%{search_type} search results

332 catalog results

RSS feed for this result
Book
xiv, 311 pages ; 24 cm.
  • I commentatori
  • Giovanni da Imola : la vita
  • Le opere
  • La dimensione intellettualle
  • Giuristi e culturala giuridica a Imola nell'età di mezzo.
Law Library (Crown)
Book
xvii, 286 pages ; 22 cm.
  • Introduction
  • The Matrimonial Tribunal and the procedure in marriage litigations
  • Witnesses and testimony
  • The office of the judge : mediation, inquisition, confession
  • "Maybe so" : marriage and consent in pre-Tridentine Venice
  • Venetian "matrimoniallia" : a quantitative analysis (1420-1500)
  • Conclusions.
This book investigates the actions of marriage tribunals by analyzing the richest source of marriage suits extant in Italy, those of the Venetian ecclesiastical tribunal, between 1420 and the opening of the Council of Trent. It offers a strongly representative overview of the changes the Council introduced to centuries-old marriage practices, relegating it to the realm of marginality and deviance and nearly erasing the memory of it altogether. From the eleventh century onward, the Church assured itself of a jurisdictional monopoly over the matter of marriage, operating both in concert and in conflict with secular authorities by virtue of marriage's civil consequences, the first of which regarded the legitimacy of children. Secular tribunals were responsible for patrimonial matters between spouses, though the Church at times inserted itself into these matters either directly, by substituting itself for the secular authority, or indirectly, by influencing Rulings through their own sentences. Lay magistratures, for their part, somewhat eroded the authority of ecclesiastical tribunals by continuing to exercise autonomous jurisdiction over marriage, especially regarding separation and crimes strictly connected to the nuptial bond and its definition, including adultery, bigamy, and rape.
(source: Nielsen Book Data)9783319387994 20170703
Law Library (Crown)
Book
xvii, 286 pages ; 22 cm.
  • Introduction.- 1. The Matrimonial Tribunal and Cause Procedures.- 2. Witnesses and Testimony.- 3. The Office of the Judge: Mediation, Inquisition, Confession.- 4. 'Maybe so': Marriage and Consent in Pre-Tridentine Venice.- Conclusion.
  • (source: Nielsen Book Data)9783319387994 20170703
This book investigates the actions of marriage tribunals by analyzing the richest source of marriage suits extant in Italy, those of the Venetian ecclesiastical tribunal, between 1420 and the opening of the Council of Trent. It offers a strongly representative overview of the changes the Council introduced to centuries-old marriage practices, relegating it to the realm of marginality and deviance and nearly erasing the memory of it altogether. From the eleventh century onward, the Church assured itself of a jurisdictional monopoly over the matter of marriage, operating both in concert and in conflict with secular authorities by virtue of marriage's civil consequences, the first of which regarded the legitimacy of children. Secular tribunals were responsible for patrimonial matters between spouses, though the Church at times inserted itself into these matters either directly, by substituting itself for the secular authority, or indirectly, by influencing Rulings through their own sentences. Lay magistratures, for their part, somewhat eroded the authority of ecclesiastical tribunals by continuing to exercise autonomous jurisdiction over marriage, especially regarding separation and crimes strictly connected to the nuptial bond and its definition, including adultery, bigamy, and rape.
(source: Nielsen Book Data)9783319387994 20170703
Green Library
Book
360 pages ; 23 cm.
  • Chapitre liminaire. Les clercs -- Mise en place d'une structure ministérielle canonique -- Littérature patristico-canonique -- Législation conciliaire -- Législation impériale -- Un ordo hiérarchisé progressif -- Le simple clerc -- Les immunités cléricales -- Exemptions civiles des charges publiques des clercs -- Les munera -- Les munera personalia -- Les munera patrimonalia -- Les décurions des cités -- Les exemptions de la curie -- L'exemption des munera pour les clercs -- Un munus civile clérical ? -- Les tutelles -- Les clercs tuteurs -- Conséquences de l'immunité cléricale -- Entre concessions et revendications -- Législation civile -- Textes canoniques -- Un danger pour l'Église ? -- Décrétales -- Conciles -- Les clercs et le pouvoir séculier -- Les fonctions publiques -- Une régulation des officia -- Lois civiles -- Normes canoniques -- Quelles fonctions publiques pour les clercs ? -- Les clercs d'administration publique -- La fonction de notaire -- Les fonctions publiques de justice -- L'Audientia episcopalis -- Le poids d'une institution -- Évolution d'une institution -- L'immunité franque -- Epoque mérovingienne -- Epoque carolingienne -- Fonction judiciaire de l'immuniste -- Fonction fiscale de l'immuniste -- Un personnel clérical auxiliaire de justice -- La fonction de juge -- La fonction d'avocat -- L'épiscopat et le prince -- L'épiscopat et Clovis -- Instrumentalisation de l'épiscopat -- Réponse de l'Église -- Le concile franc d'Orléans de 511 -- "Fonctionnarisation" de l'épiscopat -- L'Ordinatio regis -- Le ministerium regale -- La vie économique -- La subsistance des clercs -- Rebellions cléricales ? -- L'entretien des clercs -- Le prêt à intérêt -- Doctrines philosophiques gréco-latines -- Pensées bibliques et patristiques -- Selon l'Ancien Testament -- Selon le Nouveau Testament -- En patrologie -- Législation canonique -- Conciles -- Statuts diocésains -- Décrétales et lettres -- Législation séculière -- Le commerce -- Lois séculières -- Législation religieuse -- Conciles -- Statuts diocésains -- Le travail manuel -- Dans le monde gréco-latin -- Pensée biblique -- Selon l'Ancien Testament -- Selon le Nouveau Testament -- Enseignement ecclésiastique -- En patrologie -- L'exemple monastique -- Travail manuel des clercs -- Un modèle paulinien -- Législation canonique -- Métiers : artisanat et agriculture -- L'artisanat -- Législation séculière antique -- Législation canonique et doctrine patristique -- L'agriculture -- Législation canonique -- Quelles activités rurales pour les clercs.
"Selon le Code de droit canonique de 1983, actuellement en vigueur dans l'Église catholique latine (cc. 285-286 et 289.2), les clercs ne peuvent exercer des charges publiques, séculières ou commerciales. Pour comprendre ces normes, il faut opérer un retour vers le droit ancien de l'Antiquité tardive puis du haut Moyen Âge. Dès 313, Constantin mit en place une politique religieuse où l'Église catholique fut l'objet d'une bienveillance particulière. Le trait le plus remarquable de la façon dont l'empereur intégra l'Église aux structures de l'État, fut la concession d'un statut juridique civil particulier fait de dispenses, de privilèges et particulièrement d'immunités personnelles, notamment des charges publiques (munera publica), qu'il consentit aux clercs catholiques. Après la chute de l'Empire romain en Occident, ces immunités cléricales furent généralement maintenues par les rois romano-barbares. Concernant l'exercice des activités séculières autorisées aux clercs, comment, dès le début du IVe siècle, les législations canoniques et séculières se sont-elles développées, confrontées, opposées parfois et relativement harmonisées finalement, pour former une doctrine largement répandue chez les clercs et les princes à la fin du IXe siècle ?"--Page 4 of cover.
SAL3 (off-campus storage)
Book
566 pages ; 23 cm.
  • Institutionnalisations d'assemblées locales épiscopales latines (1917, 1965, 1983) -- Assises épiscopales avant le deuxième concile du vatican -- Section I. Assemblées épiscopales et Code latin de 1917 -- Les Conciles particuliers -- Les réunions des évêques de la province dirigées par l'archevêque métropolitain -- Règles communes à ces réunions d'évêques et pouvoirs de ces Assemblées -- Section II. Développements de réunions épiscopales après le Code latin de 1917 : en France, en Afrique équatoriale française et en Amérique latine -- Organisation hiérarchique de l'Église catholique latine en France -- Assemblée plénière des Ordinaires des missions de l'Afrique Équatoriale Française (AEF) -- Conseil Épiscopal Latino-Américain (CELAM) et sa première Assemblée de Rio de Janeiro (Brésil), 1955 -- Consécration par le concile vatican ii (1962-1965) de la conférence épiscopale -- Section I. De Ecclesia : De la valorisation de l'épiscopat à la consécration de la conférence épiscopale par Lumen Gentium -- Premier schéma de la Constitution dogmatique conciliaire De Ecclesia -- Deuxième schéma de la Constitution dogmatique conciliaire De Ecclesia -- Troisième schéma de la Constitution dogmatique conciliaire De Ecclesia -- Fondements conciliaires de l'épiscopat et de la hiérarchie ecclésiale -- Principes conciliaires de la collégialité épiscopale à Vatican II -- Section II. Préparation du Décret conciliaire Christus Dominus quant à la normativité de la conférences épiscopale -- De episcoporum ccetu seu Conferentia -- Schéma du Décret conciliaire sur les évêques et le gouvernement des diocèses -- De episcopis ac de diocesium regimine -- De cura animarum -- De pastorali episcoporum munere in Ecclesia -- Décret conciliaire sur la charge pastorale des évêques dans l'Église " Christus Dominus " -- Section III. Domaines d'intervention de la conférence épiscopale selon Vatican II -- La liturgie -- La formation à la vie sacerdotale et l'assistance aux prêtres -- L'éducation chrétienne -- L'oecuménisme -- La promotion de la vie des réguliers et celle de l'activité missionnaire -- Institutionnalisations postconciliaires de la conférence épiscopale conférence des évêques -- Section I. L'oeuvre législative du Pape Paul VI dans la qualification de la spécificité de la conférence épiscopale -- Le Motu proprio Ecclesite Sancta (1966) -- Section II. Le Synode extraordinâire de 1969 et la conférence épiscopale -- Institution du Synode des évêques -- Travaux de la session extraordinaire d'octobre 1969 -- Un bilan du Synode de 1969 -- Section III. Ecclésiologie de la conférence épiscopale et quelques positions théologiques -- Théologie de l'Eglise : communia Ecclesiarum -- Collégialité épiscopale selon son contexte théologico sacramentel -- Caractère dynamique de la collégialité et lieu d'exercice de la collégialité effective de la conférence épiscopale -- Section IV. La conférence des évêques selon le Code latin de 1983 promulgué par le pape Jean-Paul II -- Définition et but codifiés de la conférence des évêques -- Organisation et fonctionnement en 1983 de la conférence des évêques -- Tableau récapitulatif des compétences des conférences des évêques selon le Code latin de 1983 --
  • Processus de requalification de l'autorité et de la juridiction de la conférence des évêques 1985-1999 -- Premières requalifications de la conférence des évêques pour l'église s uhuris latine -- Section I. Demande de requalification pour la conférence des évêques en 1985 -- Problématique de la conférence des évêques selon la Commission théologique internationale (8 octobre 1985) -- La question de la conférence des évêques telle qu'elle a été abordée au Synode épiscopal de 1985 -- Section II. L'Instrumentum laboris de la Congrégation des évêques sur " le "status"théologique et juridique des conférences épiscopales " (1er juillet 1987) -- Présentation et considérations générales du document de travail de 1987 -- Contenu doctrinal du document de travail de 1987 -- Analyse des questions connexes àl'Instrumentum laboris par la conférence des Évêques du Congo Brazzaville (CECB) -- À propos de la réception de l'Instrumentum laboris de 1987 par les évêques -- Autorité requalifiée en 1998 et illustrations spécifiques de la juridiction canonique de la conférence des évêques -- Section I. Lettre apostolique Apostolos suos (AS) en forme de Motu proprio du Pape Jean-Paul II sur " la nature théologique et juridique des conférences des évêques " (21 mai 1998) -- Échos du parcours et du contexte de l'élaboration du document -- Présentation du Motu proprio Apostolos suos (AS) de 1998 -- Section II. Juridictions canoniques de la conférence des évêques -- La conférence des évêques dans sa capacité d'édicter le droit particulier local -- Pouvoir de la conférence des évêques en matière d'absolutions collectives -- Rôle de la conférence des évêques dans le choix des évêques -- Rapports des conférences des évêques avec les États -- Lettre de la congrégation pour les évêques relative au " fonctionnement des assemblées d'évêques et leurs pouvoirs en matière doctrinale " -- Section I. Introduction de la Lettre de la Congrégation pour les évêques de 1999 -- L'action conjointe des dicastères de la Curie romaine dans l'élaboration de la Lettre de 1999 -- Objectif de la Lettre de 1999 -- Section II. Doctrine de la Lettre de la Congrégation pour les évêques de 1999 -- Section III. À propos de la conclusion de la Lettre de la Congrégation pour les évêques de 1999.
"Le XXe siècle a vu l'Église catholique consacrer peu à peu une canonicité de la conférence des évêques, c'est-à-dire le degré d'autorité de cette nouvelle institution collégiale d'évêques spécifiquement latine, et qui est érigée dans des territoires ecclésiastiques surtout nationaux, mais aussi parfois plus locaux comme par région, ou encore pour de très vastes ensembles continentaux (Afrique, Amérique latine, Europe, etc.). La conférence des évêques est devenue un organe permanent, alors que le Synode des évêques, né en 1965 à l'instigation du Bienheureux Pape Paul VI, n'a pas reçu cette compétence. Le Concile Vatican II (1962-1965) a recommandé que les évêques puissent davantage oeuvrer en commun, tout en cultivant leur pleine communion avec l'évêque de Rome, le Pape : la conférence des évêques n'est-elle pas par excellence une expression de la collégialité épiscopale ? Vatican II l'a admise comme l'une des composantes de cette collégialité. Vatican II a consacré et institutionnalisé la conférence des évêques mais sans parvenir à dirimer tous les problèmes liés à son autorité, et à sa juridiction. La qualification par la codification de 1983 semble n'avoir pas suffi. Les débats sur l'autorité juridictionnelle et doctrinale de la conférence des évêques sont désormais éclairés par une requalification de la part de St Jean-Paul II en 1998: car l'autorité doctrinale de chaque évêque catholique, en pleine communion avec Rome, peut avoir en effet à être exercée de manière conjointe en conférence des évêques."--Page 4 of cover.
Green Library
Book
218 pages ; 24 cm
  • Introduction
  • La formation de l'esprit classique en France
  • La renaissance du droit romain
  • L'éclosion d'un savant
  • En route vers la renommée
  • Au faîte des honneurs
  • Cujas, les glossateurs et les bartolistes
  • La vieillesse, la retraite et la mort
  • Cujas après Cujas
  • Conclusion.
Law Library (Crown)
Book
1169 pages ; 24 cm.
  • Modèles ecclésiologiqites et avènement d'un constitutionnalisme -- Titre i: une contribution aux concepts fondateurs d'un pouvoir limité -- Constitutions parallèles -- Section I. Les images mystiques constitutives, de l'église au service des états -- Corps mystique de l'Église et corps mystique de la République -- Corpus mysticum Ecclesiae -- Corpus mysticum Reipublicae -- L'illustration française -- La métaphore du corpus : un modèle complexe -- Le mariage mystique entre le chef et la communauté -- La métaphore du mariage mystique -- Le développement dans les structures. ecclésiastiques -- L acclimatation dune image dans les structures séculiez es -- L'amphibologie du mariage mystique -- Mystères de l'Église et Mystères de l'État -- Le "style" du dignitaire -- Status generalis Ecclesiae et Lois fondamentales de l'Église -- Office, dignité, corporation -- La notion de status Ecclesiae -- Les Lois fondamentales de l'Église médiévale -- La signification du status generalis Ecclesiae -- Modèles ecclésiologiques et Lois fondamentales du royaume -- La transposition de la doctrine des deux corps dans l'État -- Lois fondamentales du royaume et droit canonique -- Participation et consentement -- Une tradition -- Les canonistes médiévaux -- La multiplicité des doctrines et pratiques du consentement au Moyen Âge -- L'apport de l'ecclésiologie conciliaire -- Section L La contribution de l'Église médiévale à la délibération commune -- La maxime QOT : un principe de délibération commune -- La maxime QOT dans les corporations ecclésiastiques -- La maxime QOT dans les États médiévaux -- La maxime QOT : une signification constitutionnelle ambiguë -- Les signes de la tradition -- Les indices de la modernité -- Section IL Le principe électif dans l'ecclésiologie médiévale -- Principe électif et modèles ecclésiologiques médiévaux -- L'élection de l'abbé -- L'élection de l'évêque -- L'élection du souverain Pontife -- Le rayonnement du principe électif' -- Modèle électif de l'Église et structures séculières -- Un effet d'entraînement -- La faveur des théologiens et canonistes au principe électif -- Un traitement parallèle : l'universalisation du principe électif -- Le modèle électif entre tradition et modernité -- Le corps électoral -- Le sens du suffrage -- La source de l'autorité -- Représentations -- L'apport des théologiens et canonistes -- Le jeu des représentations -- Section I. La représentatiôn-personnification -- Un modèle privilégié : la "présentification" de la communauté dans le chef -- L'identification organique de la communauté à son chef -- Une meilleure représentation : la personnification par extension -- Un modèle concurrent : la personnification de l'Église par l'assemblée -- La pensée conciliaire : l'assemblée personnifie l'Église universelle -- Les fondements de la délocalisation?de & personnification de l'Église -- Les implications de la personnification de l'Église par le concile -- Les limites à la personnification par le concile seul -- La préfiguration des mystiques d'assemblée -- Section II. La représentation-délégation -- Le chef comme délégué de l'Église -- Les ambiguïtés du modèle vicarial
  • L'apport des théories corporatives : le gouvernant comme délégué de la communauté -- L'extension de la représentation corporative à la monarchie pontificale : le pape comme délégué de l'Église -- La rémanence du schéma corporatif : le roi comme mandataire du peuple ou du royaume -- L'ecclésiologie médiévale et les assemblées représentatives -- L'institutionnalisation des assemblées représentatives -- L'intensité des pratiques représentatives dans l'Église -- La fréquentation des assemblées ecclésiastiques -- Une représentation ambiguë -- Une compétence étendue, pour un rôle nuancé -- Le souffle des assemblées ecclésidstiques -- Souveraineté -- Le cadre de l'enquête -- Les termes de l'enquête -- Section I. La puissance du chef dans l'Église médiévale -- Le pouvoir du chef -- Les fondements de la puissance du chef -- Les manifestations de la puissance -- La préfiguration de l'absolutisme monarchique -- L'encadrement théorique de, la puissance -- La souveraineté partagée -- La grandeur du pape en consistoire -- L'autorité du pape en concile -- Section II. La supériorité de l'assemblée sur le chef -- L'assemblée souveraine -- Les antécédents -- Les fondements de la supériorité -- Les expressions de la supériorité -- Les implications de la supériorité -- Les limites à la souveraineté de l'assemblée -- La limitation des pouvoirs de l'assemblée -- La potestas gît dans le corps de l'Église -- Réflexions sur la nature de la souveraineté conciliaire -- Titre ii : un apport aux procédures et, aux techniques constitutionnelles -- Les techniques du droit électoral -- Minutie -- Précocité -- Section I. Les conditions du vote -- La capacité électorale -- Les conditions physiques -- La dignité d'électeur -- La capacité à être en charge -- Les conditions d'éligibilité -- Les incompatibilités -- Section II. Le déroulement du vote -- Élections par degrés et tours de scrutin -- Les élections à plusieurs degrés -- Les scrutins à plusieurs tours -- Procurations, formes de votation et scrutateurs -- Les procurations -- Les formes de la Votation -- Les scrutateurs -- Section III. Les résultats du vote -- La comptabilisation des voix -- Unanimité et saniorité -- La consécration de la majorité numérique -- Les majorités aggravées -- L'émergence d'un contentieux électoral -- La place centrale du pape -- La finesse du contentieux électoral -- L'influence sur les structures séculières -- Les mécanismes du gouvernement délibératif -- Section I. Le rythme des assemblées -- Convocation et dissolution des assemblées -- Les auteurs de la convocation -- Les auteurs de la dissolution -- La périodicité des assemblées -- Les assemblées ecclésiastiques -- Les assemblées séculières -- Section II. L'organisation des assemblées -- L'émergence du mandat représentatif -- La précocité de l'expérience ecclésiastique -- L'anticipation des formes séculières du mandat -- Les suppléants -- La naissance des indemnités parlementaires -- L'organisation interne du travail des assemblées -- La répartition en commissions -- Droit d'amendement et liberté des débats
  • Section III. Les techniques délibératives des assemblées -- L'adoption des normes à la majorité des voix -- Voix consultative et voix délibérative -- L'adoption à la majorité simple -- Le perfectionnement des techniques délibératives -- La découverte des quorums aggravés -- La voix prépondérante en cas de partage -- Une amélioration de la procédure législative -- Les distinctions entre' fonctions et organes -- Empêchement -- La notion d'empêchement"" -- La proclamation de l'empêchement -- L'organisation de la vacance -- L'autorité bénéficiaire ponctuelle -- Section. II. Fonctions constituante, législative, exécutive et judiciaire -- L'esquisse d'une distinction entre fonctions législative et constituante -- Édiction et révision de la norme suprême dans les ordres religieux -- Édiction et révision de la norme fondamentale dans l'Église universelle -- L'amorce d'une identification des fonctions législative, exécutive et judiciaire -- La distinction et la séparation des pouvoirs -- Le système des ordonnances -- Titre iii : modpi ecclésiologiques et. dynamique constitutionnelle -- : Les conditions d'une transmission aux instances séculières -- Antériorité -- Analogies -- Canaux -- Section I. La mobilité du personnel' ecclésiastique -- Au service des institutions représentatives -- Un personnel laïc aux abords des structures ecclésiastiques -- Un personnel ecclésiastique au sein des structures laïques -- Au service des gouvernants et des États -- Les implications de la politique bénéficiale -- Les illustrations du service -- Section II. Une communauté de pensée -- Le rayonnement de la pensée ecclésiologique -- Les processus d'"équiparation" ' -- Les moyens de la diffusion -- La réception par la pensée séculière -- Les moyens de l'infusion -- Les indices d'une pénétration -- L'évaluation d'une influence sur les structures séculières -- Section I. L'impact mesuré des modèles ecclésiologiques -- Des modèles non exclusifs -- Une expérience ambivalente -- Une expérience parmi d'autres -- Des modèles sous influence -- L'emprunt au droit romain -- L'apport des corporations séculières -- L'infiltration du discours politique -- Section II. La position éminente des modèles ecclésiblogiques -- Une place au coeur d'un système d'échanges -- Au sein du laboratoire ecclésiologique -- En relation avec les structures séculières -- Un modèle achevé de "proto-constitutionnalisme" -- Les caractères de l'influence -- La portée de l'influence -- Laboratoires ecclésiaux et institution de la responsabilité des gouvernants -- Titre i : la responsabilité des chefs dans l'ecclésiologie médiévale -- La naissance de la responsabilité des gouvernants -- Section I. Les gouvernants dans les structures ecclésiastiques inférieures -- La responsabilité de l'abbé -- Le principe -- La pratique -- La responsabilité de l'évêque -- Les attitudes condamnables -- Les instances de jugement -- Les différentes sanctions' -- Section II. Le souverain Pontife devant l'Église universelle -- Le principe de la responsabilité du pape -- Un principe d'irresponsabilité tenace -- L'exception à l'immunité de juridiction
  • Les modalités de la responsabilité 'du pape -- Les comportements répréhensibles , -- L'identification de l'instance compétente -- Les degrés de la sanction -- La responsabilité des gouvernants séculiers comme modèle -- L'apport du conciliarisme à la responsabilité dû pape -- Des papes déposés -- Entre conjoncture et théorie -- Section I. l'hétérogénéité des fondements de la responsabilité pontificale -- Les matériaux classiques de l'Église -- L'enracinement canonique -- Les justifications théologiques -- Les emprunts aux courants séculiers -- L'apport du droit romain -- L'apport de l'aristotélisme -- Section II. l'institutionnalisation de la responsabilité du pape -- Les occasions de la responsabilité -- La convocation généralisée de l'hérésie -- Une naissance de la haute trahison -- L'émergence d'une responsabilité politique ? -- L'instance de jugement -- La place des instances séculières -- Le rôle du collège des cardinaux -- La compétence du concile -- La gradation de la 'résistance -- Mise en garde et correction fraternelle -- Résignation -- Résistances passive et active -- La question du tyrannicide -- Déposition -- Titre ii: le moi:el f ecci é-siologique de la responsabilité dans les structures séculières -- La réception de PargUmentaire` dans la pensée constitutionnelle française -- Section I. Uarnbiguïté de l'acclimatation théorique -- L'incomplétude des conceptions gallicanes -- Une monarchie pontificale limitée -- L'impossibilité d'un transfert séculier -- La plénitude du modèle néo-conciliariste -- Le parallélisme des fondements -- La symétrie des modalités -- Section II. :L'accueil d'un argumentaire -- La sanction du roi chez les monarchomaques catholiques -- La ressemblance avec les fondements conciliaires -- Les affinités avec les procédures conciliaires -- La déposition du roi chez les monarchomaques protestants -- La justification de la sanction contre le roi fautif -- La confluence avec les précédents conciliaires -- L'accueil du modèle dans la réflexion constitutionnelle anglo-écossaise -- Section I. Les conditions de la réception -- La compatibilité avec la tradition conciliaire de la responsabilité -- Le royaume comme corporation -- Le roi comme tête responsable -- La familiarité de la doctrine avec les modèles ecclésiologiques -- La culture conciliaire des acteurs politiques écossais -- Les prolongements anglais du conciliarisme -- Section II. Les manifestations d'une confluence -- À l'occasion des crises constitutionnelles écossaises -- La possibilité d'une dette -- La pertinence explicite des modèles ecclésiologiques -- À l'occasion des révolutions anglaises -- Le Parlement, compétent pour juger le roi -- La personne du roi n'est pas la Dignité.
"Tout parait commencer avec la fameuse Distinction XL, canon 6, du Décret de Gratien (vers 1140): "Le pape n'est jugé par personne, sauf s'il dévie de la foi." L'incise, en apparence anodine, ouvrira, vers la fin du Moyen Âge, comme une brèche dans l'édifice doctrinal de la monarchie pontificale. Et l'histoire du "pape hérétique", à première vue circonscrite, autorisera une investigation théorique au long cours et de grande ampleur sur le statut constitutionnel des exceptions. Une aventure qui a quelque chose à voir avec la réversibilité et le renversement, mouvements essentiels en théologie comme dans l'histoire des idées. Les réflexions et les pratiques relatives au "pouvoir descendant" dans l'Église, régulièrement réduites à quelques stéréotypes, sont pourtant connues pour avoir rayonné jusque dans les sphères séculières, où les monarques trouvèrent à leur goût tant les sandales de l'empereur que les mules du pape. Le style "musclé" d'une domination pontificale sans grand partage, d'inspiration grégorienne, s'appuyait, autant que sur diverses interprétations des Écritures, sur la digestion progressive, par l'Église elle-même, d'un modèle romano-canonique du pouvoir hérité de l'Empire romain et refaçonné par la théologie chrétienne. Sous le "pontificalisme" qui favorisa sans doute l'édification des absolutismes monarchiques a pourtant toujours oeuvré, parfois en sourdine, une autre conception du pouvoir. D'une remarquable sophistication juridique et casuistique, elle encouragea, au sein des différentes communautés ecclésiastiques (des plus modestes ordres réguliers jusqu'à la puissante Église de Rome), une approche participative visant à instituer un pouvoir encadré hic et nunc. Sans être à proprement parler modernes (comment auraient-ils pu l'être et que pourrait bien signifier une telle revendication?), de nombreux discours, en particulier entre le XII' et le XVIe siècle, repensèrent les métaphores du corps mystique de l'Église et de l'État, à partir d'une logique redéfinissant les places respectives des différents acteurs de l'Église dans la gestion des affaires communes. Au seuil de l'époque moderne, la crise majeure que représenta l'épisode, à la périodisation discutée, du Grand Schisme (1378-1441), pendant laquelle la légitimité des pontifes fut fragilisée, sera l'occasion d'une singulière "remise à plat" de l'ecclésiologie. S'inspirant lui aussi, encore que différemment, des Écritures, de règles traditionnelles dans l'Église mais également d'anciennes conceptions séculières du pouvoir, le conciliarisme (qu'il se rattache au courant de la réforme de l'Église, à un curialisme de type oligarchique ou à l'idée d'une supériorité de l'assemblée sur le pape) proposera alors une version tout à la fois classique et originale (à plus d'un titre) du gouvernement des affaires humaines ainsi qu'un nouvel horizon de légitimité pour les princes. Ce mouvement de pensée s'épanouira à travers des oeuvres qui, chez les néo-conciliaristes, au début du XVI' siècle, en généraliseront les soubassements comme les implications : conflits d'interprétation autour de la parole d'un Absent, fusion du corps mystique et des logiques corporatives au profit d'une assemblée proclamée légitime parce que représentant l'Église tout entière, problématiques électives et délibératives, droit de résistance aux ordres injustes, encadrement et limitation d'un pouvoir monarchique qui mènera en effet à la déposition de quelques pontifes récalcitrants aux ordres de l'Église... S'échafaudent alors certains "modèles ecclésio-politiques" du pouvoir, protéiformes, intéressant tout autant la science politique que le droit constitutionnel. Cette histoire, où s'entrelacent l'ancien et le moderne, est notamment celle de l'influence, longtemps sous-estimée, de l'expérience ecclésiastique lato sensu sur les conceptions séculières du pouvoir limité. Elle est également celle des multiples canaux par lesquels s'opéra un certain glissement des structures de l'Église vers celles du siècle : c'est au dévoilement de cette facette, méconnue en France, de la "fabrique du constitutionnalisme occidental", qu'espère ainsi contribuer ce livre."--Page 4 of cover.
Green Library
Book
xlviii, 311 pages ; 24 cm.
Gratian's Decretum is one of the major works in European history, a text that in many ways launched the field of canon law. In this new volume, Atria Larson presents to students and scholars alike a critical edition of De penitentia (Decretum C.33 q.3), the foundational text on penance, both for canon law and for theology, of the twelfth century. This edition takes into account recent manuscript discoveries and research into the various recensions of Gratian's text and proposes a model for how a future critical edition of the entire Decretum could be formatted by offering a facing-page English translation. This translation is the first of this section of Gratian's De penitentia into any modern language and makes the text accessible to a wider audience. Both the Latin and the English text are presented in a way to make clear the development of Gratian's text in various stages within two main recensions. The edition and translation are preceded by an introduction relating the latest scholarship on Gratian and his text and are followed by three appendices, including one that provides a transcription of the relevant text from the debated manuscript Sankt Gallen, Stiftsbibliothek 673, and one that lists possible formal sources and related contemporary texts. This book provides a full edition and translation of the text studied in depth in Master of Penance: Gratian and the Development of Penitential Thought and Law in the Twelfth Century (CUA Press, 2014) by the same author.
(source: Nielsen Book Data)9780813228679 20170621
Law Library (Crown)
Book
x, 201 pages ; 21 cm.
  • Introducción
  • Contexto histórico del Concilio
  • Apertura y primeros trabajos del Concilio Provincial
  • Los procesos de redacción de los Decretos
  • Conclusiones acerca de la producción legal en la Tercer Councilio Provincial Mexicano
  • Apéndice: Iter redaccional de decretos de acuerdo a los apuntamientos de Juan de Salcedo.
"The decrees of the Third Mexican Provincial Council, celebrated in 1585, had an important impact on the organization of the colonial Church and Spanish-American society, from the time they were published in 1622 until the nineteenth century. This research focuses on how the decrees were drafted, taking into consideration the working materials used in the conciliar meeting room by the bishops and their assistants, and thus highlighting the intentions of the conciliar fathers in their new and original elaboration of both Canon Law and Derecho Indiano"-- Page [4] of cover.
Law Library (Crown)
Book
xv, 199 pages : illustrations ; 24 cm.
  • Contents List of Figures and Tables Acknowledgements List of Abbreviations Introduction PART I: THE TRIBUNAL OF THE SACRA ROMANA ROTA 1 Sources and Research on the Roman Rota 2 The Roman Rota and the Papal Curia 3 The History of the Roman Rota 4 The Organization and Personnel of the Rota 5 The Stages of Rota Processes 6 The Activity of the Rota as Recorded in the Rota Manualia 7 The Litigation of Henricus Meyer over the Parish of Mynamaki PART II: ROTA PROCESSES IN THE LATE MIDDLE AGES AND ON THE EVE OF REFORMATION 8 The Classification and Number of Cases Heard in the Rota 9 The Geographical Range of Cases heard by the Rota 10 The Length of Rota Processes 11 Appellants General Conclusions Sources and Literature Index of Persons Index of Places.
  • (source: Nielsen Book Data)9781472482266 20160704
This is a study of the history and function of the highest ecclesiastical tribunal, the Sacra Romana Rota, from the twelfth to the sixteenth centuries. Despite its importance for Christendom and in contrast with other important papal offices, the activity of the Rota has never been thoroughly investigated on the basis of archival sources, in large part due to the vast source material and the perceived "difficulty" of the subject. This book fills this significant gap by explaining how the Rota functioned-its organization, the phases of a Rota process, everyday practices at the tribunal-and the kinds of issues it handled, where the processes originated from and how long they lasted. The study demonstrates that the Rota dealt with a range of cases much broader than has previously been acknowledged, whilst also confirming that the tribunal mainly oversaw litigation over benefices. The results of this research reveal the true role of the Rota and its significance for Christians from the middle ages to the dawn of the Reformation.
(source: Nielsen Book Data)9781472482266 20160704
Green Library
Book
xxiv, 264 pages ; 24 cm
  • Introduction: the sacraments in medieval canon law-- 1. The real presence of Christ, the minister and the materials of the sacrament-- 2. The form of the sacrament and the elevation of the host-- 3. Communion: union with Christ and unity in the sacrament-- 4. Custody of the Eucharist and communion of the sick-- 5. Corpus Christi and wonder hosts-- Conclusion-- Bibliography-- Index.
  • (source: Nielsen Book Data)9781107124417 20160619
Thomas Izbicki presents a new examination of the relationship between the adoration of the sacrament and canon law from the twelfth to fifteenth centuries. The medieval Church believed Christ's glorified body was present in the Eucharist, the most central of the seven sacraments, and the Real Presence became explained as transubstantiation by university-trained theologians. Expressions of this belief included the drama of the elevated host and chalice, as well as processions with a host in an elaborate monstrance on the Feast of Corpus Christi. These affirmations of doctrine were governed by canon law, promulgated by popes and councils; and liturgical regulations were enforced by popes, bishops, archdeacons and inquisitors. Drawing on canon law collections and commentaries, synodal enactments, legal manuals and books about ecclesiastical offices, Izbicki presents the first systematic analysis of the Church's teaching about the regulation of the practice of the Eucharist.
(source: Nielsen Book Data)9781107124417 20160619
SAL3 (off-campus storage)
Book
365 p. ; 24 cm.
  • Serviteur de dieu, pape pour tous les hommes -- Gouvernement intra-ecclésial -- Le primat de Pierre, titre fondamental de l'autorité de Grégoire -- Les évêques -- Les monastères -- Gouvernement extra-ecclésial -- La société civile -- La communauté Juive -- Les non catholiques -- Agir pour le bien -- Administrer le patrimoine de l'Eglise -- Réflexion préalable autour de la nécessité des biens temporels pour l'Eglise -- Gouverner, c'est administrer -- Gouverner avec diligence -- Considérations préliminaires -- La diligence d'après le Registre -- Reagir contre le mal -- Rechercher la vérité -- Prémisse : la vérité comme critère de justice -- Recherche de la vérité comme critère d'une juste Sentence -- Dans le doute -- Quand il faut sévir -- Gouverner et punir -- Finalité Sociale -- Finalité individuelle.
"Le Pontificat de saint Grégoire Ier (590-604) pape connu à juste titre sous le nom de Grégoire le Grand est considéré comme étant une époque charnière pour l'histoire de l'Église : entre Antiquité et Moyen-Age. Les Lettres (ou Registrum Epistularum), sauvées miraculeusement de la destruction par les collections canoniques, offrent un aperçu unique du gouvernement de l'Église au VIe siècle. Le présent volume, dans une perspective inédite d'étude des sources du Droit canonique, s'efforce de dégager l'idéal de justice dont elles sont imprégnées en reconstituant les motivations juridiques qui ont présidé aux décisions de ce pontificat. Cette analyse voudrait au travers de cette "jurisprudence grégorienne", encore loin de la formalisation du droit canonique tel que nous le connaissons aujourd'hui, reproposer le thème de la justice dans l'Église, non sous l'aspect réducteur d'un ensemble de lois mais bien comme étant "ce qui est juste" dans l'Église."--P. [4] of cover.
SAL3 (off-campus storage)
Book
558 pages : portrait ; 24 cm.
  • Si fornicatio clerici est publica : La fornication publique des clercs dans le droit canonique classique -- Le Traité du bénéfice de Jean de Selve l'Aîné (1509) -- " Condemnation instructive " : Procédure pénale et faits de sorcellerie dans Les Essais de Montaigne -- L'image du Pontife romain à travers les actes des conciles romains (1059-1085) -- Hypothèse de recherche autour de la distinction et le rapport entre ius dicere et iudicare -- Quelques remarques sur le thème de la nullité et de l'annulation. Entre droit romain et histoire du droit privé français -- Mariage, certificat de coutume et conversion obligatoire à l'islam -- La justice savante de Salomon -- L'abandon des enfants en droit médiéval : L'apport de la doctrine romano-canonique -- Quelques repères historiques sur la lettre dimissoire -- Le conferenze episcopali nelle proposte del cardinale Bonaventura Cerretti al suo rientro a Roma dalla nunziatura di Parigi -- Questions terminologiques et canoniques au sujet des ministères et charges ecclésiales -- Les racines religieuses de l'idée nationale : France et Allemagne -- La papauté médiévale, recours et secours du Saint-Siège au temps du Risorgimento -- Entre personne et animal. Le barbare, l'Église et le droit dans l'Empire romain -- Sicut est in Sorbon fieri consuetum rinfluence de la Sorbonne sur les statuts des collèges parisiens -- Dinus Mugellanus und die Regulae iuris des Liber Sextus -- De quelques gloses parisiennes à la Compilatio Prima concernant les bénéfices ecclésiastiques -- Brevet d'orthodoxie. La version arménienne des Canons de Cyrille d'Alexandrie -- La politica religiosa della Repubblica Italiana. Elementi e riflessioni -- Calvin et la joie d'après les registres du Consistoire de Genève -- Étranger, naturalité, nationalité, être français depuis l'Ancien Régime -- Liberté contractuelle et codifications commerciales au XIXe siècle -- Serpentes, sabre et sorts. Les origines du canon Episcopi et le sabbat des sorcières -- Remarques sur l'influence canonique en matière de transmissibilité passive des obligations délictuelles -- De la confirmation à l'authentification des actes juridiques aux Me et me siècles -- Le notaire au confessionnal. Les devoirs de la fonction notariale au for interne -- Quelques aperçus sur les débats, anciens et récents, à propos du titre de " Patriarche d'Occident " -- De miraculis non est lex. De quelques inconvénients juridiques de la résurrection de Lazare.
"Ce présent volume rassemble vingt-neuf contributions offertes à Michèle Bégou-Davia, Professeur émérite de l'université Paris-Sud et éminente spécialiste de l'histoire du droit canonique médiéval. Les articles réunis ici par ses collègues et amis ne sont toutefois pas tous circonscrits à ce champ disciplinaire, mais reflètent et témoignent d'une diversité et d'une approche compréhensive des formes historiques et des concepts du droit, allant de l'Orient ancien à la science canonique positive : une plenitudo juris dont la quête a constamment motivé et continue d'animer la dédicataire de ces Mélanges."--P. [4] of cover.
Green Library
Book
1 online resource (1,113 pages) : illustrations.
  • Note on translation (from the Carnegie edition)
  • Note on this edition
  • A treatise on laws and God the lawgiver
  • A defence of the Catholic and apostolic faith
  • A work on the three theological virtues : faith, hope, and charity.
Book
xiv, 462 pages : maps ; 22 cm.
  • Preface Abbreviations Prologue: The Chalcedonian Inheritance General Introduction I. Events before the Synod II. Understanding the Crisis 1. The Constantinopolitan Perspective 2. The Palestinian Perspective 3. The Roman Perspective III. The Acts, their Character and Purpose IV. The Lateran Synod 1. The Course of the Synod 2. The Aftermath V. The Theological Issues] VI. The Reception of the Synod The Acts of the Lateran Synod of 649 Session I, 5 October Session II, 8 October Session III, 17 October Session IV, 19 October Session V, 31 October Letters of Pope Martin Appendix: The attendance and subscription lists Maps Glossary Bibliography 1. Primary Sources 2. Secondary Literature Indices 1. Documents and Citations 2. Persons.
  • (source: Nielsen Book Data)9781781380390 20160619
The Lateran Synod of 649 was a major event in the 'monothelete' controversy of the seventh century over 'wills' and 'operations' in Christ. It represented a determined attempt by the papacy to frustrate and reverse the ecclesiastical policy of the emperor and patriarch at Constantinople. It represented the boldest challenge to imperial authority by churchmen that late antiquity had seen. The theology adopted by the synod and its expression in a series of speeches was the work of a team of Greek monks under the leadership of St Maximus the Confessor. This translation will add to the still limited body of material available in English for the study of a writer who is widely held to have been the greatest of all Byzantine theologians. The Acts of the synod have been a major puzzle ever since their editor, Rudolf Riedinger, demonstrated that the Greek version, not the Latin, is the original, even though the council must have conducted its business in Latin. This edition offers a new explanation of this anomaly, which restores authenticity to the synodal sessions, without denying that the Acts, as published, were not a straight factual record but propaganda intended to convince the Roman world of the orthodoxy and authority of the papacy.
(source: Nielsen Book Data)9781781380390 20160619
Green Library
Book
107 pages : illustrations (chiefly color) ; 24 cm
  • Vorwort (C.D.)
  • Einführung (P.L.)
  • Der Kaiser und das Recht (C.D.)
  • Der Papst und das Recht (K.S.)
  • Der mittelalterliche Gerichtsprozess im Wandel der Zeit (P.L.)
  • Die frühe Rechtswissenschaft an den hohen Schulen (P.L.)
  • Busse, Beichte und Ablass (F.S.)
  • Leges-Handschriften (K.S.)
  • Ein Ort des Rechts auf dem karolingischen Klosterplan (F.S.)
  • Mittelalterliche Kostbarkeiten aus der Schatztruhe der Stiftsbibliothek St. Gallen (K.S., F.S.)
  • Anhang
  • Literaturhinweise
  • Ausgestellte Handschriften
  • Ausgestellte Inkunabel
  • Abgebildete Urkunden
  • Weitere erwähnte Handschriften.
Green Library
Book
xiv, 264 pages ; 23 cm
In the first millennium the Christian Church forbade its clergy from bearing arms. In the mid-eleventh century the ban was reiterated many times at the highest levels: all participants in the battle of Hastings, for example, who had drawn blood were required to do public penance. Yet over the next two hundred years the canon law of the Latin Church changed significantly: the pope and bishops came to authorize and direct wars; military-religious orders, beginning with the Templars, emerged to defend the faithful and the Faith; and individual clerics were allowed to bear arms for defensive purposes. This study examines how these changes developed, ranging widely across Europe and taking the story right up to the present day.
(source: Nielsen Book Data)9781843838654 20160612
Green Library
Book
196 pages ; 24 cm
  • Acknowledgements ...vii Introduction: Toward a Gendered Approach to Understanding the Hispanic Inquisitions ...1 1. Betwixt and Between: Judaizing Women Face the Inquisition... 25 2. Dangerous Spiritualities: Beatas, Illuminism, and False Religiosity ...65 3. Devil With A Black or Brown Dress On: Holy Women as Ventriloquists of Satan ...95 4. Bewitching Acts: Cures, Love Potions, and Spells... 119 5. Entre cuerpo y alma: Female Sexuality, Out of Control? ...147 Epilogue... 173 Bibliography ...177 Index ...187.
  • (source: Nielsen Book Data)9789004235878 20160609
In Gendered Crime and Punishment, Stacey Schlau examines the trial records of several women accused before the Hispanic Inquisitions, in order to shed light not only on their words and actions, but also on the ideological underpinnings and mechanisms of the societies in which they lived.
(source: Nielsen Book Data)9789004235878 20160609
Green Library
Book
xxiii, 653 p. : ill. (some col.) ; 25 cm.
Green Library
Book
528 p. : ill. (some col.) ; 27 cm.
  • Typologie du liber extra -- Les centres de production du livre universitaire juridique -- Le fonctionnement des ateliers de production universitaire -- L'analyse codicologique -- La mise en page -- La copie -- Du volume homogène au recueil composite -- La culture graphique -- Les sens de lecture -- Les usages de la collection des Décrétales -- Une mise en image politique et judiciaire -- Paris, un foyer créateur des "entrées artistique" -- Liber II, "/udicium" : La "litis contestatio" -- Liber V, "Crimen" : Le procès ou la diffusion de la règle monastique -- Une mise en image theologique et sacramentelle -- Liber I, "Iudex" : Le dogme trinitaire -- Liber III, "Clerus" -- La célébration de la messe : l'expulsion ou l'adoration des laïcs -- L'ordination -- : Liber IV, "Conubia" -- Le mariage : la dexterarum junctio, l'échange de l'anneau ou le baiser de paix -- Le traité sur l'arbre de consanguinité et d'affinité de Raymond de Periafort.
"La collection des Décrétales de Grégoire IX est un texte officiel écrit à sa demande par Raymond de Pefiafort et sous son contrôle afin de permettre aux fidèles de connaître leurs devoirs et leurs droits, de respecter la doctrine fixée par Rome et de résoudre des problèmes canoniques similaires. Cette collection majeure du XIIIe siècle est au programme à l'université de droit canonique. Son importance doctrinale s'explique : en effet elle traite des grandes orientations de la politique pontificale, et rassemble en un seul volume tout le droit paru depuis le Décret de Gratien en 1140. La collection des Décrétales de Grégoire IX est un livre populaire auprès des étudiants et des maîtres de l'université de droit, mais également auprès des professionnels du droit et des ecclésiastiques. La production des Décrétales de Grégoire IX est très diffusée en Europe. La première étape de ce travail a consisté à dresser un corpus cohérent. Ce groupe de 74 manuscrits enluminés en latin et en langue vernaculaire n'a fait l'objet d'aucun classement artistique jusqu'alors et d'aucune étude monographique. Une observation rigoureuse des pratiques codicologiques, une analyse du texte, du décor et des traces de possesseurs ont permis dans un premier temps de les dater et les localiser. L'analyse de ces manuscrits a contribué à révéler un patrimoine insoupçonné de la production universitaire dans l'ancienne France du XIIIe siècle. Ainsi, le monopole accordé à Bologne comme unique centre de production des manuscrits juridiques qui exporte dans les centres universitaires français au XIIIe siècle doit être reconsidéré. La collection des Décrétales de Grégoire IX témoigne d'une époque, le XIIIe siècle, d'un genre littéraire mal connu, les manuscrits universitaires et d'un réseau de commanditaires et possesseurs mal exploré, le milieu des étudiants, des professeurs et des juristes. Par ailleurs, l'étude des manuscrits des Décrétales a souvent été délaissée des points de vue de l'histoire du livre et de l'histoire de l'art. Cette étude fondamentale permet donc de reconsidérer la place du livre juridique dans l'histoire du livre au Moyen Âge. L'étude du décor peint a révélé l'existence de plusieurs cycles diffusés dans les centres de production universitaire. Ces enluminures ont été modifiées au fil des décennies afin de s'adapter aux mutations de la politique pontificale et à la législation conciliaire. À la lumière des sources juridiques, ce cycle peint se révèle comme étant un commentaire extratextuel. Le décor rend ainsi accessible des problèmes de droit souvent complexes. Il véhicule un message politique qui se détourne parfois du texte officiel afin de mobiliser le lecteur sur des problèmes concrets touchant à l'Église de France."--P. [4] of cover.
Green Library