationnaire, contre l'oubli et le déni, contre le racisme anti-rom ambiant en Autriche et en Europe. L'ensemble de ce qu'elle laisse à sa mort en 2013, donne la sensation d'un grand journal sans chronologie, où peintures et écrits, s'entremêlent pour restituer les souvenirs cauchemardesques d'une enfant sur ce qu'on appelle Samudaripen ou génocide tsigane. Ce catalogue, réalisé à l'occasion de l'exposition, s'attache à restituer fidèlement l'esprit de l'artiste, sa singularité, sa force de vie et dévoile un travail pictural hors du commun."--Page 4 of cover.
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
186 pages ; 22 cm.
  • Prologue -- Les trois perspectives du désir -- Dans la vérité du désir créateur de Cézanne -- D'un désir aveugle à celui d'immédiates vérités -- Peinture, littérature et philosophie -- La vérité d'une logique aérienne et colorée des sensations -- Une esthétique des sensations transposées, de la simplicité et des désirs réalisés -- Désirs de vérités profondes, transposées et charnelles -- Percevoir -- Le motif -- La vision d'un chaos irisé -- Les événements du sentir et les synthèses de l'imagination -- Réserves, déploiement des touches et sauts des sensations -- Transposer -- D'authentiques tâtonnements -- De la nuit vers une lumière neutre -- Le dessin et les couleurs -- Les couleurs expriment les profondeurs du monde et du cerveau de l'homme -- La lumière exprimée par les couleurs -- Vérités des profondeurs -- Les manifestations du désir -- La violence du désir et l'inconscient corporel -- Les fantasmes du désir charnel -- Les variations symboliques du désir -- De la femme rêvée à la femme réalisée -- Les images en leurs vérités structurées et transversales -- De possibles vérités -- Des paysages humanisés et spiritualisés par le désir de vérité -- Des visions transversales et en devenir -- Créer un espace logique qui réalise sur nature -- Le désir d'harmonie -- Vers quel équilibre des structures et des couleurs ? -- Des événements picturaux -- Dans la vigueur d'un tempérament créant à la fois sa propre distance et 'son désir de sérénité -- Des natures mortes intemporelles et vibrantes de vitalité -- De simples portraits presque présents -- Composer un monde vrai et harmonieux -- Analogies -- L'amour de la nature -- Une ouverture singulière du désir sur l'infinité de la Nature -- Les élévations du désir et la montagne Sainte-Victoire -- La réalité de la Nature -- Le voile de l'interprétation et l'harmonie -- Une vérité picturale parallèle à la Nature qui en réalise la puissance -- Sublimer -- Des Baigneuses en leur aérienne densité -- Des désirs sublimés -- L'image d'un philosophe -- Une harmonie naturelle, modulée, claire et spirituelle -- La vision d'images simples en des instants apaisés et quasi éternels -- Epilogue -- Le bonheur et la clairvoyance de Cézanne -- Une esthétique plus classique que romantique -- Des vérités en perspectives -- Index des noms.
"L'art de Cézanne exprime un vigoureux et exaltant désir de vérité qui le rattache à la nature. Il dépasse pour cela les données du monde en rapportant les forces obscures de la sensibilité aux lumières d'une logique aérienne et colorée qui exclut toute sophistication. Cette peinture a ainsi transfiguré les naissantes et confuses vibrations des choses en fonction des sensations colorantes et des structures du monde selon trois perspectives : d'abord d'une manière symbolique, chaque fragment s'ouvrant sur ce qui le dépasse ; ensuite esthétique, en unissant des profondeurs colorées et des surfaces organisées, mais également tendues vers des hauteurs ; et enfin métaphysique, en des vérités analogiques qui accompagnent les forces du désir vers quelques sublimations salutaires. Cézanne a ainsi effectué une montée spontanée de cette terre parfois laide vers quelques cimes transfigurées par sa raison et par son amour de la nature, notamment dans des peintures ouvertes sur l'infini."--Page 4 of cover.
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
xv, 128 pages : illustrations (chiefly color) ; 26 cm
  • Introduction : chaos and awe / Mark W. Scala
  • Unpeopled : cosmopolitan figurations in recent painting / Media Farzin
  • The brain is wider than the sky / Simon Morley
  • A gate, a key, an ocean / Matthew Ritchie.
Fifty paintings, reproduced in color, by an international array of contemporary artists, show the aptness and relevance of painting in an era of uncertainty. In an age of global instability, the threat of chaos looms. Or is the threat more spectral than real? The fear of chaos may simply be our response to living in a world controlled by powerful forces beyond our understanding. Chaos and Awe demonstrates the aptness and relevance of painting as a medium for expressing the uncertainty of our era. It presents more than fifty paintings, by an international array of contemporary artists, that induce sensations of disturbance, curiosity, and expansiveness-the new sublime, derived not from the unfathomable mystery of nature but from the hidden and often insidious forces of culture. Essays by art historians and "painters who write" offer context and illumination. Chaos and Awe, which accompanies a major exhibition at the Frist Art Museum in Nashville, shows that painting's capacity to represent the liminal space between the real and the virtual allows it to portray the shifting ground of today's social imaginary. With suggestions of fragmentation, instability, and murkiness, these paintings enclose what seems to be (as Simon Morley writes in his essay) "wholly unenclosable." The paintings presented offer visions of interconnected forces invisibly shaping contemporary global experience; portray the intractability of veiled racial animus and the phantoms of the past that continue to haunt the present; suggest, through semi-abstract languages, long-term conflicts played out through nationalism and extremism; depict the conjunction of cultures not as flashpoints but in terms of cross-fertilization and a new hybridity; convey the role of digital technology in intertwining knowledge and doubt; express the elusive nature of perception through floating forms, liquid, gas, flame, and light; and cast instability and chaos as opportunities to expand our perceptions of the connectedness of knowledge, intuition, and spirituality. Painters Franz Ackermann, Ahmed Alsoudani, Ghada Amer, Korakrit Arunanondchai, Radcliffe Bailey, Ali Banisadr, Pedro Barbeito, Jeremy Blake, Matti Braun, Dean Byington, Hamlett Dobbins, Nogah Engler, Anoka Faruqee, Barnaby Furnas, Ellen Gallagher, Adrian Ghenie, Wayne Gonzales, Wade Guyton, Rokni Haerizadeh, Peter Halley, Eddy Kamuanga Ilunga, Rashid Johnson, Guillermo Kuitca, Heather Gwen Martin, Julie Mehretu, Jiha Moon, Wangechi Mutu, James Perrin, Neo Rauch, Matthew Ritchie, Rachel Rossin, Pat Steir, Barbara Takenaga, Dannielle Tegeder, Kazuki Umezawa, Charline von Heyl, Sarah Walker, Corinne Wasmuht, Sue Williams Contributors Media Farzin Media Farzin is a writer, editor, and educator. Her writings have appeared in Bidoun, Artforum, Afterimage, and Art-Agenda online. She is a faculty member at the School of Visual Arts and the Sotheby's Institute of Art, New York. Simon Morley is an artist and Professor at Dankook University in Korea. He is the author of Writing on the Wall: Word and Image in Modern Art and editor of The Sublime (MIT Press/Whitechapel Gallery). Matthew Ritchie's work is regularly exhibited worldwide and is in the collections of the Museum of Modern Art (New York), the San Francisco Museum of Modern Art, the Guggenheim, the Whitney Museum of American Art. He has written for Artforum, Flash Art, Art & Text, October, and the Contemporary Arts Journal. He lectures widely and is currently a Mentor Professor in the Graduate Visual Arts Program at Columbia University. Copublished with the Frist Art Museum, Nashville.
(source: Nielsen Book Data)9780262534970 20180416
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
542 pages : illustrations ; 27 cm
An enlightening and overdue re-evaluation of the masterwork of a complex and under-appreciated artist Charlotte Salomon (1917-1943) is renowned for a single, monumental, modernist artwork, Life? or Theatre? (Leben? oder Theater?), comprising 784 paintings and created between 1941 and 1942. This major art-historical study sheds new light on the remarkable combination of image, text and music, revealing Salomon's wealth of references to cinema, opera, Berlin cabaret, and the painter's self-consciously deployed modernist engagements with artists such as Van Gogh, Munch and Kollwitz. Additionally, Pollock draws attention to affinities in Salomon's work with that of others who shared her experience of statelessness and menaced exile in Nazi-dominated Europe, including Hannah Arendt, Sigmund Freud, and Walter Benjamin. In a reading informed by a rich range of insights originating in feminist theories of subjectivity, story-telling, memory, and trauma, Pollock confronts shocking new evidence of the extremity of the young artist's last few months, and discovers in Leben? oder Theater? profound testimony to the everyday crime of familial sexual abuse of women. Through her comprehensive research and many years of observation of the paintings, Griselda Pollock's account claims for this impressive and important work its rightful place in the art of the 20th century.
(source: Nielsen Book Data)9780300100723 20180423
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
212 pages : illustrations (chiefly color) ; 24 cm
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
xv, 256 pages : illustrations (chiefly color) ; 25 cm.
  • Introduction 1 Brunias's tarred brush, or painting Indians black: race-ing the Carib divide 2 Merry and contented slaves and other island myths: representing Africans and Afro-Creoles in the Anglo-American world 3 Brown-skinned booty, or colonising Diana: mixed-race Venuses and Vixens as the fruits of imperial enterprise 4 Can you find the white woman in this picture? Agostino Brunias's 'ladies' of ambiguous race Coda - Pushing Brunias's buttons, or re-branding the plantocracy's painter: the afterlife of Brunias's imagery Index -- .
  • (source: Nielsen Book Data)9781526120458 20180213
Colouring the Caribbean offers the first comprehensive study of Agostino Brunias's intriguing pictures of colonial West Indians of colour - so called 'Red' and 'Black' Caribs, dark-skinned Africans and Afro-Creoles, and people of mixed race - made for colonial officials and plantocratic elites during the late-eighteenth century. Although Brunias's paintings have often been understood as straightforward documents of visual ethnography that functioned as field guides for reading race, this book investigates how the images both reflected and refracted ideas about race commonly held by eighteenth-century Britons, helping to construct racial categories while simultaneously exposing their constructedness and underscoring their contradictions. The book offers provocative new insights about Brunias's work gleaned from a broad survey of his paintings, many of which are reproduced here for the first time. -- .
(source: Nielsen Book Data)9781526120458 20180213
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
185 pages : color illustrations ; 29 cm
  • Corot chez les impressionnistes -- Corot. Le peintre et ses modèles Corot -- Corot, peintre de figures -- Du portrait à la figure -- Du modèle à la figure -- Variations et mémoire -- Les limites du sujet -- La résistance du modèle: le cas du nu -- "Et me voilà!" De la série des ateliers à La Dame en bleu.
Art & Architecture Library (Bowes)
Book
453 pages, xvi pages of plates : color illustrations ; 24 cm.
  • Un peintre des lumières (1748-1789) -- Un jeune peintre dans la France du XVIIIe siècle (1748-1774) -- Commentaire : Le Médecin Erasistrate découvrant la cause de la maladie d'Antiochus, 1774. Huile sur toile, 120 x 135 cm, Paris, École des Beaux-Arts -- Le style galant -- La création de l'académie -- Le succès de l'érotisme au siècle des Lumières -- Des aspirations variées -- Les Lumières, entre despotisme éclairé et opinion publique -- Le pouvoir royal encourage la peinture d'histoire -- Joseph-Marie Vien (1716-1809), "restaurateur de l'école française" -- Jean-Baptiste Greuze et la "peinture morale" -- "L'envahisseur-surprise" -- "Je devais apprendre de bonne heure à connaître l'injustice" -- "David n'est pas encore David" -- La formation à Rome (1775-1780) -- Commentaire : Saint Roch intercédant la Vierge pour la guérison des pestiférés, 1780. Huile sur toile, 260 x 195 cm, Marseille, Musée des Beaux-Arts -- "Je tiens à ma manière et je n'en changerai pas" -- "A Rome, je fus honteux de mon ignorance" -- "On voyait des intentions au goût antique, mais hélas ! on y voyait encore certaines traces françaises" -- "Opération de la cataracte" -- L'École française de Rome : réforme et tensions -- Pierre Peyron, principal espoir de redressement de la grande peinture -- D'Angiviller, directeur des Bâtiments de Louis XVI : le despotisme éclairé dans les arts -- Le redressement de la peinture d'histoire -- David s'impose (1781-1784) -- Commentaire : Bélisaire demandant l'aumône, 1781. Huile sur toile, 288 x 312 cm, Lille, Musée des Beaux-Arts -- "Je ne choisis que ce qui peut contribuer à mon avancement" -- "Monsieur le comte d'Angiviller m'a donné les plus grands encouragements" -- "J'ai recueilli les applaudissements presque universels" -- "Si vous lui plaisez, et qu'elle vous plaise, je vous donne sa main, et j'y joins cinquante mille écus" -- "Les grands, les cordons bleus veulent voir l'auteur, enfin on me dédommage de mes peines" -- "M. David est un bien habile homme" -- "Les jeunes vinrent en foule me prier de leur donner des leçons" -- L'amitié avec Drouais : "une sorte d'idolâtrie de sa part" -- L'essor de la contestation dans les années 1780 -- Le salon de peinture, creuset de l'opinion publique -- L'affirmation d'un génie (1785-1787) -- Commentaire : Le Serment des Horaces, 1785. Huile sur toile, 330 x 425 cm, Paris, musée du Louvre -- L'invention de la scène du serment -- L'élaboration d'un chef-d'oeuvre -- "Jamais on ne me fera rien faire au détriment de ma gloire" -- "Enfin, je l'ai vu ce serment des Horaces, si désiré, si loué, si admirable" -- Le "langage de vérité" face à "la plus badine des intrigues" -- "Je ne lui crois pas une mauvaise tête, je lui crois une tête vive" -- La mort de Socrate -- "Il a mandé à son élève de se faire une manière plus éloignée de la sienne" -- Les élèves -- Entrer en révolution ? (1788-1789) -- Commentaire : Les licteurs rapportent à Brutus les corps de ses fils, 1789. Huile sur toile, 325 x 425 cm, Paris, Musée du Louvre -- "Voilà le premier tableau de génie sorti de l'école moderne" -- "Je fais un tableau de ma pure invention" -- "Le sublime de la férocité"
  • "Le comte d'Angiviller a ordonné de défendre au célèbre David d'exposer un tableau" -- Peintre des élites -- Les Amours de Pâris et Hélène -- "Il ne fit pas de cet agréable que l'on avait vu jusqu'alors et le fit à la manière grecque" -- Le salon de 1789 -- L'expérience révolutionnaire (1789-1795) -- Au début de la Révolution (1789-1791) -- Commentaire : Le Serment du Jeu de Paume, 1791. Dessin, 66 x 101 cm, Versailles, Musée national du Château -- Le "serment solennel de ne jamais se séparer jusqu'à ce que la constitution soit établie" -- "On croit assister et prendre part à la scène immortelle" -- "Ce Français patriote dont le génie a devancé la Révolution" -- "Nation française! c'est ta gloire que je veux peindre" -- "Mirabeau grande énergie, de la force, de la véhémence ; Sieyès de la profondeur ; Barnave du calme" -- "Français, précipitez-vous pour assister au serment du jeu de paume" -- "On ne peut regarder M. David comme un homme de génie" -- "Je mettrai la figure de la France sur un trône" -- "Respectons les monuments des arts, mais abattons ceux du despotisme" -- La Commune des Arts -- "Les arts ne prospèrent que par la liberté" -- "J'y vis du sublime, du beau et du bon, du médiocre, du mauvais et de la croûterie" -- Portraits et autoportrait -- David devient démocrate, puis Montagnard (1792-juin 1793) -- Commentaire : Anatole Devosge, Le Peletier sur son lit de mort, 1793. Dessin d'après David, 47 x 40 cm, Dijon, Musée des Beaux-Arts -- "Voyez-vous cette épée suspendue sur sa tête ?" -- "Un véritable martyr de l'opinion républicaine" -- "On dit que le roi a chargé M. David de l'exécution du portrait" -- "Le peintre heureux de la Révolution" -- "Tout le monde voulait être de la fête de la liberté" -- "Monsieur veto avait promis d'être fidèle à son pays" -- "Des succès dans les arts ne sont point des titres à la Convention" -- Girondins et Montagnards -- "Ne point laisser, sous les yeux du peuple français, les monuments élevés à la tyrannie" -- "Vous ne devez abattre que lorsque vous pourrez réédifier" -- "Vous avez déshonoré les arts, vous êtes plus bas qu'un esclave" -- "Je demande que vous m'assassiniez" -- "Les artistes ne peuvent concourir efficacement à la formation du Muséum" -- "Ils n'ont cessé de lui faire injustice sur injustice" -- David et Marat, Montagnards et sans-culottes (juillet 1793-frimaire an II) -- Commentaire : Marat assassiné, an II. Huile sur toile, 165 x 128 cm, Bruxelles, musées royaux des Beaux-Arts -- "À Marat, David, l'an deux" -- "Il te reste un tableau à faire" -- "Désir de terreur" et "panthéonisation naturelle" -- "Je le trouvai dans une attitude qui me frappa" -- Sans-culottes et Enragés, un défi pour la Convention -- La fête de l'Unité, 10 août 1793 -- "Sacrifice expiatoire" -- "Toutes les académies sont supprimées" -- Le salon de 1793 -- "La terreur est à l'ordre du jour" -- "C'est aux livres que nous devons la Révolution" -- "Affranchir le présent, l'avenir, le passé même" -- "C'est à vous, mes collègues, que j'offre l'hommage de mes pinceaux" -- "La Mort vient de le baiser de ses lèvres amoureuses" -- Religion civile et démocratie, gouvernement révolutionnaire et mouvement populaire
  • "Il n'y eut jamais idolâtrie plus stupide" -- "J'aime mieux un paysan qu'un peintre pour juger un tableau" -- "Le génie des arts ne doit avoir d'autre guide que le flambeau de la raison" -- "Leur patriotisme est sans couleur" -- "Révolutionner les arts" -- Terreur et vertu (nivôse-messidor an II) -- Commentaire : La Mort de Bara, an II. Huile sur toile, 119 x 156 cm, Avignon, Musée Calvet -- "La Révolution est la guerre de la liberté contre ses ennemis" -- "Les arts vont reprendre toute leur dignité" -- "La Révolution est glacée" -- Le Triomphe du peuple français -- "Il ne doit pas y avoir de tableau d'histoire ou de genre, mais des tableaux de la nature" -- L'Être suprême -- Le concours de l'an II -- La Grande Terreur -- Un "style mâle et nerveux" -- "Il meurt pour revivre dans les fastes de l'histoire" -- "Pourquoi, mon père, as-tu quitté ton atelier pour être député?" (thermidor an II-vendémiaire an IV) -- Commentaire : Autoportrait, 1794. Huile sur toile, 81 x 64 cm, Paris, Musée du Louvre -- "Si tu bois la ciguë, je la boirai avec toi" -- "Tyran des arts" -- "Tarir toutes les sources de lumières" -- "On ne peut me reprocher qu'une exaltation d'idées" -- La fin des sans-culottes -- "Un terroriste" -- Le concours de l'an II (suite) -- "Elle se fera donc encore longtemps attendre cette révolution dans les arts" -- Le premier des peintres ? (1795-2017) -- David sous le Directoire (An IV-An VII) -- Commentaire : Les Sabines, 1799. Huile sur toile, 385 x 522 cm, Paris, musée du Louvre -- "Je veux faire du grec pur" -- David critiqué par les Barbus -- "Le Raphaël des sans-culottes" -- "Un artiste de mérite devrait être plus désintéressé" -- "Je crus voir les Français des différents partis" -- "C'est un homme auquel on aurait élevé des autels dans l'Antiquité" -- "La liberté, qui chez les anciens enfanta des miracles, a chez nous éteint le génie" -- Les élèves de David -- "J'ai cru assister à un banquet d'Athéniens" -- "Achève ta gloire en achevant ce monument de ta patrie" -- "C'est à des rois ennemis que nous arrachons les monuments des arts" -- "La Révolution est finie". Le Consulat (1799-1804) -- Commentaire : Le Premier Consul franchissant les Alpes au Grand-Saint-Bernard, an IX. Huile sur toile, 272 x 232 cm, Malmaison, musée national du château -- "Nous avons fini le roman de la Révolution" -- "J'avais toujours bien pensé que nous n'étions pas assez vertueux pour être républicains" -- "Les femmes ont leur caprice, les artistes en ont aussi" -- "Les événements m'ont appris que ma place est dans mon atelier" -- Contrôle et encouragement des arts -- "Il a ranimé ma verve et étendu le cercle de mes idées" -- "Ce sont des personnages de cristal qu'il nous a faits là" -- Napoléon glorieux (1804-1810) -- Commentaire : Le Couronnement de l'Empereur et de l'Impératrice, 1808. Huile sur toile, 629 x 979 cm, Paris, musée du Louvre -- "Le gouvernement de la République française est confié à un empereur" -- "On marche dans ce tableau" -- "On y voit plus de deux cents figures grandes comme nature" -- "Je dessinais l'ensemble d'après nature" -- "Il n'y avait rien d'écrit, c'était verbal entre l'Empereur et moi" -- Dominique-Vivant Denon, "l'oeil de Napoléon"
  • "Tous deux se sont élancés au-delà des routes connues" -- "Adieu la dignité de l'art, adieu ce beau idéal" -- "La fougue d'une imagination déréglée" -- "David a repris l'attitude d'un jeune homme pour disputer la palme à ses élèves" -- La Distribution des Aigles -- "Ce qu'il y a de plus remarquable, c'est l'absence de tout système : chaque artiste obéit à un sentiment intérieur" -- Le style troubadour -- Le style anacréontique -- Débats et controverses -- "J'ai à coeur de voir les artistes français effacer la gloire d'Athènes et de l'Italie" -- Fin de règne (1810-1815) -- Commentaire : Léonidas aux Thermopyles, 1814. Huile sur toile, 395 x 531 cm, Paris, musée du Louvre -- "Léonidas médite sur la mort prochaine" -- "Le dessein le plus héroïque" -- "Cet ouvrage a été achevé sous l'influence de deux systèmes très distincts" -- "Vous avez tort de vous fatiguer à peindre des vaincus" -- "Le portrait le plus ressemblant" -- Apelle peignant Campaspe devant Alexandre -- "D'où cela sort-il? Je ne reconnais pas cette touche" -- De la première Restauration aux Cent-Jours -- En exil (1816-1825) -- Commentaire : Mars désarmé par Vénus et les Grâces, 1824. Huile sur toile, 308 x 262 cm, Bruxelles, musées royaux des Beaux-Arts -- "C'est le dernier tableau que je veux faire, mais je veux m'y surpasser" -- David et le romantisme -- "Je n'ai jamais cessé d'être persécuté" -- "Je travaille comme si je n'avais que trente ans" -- "Cet Amour n'est point un dieu" -- "Nous sommes à la veille d'une révolution" -- "Les immobiles se lamentent" -- "Il existe deux partis très violents" -- Le génie et la postérité : David depuis 1826 -- "Une persécution qui le poursuit dans le tombeau" -- "David poussa l'amour de la liberté jusqu'au délire" -- "Il fut le père de toute l'école moderne" -- "Un David épars, complexe, éclaté, bref un David ouvert" -- "David met son art au service de la Révolution, puis de l'Empire".
"Tous les Français connaissent les chefs-d'oeuvre de David : Le-Serment du Jeu de paume et Le Sacre de Napoléon figurent dans leur musée imaginaire. Ces oeuvres néo-classiques font de David le grand peintre l'artiste génial ? de la Révolution et de l'Empire. Mais comment être à la fois un compagnon de Robespierre à la Convention et un notable à la cour de Napoléon ? Pourquoi Le. Serment du Jeu de paume reste-t-il inachevé ? Et comment devenir un génie ? Au siècle des Lumières, puis durant la Révolution française, pour devenir un génie, il faut être reconnu comme tel par l'opinion publique naissante et s'engager dans le combat politique. David passe même pour un artiste prophétique : ses tableaux des années 1780 Le Serment des Horaces, Les licteurs rapportent à Brutus les corps de ses fils ne préfigurent-ils pas la Révolution ? Mais ce mythe du génie est aussi une construction à laquelle David et ses amis ont contribué. Ce mythe occulte ses liens avec le pouvoir royal et l'aristocratie avant 1789, ainsi que les moments sombres de son existence. À la légende dorée de David s'oppose d'ailleurs une légende noire : au service des pouvoirs successifs, il serait une girouette. La biographie historique de David doit dépasser ces légendes antagoniques pour suivre les expériences vécues par ce personnage durant une période marquée par des mutations formidables et des vicissitudes redoutables. Cet ouvrage est donc une enquête sur le parcours d'un acteur artistique et politique et sur la fabrique du génie."--Page 4 of cover.
Art & Architecture Library (Bowes)