Search results

454,874 results

View results as:
Number of results to display per page
Book
573 p., [7] p. of plates : ill. (some col.) ; 23 cm.
  • Introduction : 1913 cent ans après : enchantements et désenchantements par Marie-Paule Berranger et Colette Camelin -- Perspectives historiques -- Tout le 30ce siècle était-il dans 1913 ? par Pascal Ory -- Jaurès et Péguy face au "monde moderne" en 1913 par Colette Camelin -- Les Décades de Pontigny en 1913 : une histoire de la "glocalisation" dans la première mondialisation-globalisation par François Chaubet -- La littérature francophone d'Afrique noire au prisme d'une poétique de l'autodétermination par Christine Le Quellec Cottier -- La pensée de la vie en question -- À l'épreuve de la guerre et du siècle : d'une philosophie de la vie à une autre par Frédéric Worms -- Nietzsche, rencontres avec le pragmatisme (1913-2013) par Louis Pinto -- Proust, Stravinsky, Freud, avant les horreurs de la guerre par Christophe Paradas -- Aventures du roman -- Ce que ne savaient pas les lecteurs de Du côté de chez Swann par Pierre-Louis Rey -- Le romanesque contre la "littérature" par Hélène Baty-Delalande -- Nouvelles voies romanesques (Alain-Fournier, Larbaud) par Françoise Simonet-Tenant -- Jean Barois et sa postérité : de "l'état de dialogue" au dialogue dans tous ses états par Marie-Hélène Boblet -- "A quoi bon des poètes ?" -- "À quoi bon des poètes en ces temps de détresse?" par Marie-Paule Berranger -- Le mythe du Transsibérien par Claude Leroy -- 1913-2013 dans la poésie russe. À la recherche d'une Europe perdue par Anne Faivre Dupaigre -- 1913 en abyme par Laurence Campa -- Les avant-gardes sur la brèche -- La critique d'art d'Apollinaire en 1913 par Patrick Née -- Topie wilhelminienne et utopies expressionnistes ou comment réenchanter le monde ? par Maurice Godé -- Un enchantement désenchanté : la poupée d'Oskar Kokoschka (1886-1980) par Silke Schauder -- L'art "nouveau" à l'Armory Show (New York, 1913) : quelles conséquences pour la poésie américaine d'aujourd'hui ? par Hélène Aji -- Décloisonner l'affect/repenser l'avant-garde avec Roger Fry et le Groupe de Bloomsbury : le cas des Ateliers Omega par Catherine Bernard -- 1913 en spectacle -- 1913 : un mythe musical par Claude Coste -- Cinéma 1913 par Francis Vanoye -- 1913 : le théâtre au seuil du XXe siècle ? par Marco Consolini.
"L'année 1913 est le moment où la culture européenne, à son sommet, semble suspendue au bord de l'abîme. Revenir sur le paysage intellectuel et artistique de 1913 nous permettra-t-il de mieux nous orienter aujourd'hui ? C'est le pari qui est le nôtre. Il s'agit de comprendre ce qui a fécondé le XXe siècle, mais aussi ce qui lui a manqué, ce qui a été perdu pendant les apocalypses et les glaciations qui ont suivi. De quels espoirs, de quelles illusions, de quelles révoltes cette génération fut-elle porteuse ? Les années qui ont précédé la guerre sont un prodigieux laboratoire de formes nouvelles, aussi voit-on souvent 1913 comme l'origine de cette modernité esthétique revendiquée par les avant-gardes. Nous avons cherché, pour notre part, à montrer la richesse et les tensions de cette année-là. L'Homme sans qualités de Musil incarne "un homme du possible" qui traite la réalité comme "une tâche et une invention perpétuelles". C'était en 1913 : quels sont nos possibles aujourd'hui ?"--P. [4] of cover.
  • Introduction : 1913 cent ans après : enchantements et désenchantements par Marie-Paule Berranger et Colette Camelin -- Perspectives historiques -- Tout le 30ce siècle était-il dans 1913 ? par Pascal Ory -- Jaurès et Péguy face au "monde moderne" en 1913 par Colette Camelin -- Les Décades de Pontigny en 1913 : une histoire de la "glocalisation" dans la première mondialisation-globalisation par François Chaubet -- La littérature francophone d'Afrique noire au prisme d'une poétique de l'autodétermination par Christine Le Quellec Cottier -- La pensée de la vie en question -- À l'épreuve de la guerre et du siècle : d'une philosophie de la vie à une autre par Frédéric Worms -- Nietzsche, rencontres avec le pragmatisme (1913-2013) par Louis Pinto -- Proust, Stravinsky, Freud, avant les horreurs de la guerre par Christophe Paradas -- Aventures du roman -- Ce que ne savaient pas les lecteurs de Du côté de chez Swann par Pierre-Louis Rey -- Le romanesque contre la "littérature" par Hélène Baty-Delalande -- Nouvelles voies romanesques (Alain-Fournier, Larbaud) par Françoise Simonet-Tenant -- Jean Barois et sa postérité : de "l'état de dialogue" au dialogue dans tous ses états par Marie-Hélène Boblet -- "A quoi bon des poètes ?" -- "À quoi bon des poètes en ces temps de détresse?" par Marie-Paule Berranger -- Le mythe du Transsibérien par Claude Leroy -- 1913-2013 dans la poésie russe. À la recherche d'une Europe perdue par Anne Faivre Dupaigre -- 1913 en abyme par Laurence Campa -- Les avant-gardes sur la brèche -- La critique d'art d'Apollinaire en 1913 par Patrick Née -- Topie wilhelminienne et utopies expressionnistes ou comment réenchanter le monde ? par Maurice Godé -- Un enchantement désenchanté : la poupée d'Oskar Kokoschka (1886-1980) par Silke Schauder -- L'art "nouveau" à l'Armory Show (New York, 1913) : quelles conséquences pour la poésie américaine d'aujourd'hui ? par Hélène Aji -- Décloisonner l'affect/repenser l'avant-garde avec Roger Fry et le Groupe de Bloomsbury : le cas des Ateliers Omega par Catherine Bernard -- 1913 en spectacle -- 1913 : un mythe musical par Claude Coste -- Cinéma 1913 par Francis Vanoye -- 1913 : le théâtre au seuil du XXe siècle ? par Marco Consolini.
"L'année 1913 est le moment où la culture européenne, à son sommet, semble suspendue au bord de l'abîme. Revenir sur le paysage intellectuel et artistique de 1913 nous permettra-t-il de mieux nous orienter aujourd'hui ? C'est le pari qui est le nôtre. Il s'agit de comprendre ce qui a fécondé le XXe siècle, mais aussi ce qui lui a manqué, ce qui a été perdu pendant les apocalypses et les glaciations qui ont suivi. De quels espoirs, de quelles illusions, de quelles révoltes cette génération fut-elle porteuse ? Les années qui ont précédé la guerre sont un prodigieux laboratoire de formes nouvelles, aussi voit-on souvent 1913 comme l'origine de cette modernité esthétique revendiquée par les avant-gardes. Nous avons cherché, pour notre part, à montrer la richesse et les tensions de cette année-là. L'Homme sans qualités de Musil incarne "un homme du possible" qui traite la réalité comme "une tâche et une invention perpétuelles". C'était en 1913 : quels sont nos possibles aujourd'hui ?"--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
NX457 .C65 2013 Unavailable On order Request
Book
174 p. : ill. (some col.) ; 24 cm
"Au début de la Grande Guerre, la nation devient une valeur supérieure aux classes sociales comme aux religions. Partout, le curé, le pasteur, le rabbin et l'iman des colonies bénissent ensemble les troupes mobilisées. Tant et si bien que la guerre va opposer les juifs des deux camps. Patriotes en chacun des pays belligérants, ils n'expriment pas de pensée propre sur la guerre. Ils ne se distinguent que dans les pays où ils subissent des persécutions. Néanmoins, l'antisémitisme que les unions sacrées avaient relégué au second plan revient rapidement tandis qu'en Russie, et surtout en Ukraine, la guerre civile qui annonce la révolution d'Octobre 1917 s'accompagne de pogroms. En Allemagne et dans la petite Autriche réduite à elle-même, la défaite et les convulsions qui en découlent préparent directement le nazisme. Le Parlement allemand réuni à Weimar proclame la République et celui de Vienne fait le même choix. Dans les deux nations germaniques, les juifs placent leurs espoirs en ces nouveaux régimes fondés sur la démocratie. Ils accèdent à des responsabilités politiques. Il s'en trouve, aussi, à la tête des mouvements révolutionnaires qui tentent d'établir une jonction entre la révolution russe, la révolution allemande et les insurrections qui éclatent dans l'Empire austro-hongrois. Les conséquences seront tragiques. Radicalisés par la défaite, des officiers et sous officiers forment des Corps Francs. Ils enlèvent et assassinent Rosa Luxemburg à Berlin et se chargent à Munich de liquider Kurt Eisner, président d'une éphémère République des Soviets de Bavière. Ces Corps Francs, tolérés par les dirigeants sociaux démocrates et libéraux de la République de Weimar préfigurent l'avenir. On y trouve le capitaine Rhiim, fondateur du parti nazi, Rudolf Hess, Reinard Heydrich et Martin Borman."--P. [4] of cover.
"Au début de la Grande Guerre, la nation devient une valeur supérieure aux classes sociales comme aux religions. Partout, le curé, le pasteur, le rabbin et l'iman des colonies bénissent ensemble les troupes mobilisées. Tant et si bien que la guerre va opposer les juifs des deux camps. Patriotes en chacun des pays belligérants, ils n'expriment pas de pensée propre sur la guerre. Ils ne se distinguent que dans les pays où ils subissent des persécutions. Néanmoins, l'antisémitisme que les unions sacrées avaient relégué au second plan revient rapidement tandis qu'en Russie, et surtout en Ukraine, la guerre civile qui annonce la révolution d'Octobre 1917 s'accompagne de pogroms. En Allemagne et dans la petite Autriche réduite à elle-même, la défaite et les convulsions qui en découlent préparent directement le nazisme. Le Parlement allemand réuni à Weimar proclame la République et celui de Vienne fait le même choix. Dans les deux nations germaniques, les juifs placent leurs espoirs en ces nouveaux régimes fondés sur la démocratie. Ils accèdent à des responsabilités politiques. Il s'en trouve, aussi, à la tête des mouvements révolutionnaires qui tentent d'établir une jonction entre la révolution russe, la révolution allemande et les insurrections qui éclatent dans l'Empire austro-hongrois. Les conséquences seront tragiques. Radicalisés par la défaite, des officiers et sous officiers forment des Corps Francs. Ils enlèvent et assassinent Rosa Luxemburg à Berlin et se chargent à Munich de liquider Kurt Eisner, président d'une éphémère République des Soviets de Bavière. Ces Corps Francs, tolérés par les dirigeants sociaux démocrates et libéraux de la République de Weimar préfigurent l'avenir. On y trouve le capitaine Rhiim, fondateur du parti nazi, Rudolf Hess, Reinard Heydrich et Martin Borman."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
D639 .J4 S55 2015 Unavailable At bindery Request
Book
367 p. : ill., maps ; 24 x 31 cm.
"Au cours de leurs dernières recherches sur la Shoah, Alexandre Doulut, Serge Klarsfeld et Sandrine Labeau ont exhumé près de 600 témoignages spontanés et questionnaires, remplis par les rescapés juifs dès leur retour des camps en France, d'avril à la fin de l'année 1945. Malgré leur stupéfiante valeur historique et leur crudité, ces documents n'avaient jamais été publiés. Voici réunis ici 70 de ces documents, presque un par convoi de déportation, accompagnés d'analyses historiques des auteurs : ce qui semblait évident aux rescapés en 1945 ne l'est pas forcément pour un lecteur d'aujourd'hui ; certains chiffres avancés par les rescapés doivent être parfois rectifiés. Ainsi rassemblés, ces témoignages constituent une sorte de première histoire d'Auschwitz : voilà ce que l'on pouvait savoir de la Shoah en 1945. Par ailleurs, après 10 ans de recherches dans des fonds d'archives parfois inédits, les auteurs livrent une liste mise à jour des rescapés juifs : ils sont plus de 3 300. Enfin, ce recueil veut aussi être un hommage aux derniers rescapés d'Auschwitz qui témoignent encore inlassablement aujourd'hui en France et dans le monde."--P. [4] of cover.
"Au cours de leurs dernières recherches sur la Shoah, Alexandre Doulut, Serge Klarsfeld et Sandrine Labeau ont exhumé près de 600 témoignages spontanés et questionnaires, remplis par les rescapés juifs dès leur retour des camps en France, d'avril à la fin de l'année 1945. Malgré leur stupéfiante valeur historique et leur crudité, ces documents n'avaient jamais été publiés. Voici réunis ici 70 de ces documents, presque un par convoi de déportation, accompagnés d'analyses historiques des auteurs : ce qui semblait évident aux rescapés en 1945 ne l'est pas forcément pour un lecteur d'aujourd'hui ; certains chiffres avancés par les rescapés doivent être parfois rectifiés. Ainsi rassemblés, ces témoignages constituent une sorte de première histoire d'Auschwitz : voilà ce que l'on pouvait savoir de la Shoah en 1945. Par ailleurs, après 10 ans de recherches dans des fonds d'archives parfois inédits, les auteurs livrent une liste mise à jour des rescapés juifs : ils sont plus de 3 300. Enfin, ce recueil veut aussi être un hommage aux derniers rescapés d'Auschwitz qui témoignent encore inlassablement aujourd'hui en France et dans le monde."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
D804.195 .D68 2015 Unavailable On order Request
Book
283 p. ; maps ; 20 cm.
  • Un petit volume en maroquin rouge : l'itinéraire du journal de Marie-Louise -- Un étrange voyage, le journal de 1814 -- Se raconter par petites touches -- Un recueil de souvenirs et un exutoire -- La solitude de l'Impératrice -- Un témoignage unique et sous-estimé -- Le "voyage de noces" de 1810 -- Le mariage -- Le château de Laeken -- "Le voyage de noces ne fut guère un voyage d'agrément" -- Une visite politique et stratégique -- Journal de Marie-Louise du 27 avril au 12 mai 1810 -- Les voyages de 1811 à 1813 -- La Normandie -- La Belgique et la Hollande -- L'Allemagne -- Le temps de la Régence -- Le voyage à Mayence de 1813 -- Journal de Marie-Louise du 23 juillet au 9 août 1823 -- Le voyage de Cherbourg -- Journal de Marie-Louise du 23 août au 4 septembre 1823 -- Le voyage de Rambouillet à Vienne en 1814 -- Défaite et séparation -- Journal de Marie-Louise du 23 avril au 2I mai 1814.
"Mardi 27 mars 1810, trois heures de l'après-midi, sur la route de Soissons à Reims. Un empereur de quarante ans bondit dans une voiture, à la grande surprise d'une jeune princesse de dix-huit ans. Napoléon Bonaparte vient de faire la connaissance de sa future épouse, Marie-Louise, fille de François 1er d'Autriche. Pour elle, qui fut élevée dans la haine de la Révolution française, c'est d'abord un choc. Lui s'est peu préoccupé du cérémonial: divorcé depuis quelques semaines et décidé à sceller cette alliance avec une vieille monarchie européenne, il est impatient de rencontrer celle qui lui donnera un héritier. Alors que rien ne les y préparait, l'amour surgit entre eux. Après "l'incomparable" Joséphine, Marie-Louise, qui connut l'apogée de l'Empire puis sa chute, fut souvent considérée comme une enfant gâtée, prompte à abandonner son époux vaincu pour rejoindre les siens. Pourtant, entre la timide adolescente de 1810 et la souveraine déchue qui doit quatre ans plus tard retourner auprès de son père sous protection militaire, le chemin parcouru a été grand. C'est le mérite de ces différents journaux de voyage, pour la première fois publiés dans leur totalité, que de nous faire découvrir les coulisses de l'Empire, mais surtout les mouvements intimes et la personnalité complexe de cette étonnante jeune fille, à la fois fidèle et capricieuse, moqueuse et amoureuse jusqu'à la mélancolie."--P. [4] of cover.
  • Un petit volume en maroquin rouge : l'itinéraire du journal de Marie-Louise -- Un étrange voyage, le journal de 1814 -- Se raconter par petites touches -- Un recueil de souvenirs et un exutoire -- La solitude de l'Impératrice -- Un témoignage unique et sous-estimé -- Le "voyage de noces" de 1810 -- Le mariage -- Le château de Laeken -- "Le voyage de noces ne fut guère un voyage d'agrément" -- Une visite politique et stratégique -- Journal de Marie-Louise du 27 avril au 12 mai 1810 -- Les voyages de 1811 à 1813 -- La Normandie -- La Belgique et la Hollande -- L'Allemagne -- Le temps de la Régence -- Le voyage à Mayence de 1813 -- Journal de Marie-Louise du 23 juillet au 9 août 1823 -- Le voyage de Cherbourg -- Journal de Marie-Louise du 23 août au 4 septembre 1823 -- Le voyage de Rambouillet à Vienne en 1814 -- Défaite et séparation -- Journal de Marie-Louise du 23 avril au 2I mai 1814.
"Mardi 27 mars 1810, trois heures de l'après-midi, sur la route de Soissons à Reims. Un empereur de quarante ans bondit dans une voiture, à la grande surprise d'une jeune princesse de dix-huit ans. Napoléon Bonaparte vient de faire la connaissance de sa future épouse, Marie-Louise, fille de François 1er d'Autriche. Pour elle, qui fut élevée dans la haine de la Révolution française, c'est d'abord un choc. Lui s'est peu préoccupé du cérémonial: divorcé depuis quelques semaines et décidé à sceller cette alliance avec une vieille monarchie européenne, il est impatient de rencontrer celle qui lui donnera un héritier. Alors que rien ne les y préparait, l'amour surgit entre eux. Après "l'incomparable" Joséphine, Marie-Louise, qui connut l'apogée de l'Empire puis sa chute, fut souvent considérée comme une enfant gâtée, prompte à abandonner son époux vaincu pour rejoindre les siens. Pourtant, entre la timide adolescente de 1810 et la souveraine déchue qui doit quatre ans plus tard retourner auprès de son père sous protection militaire, le chemin parcouru a été grand. C'est le mérite de ces différents journaux de voyage, pour la première fois publiés dans leur totalité, que de nous faire découvrir les coulisses de l'Empire, mais surtout les mouvements intimes et la personnalité complexe de cette étonnante jeune fille, à la fois fidèle et capricieuse, moqueuse et amoureuse jusqu'à la mélancolie."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
DC216.2 .A3 2015 Unavailable On order Request
Book
325 p., [8] p. of plates : ill. (some col.) ; 24 cm.
"Après son service militaire, Abel Pollet, alors âgé de 22 ans, et qui avait commis de nombreux larcins depuis sa tendre enfance, commence à grouper autour de lui un certain nombre d'individus. En septembre 1901, il est emprisonné à Loos-lez-Lille. Peu après sa sortie en 1904, il s'acoquine avec plusieurs complices des deux côtés de la frontière franco-belge. Ensemble, ils multiplient crimes et meurtres, semant l'effroi en ville et en campagne, dans un contexte économique et social difficile. Le 30 avril 1906, Pollet est dénoncé par son beau-frère. Dès le 3 mai, la bande sanguinaire est arrêtée manu militari. Cette terrible "affaire Pollet" a relancé le débat national sur la peine de mort, alors que le président Fallières graciait les criminels. En même temps, elle a aussi contribué à la création des Brigades du Tigre et elle est à l'origine de la censure photographique et cinématographique."--P. [4] of cover.
"Après son service militaire, Abel Pollet, alors âgé de 22 ans, et qui avait commis de nombreux larcins depuis sa tendre enfance, commence à grouper autour de lui un certain nombre d'individus. En septembre 1901, il est emprisonné à Loos-lez-Lille. Peu après sa sortie en 1904, il s'acoquine avec plusieurs complices des deux côtés de la frontière franco-belge. Ensemble, ils multiplient crimes et meurtres, semant l'effroi en ville et en campagne, dans un contexte économique et social difficile. Le 30 avril 1906, Pollet est dénoncé par son beau-frère. Dès le 3 mai, la bande sanguinaire est arrêtée manu militari. Cette terrible "affaire Pollet" a relancé le débat national sur la peine de mort, alors que le président Fallières graciait les criminels. En même temps, elle a aussi contribué à la création des Brigades du Tigre et elle est à l'origine de la censure photographique et cinématographique."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
PQ2713 .E77 A69 2015 Unavailable On order Request
Book
190 p. ; 19 cm.
  • Prélude à l'ivresse -- Vers le rêve (1872-1892 Des premières oeuvres à la Sonate n° 1) De l'art comme religion (Danses) -- Vers le charme (1892-1896 Sonates n° 1 et n° 2) De Chopin à lui-même (Études) -- Vers le souffle (1896-1902 Sonates n° 2 à 4) De l'aphorisme musical (Préludes) -- Vers l'extase (1902-1905 Sonates n° 4 à 5) De la surabondance (Poèmes) -- Vers la plénitude (1905-1909 Sonates n° 5 à 6) De l'ivresse théorique (Symphonies) -- Vers l'infini (1909-1913 Sonates n° 6à 10) Du mysticisme musical (Sonates) -- Vers railleurs (1913-1915 De la Sonate n° 10 aux oeuvres ultimes) De l'art total -- Au-delà de la flamme.
"L'oeuvre de Scriabine est l'une des plus originales de toute la musique ; totalement révolutionnaire, au même titre que celles de Schônberg, Bart6k, Prokofiev ou Stravinski, bousculant de manière irréversible la tonalité, inventant comme Chopin ses propres formes, développant une esthétique de la miniature en droite ligne des tentatives du dernier Liszt, exploitant des horizons harmoniques et des espaces sonores inédits dont Messiaen se souviendra, pour ne rien dire de Berg, Szymanowski ou de compositeurs plus proches de nous, tels Stockhausen ou Cage, Scriabine fait poser à la musique des questions qu'elle ne se posait pas avant lui. Créateur à la charnière du bousculement des mondes entre xix' et xx' siècles, partagé entre romantisme total et modernisme radical, mystique absolu et prophète d'un nouveau monde, Scriabine a fait de l'art une sorte de religion et d'initiation magique appelées à transformer la vie. Cent ans après sa mort, il est plus que jamais notre contemporain. Comme tous les volumes de la collection "Classica", ce Scriabine est enrichi d'un index, de repères bibliographiques et d'une discographie."--P. [4] of cover.
  • Prélude à l'ivresse -- Vers le rêve (1872-1892 Des premières oeuvres à la Sonate n° 1) De l'art comme religion (Danses) -- Vers le charme (1892-1896 Sonates n° 1 et n° 2) De Chopin à lui-même (Études) -- Vers le souffle (1896-1902 Sonates n° 2 à 4) De l'aphorisme musical (Préludes) -- Vers l'extase (1902-1905 Sonates n° 4 à 5) De la surabondance (Poèmes) -- Vers la plénitude (1905-1909 Sonates n° 5 à 6) De l'ivresse théorique (Symphonies) -- Vers l'infini (1909-1913 Sonates n° 6à 10) Du mysticisme musical (Sonates) -- Vers railleurs (1913-1915 De la Sonate n° 10 aux oeuvres ultimes) De l'art total -- Au-delà de la flamme.
"L'oeuvre de Scriabine est l'une des plus originales de toute la musique ; totalement révolutionnaire, au même titre que celles de Schônberg, Bart6k, Prokofiev ou Stravinski, bousculant de manière irréversible la tonalité, inventant comme Chopin ses propres formes, développant une esthétique de la miniature en droite ligne des tentatives du dernier Liszt, exploitant des horizons harmoniques et des espaces sonores inédits dont Messiaen se souviendra, pour ne rien dire de Berg, Szymanowski ou de compositeurs plus proches de nous, tels Stockhausen ou Cage, Scriabine fait poser à la musique des questions qu'elle ne se posait pas avant lui. Créateur à la charnière du bousculement des mondes entre xix' et xx' siècles, partagé entre romantisme total et modernisme radical, mystique absolu et prophète d'un nouveau monde, Scriabine a fait de l'art une sorte de religion et d'initiation magique appelées à transformer la vie. Cent ans après sa mort, il est plus que jamais notre contemporain. Comme tous les volumes de la collection "Classica", ce Scriabine est enrichi d'un index, de repères bibliographiques et d'une discographie."--P. [4] of cover.
Music Library
Status of items at Music Library
Music Library Status
Stacks
ML410 .S5988 C59 2015 Unavailable On order Request
Book
215 p. ; 22 cm.
"L'âme à l'envers ou l'amour perdu d'un photographe beaucoup trop littéraire pour voir les choses et les êtres comme ils sont, à moins qu'il ne soit trop impressionné par la rencontre au temps de sa jeunesse avec Stanislas Rodanski Stan le poète aimé, approché de si près, pour jamais. Une histoire d'amour dont la tristesse se perd entre Paris et les ruelles de Lyon, face aux images de la vie, du passé, celles de son attachement pour Elma bel et bien partie avec un autre et qui pourtant ne cesse de revenir par le biais des messages pixélisés sur un petit écran noyé de larmes. Dans la ville aux deux fleuves, le photographe amoureux renoue les liens de sa jeunesse perdue, se confronte à l'envers du désir dans des boîtes SM où vibre encore au contact des corps, au souvenir des mains tendues et des mots insensés l'âme des amants tourmentés. Un roman d'amour comme un voyage dans l'histoire d'Elma pour enfin repartir le regard en maraude, et sans plus de larmes, vers une autre vie."--P. [4] of cover.
"L'âme à l'envers ou l'amour perdu d'un photographe beaucoup trop littéraire pour voir les choses et les êtres comme ils sont, à moins qu'il ne soit trop impressionné par la rencontre au temps de sa jeunesse avec Stanislas Rodanski Stan le poète aimé, approché de si près, pour jamais. Une histoire d'amour dont la tristesse se perd entre Paris et les ruelles de Lyon, face aux images de la vie, du passé, celles de son attachement pour Elma bel et bien partie avec un autre et qui pourtant ne cesse de revenir par le biais des messages pixélisés sur un petit écran noyé de larmes. Dans la ville aux deux fleuves, le photographe amoureux renoue les liens de sa jeunesse perdue, se confronte à l'envers du désir dans des boîtes SM où vibre encore au contact des corps, au souvenir des mains tendues et des mots insensés l'âme des amants tourmentés. Un roman d'amour comme un voyage dans l'histoire d'Elma pour enfin repartir le regard en maraude, et sans plus de larmes, vers une autre vie."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
PQ2664 .U6778 A81 2015 Unavailable In process Request

8. Amours : roman [2015]

Book
276 p. ; 19 cm.
"Amours. Nous sommes en 1908. Léonor de Récondo choisit le huis clos d'une maison bourgeoise, dans un bourg cossu du Cher, pour laisser s'épanouir le sentiment amoureux le plus pur et le plus inattendu. Victoire est mariée depuis cinq ans avec Anselme de Boisvaillant. Rien ne destinait cette jeune fille de son temps, précipitée dans un mariage arrangé avec un notaire, à prendre en mains sa destinée. Sa détermination se montre pourtant sans faille lorsque la petite bonne de dix-sept ans, Céleste, tombe enceinte : cet enfant sera celui du couple, l'héritier Boisvaillant tant espéré. Comme elle l'a déjà fait dans le passé, la maison aux murs épais s'apprête à enfouir le secret de famille. Mais Victoire n'a pas la fibre maternelle, et le nourrisson dépérit dans le couffin glissé sous le piano dont elle martèle inlassablement les touches. Céleste, mue par son instinct, décide de porter secours à l'enfant à qui elle a donné le jour. Quand une nuit Victoire s'éveille seule, ses pas la conduisent vers la chambre sous les combles... Les barrières sociales et les convenances explosent alors, laissant la place à la ferveur d'un sentiment qui balayera tout."--P. [4] of cover.
"Amours. Nous sommes en 1908. Léonor de Récondo choisit le huis clos d'une maison bourgeoise, dans un bourg cossu du Cher, pour laisser s'épanouir le sentiment amoureux le plus pur et le plus inattendu. Victoire est mariée depuis cinq ans avec Anselme de Boisvaillant. Rien ne destinait cette jeune fille de son temps, précipitée dans un mariage arrangé avec un notaire, à prendre en mains sa destinée. Sa détermination se montre pourtant sans faille lorsque la petite bonne de dix-sept ans, Céleste, tombe enceinte : cet enfant sera celui du couple, l'héritier Boisvaillant tant espéré. Comme elle l'a déjà fait dans le passé, la maison aux murs épais s'apprête à enfouir le secret de famille. Mais Victoire n'a pas la fibre maternelle, et le nourrisson dépérit dans le couffin glissé sous le piano dont elle martèle inlassablement les touches. Céleste, mue par son instinct, décide de porter secours à l'enfant à qui elle a donné le jour. Quand une nuit Victoire s'éveille seule, ses pas la conduisent vers la chambre sous les combles... Les barrières sociales et les convenances explosent alors, laissant la place à la ferveur d'un sentiment qui balayera tout."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
PQ2718 .E24 A666 2015 Unavailable On order Request
Book
201 p. ; 21 cm
"La traque des étudiants se poursuivait boulevard Saint-Germain et rue Saint-Jacques. Des groupes de jeunes, garçons et filles mélangés, se battaient à mains nues contre les matraques des policiers, d'autres lançaient différents objets ramassés sur les trottoirs. Parfois, des fumées m'empêchaient de distinguer qui attaquait qui. Nous apprendrions plus tard qu'il s'agissait de gaz lacrymogènes. Le téléphone sonna. C'était Jean-Luc, très inquiet, qui craignait que je n'aie pas eu le temps de regagner notre appartement. "Écoute Europe numéro 1, ça barde au Quartier latin !" Nous étions le 3 mai 1968."--P. [4] of cover.
"La traque des étudiants se poursuivait boulevard Saint-Germain et rue Saint-Jacques. Des groupes de jeunes, garçons et filles mélangés, se battaient à mains nues contre les matraques des policiers, d'autres lançaient différents objets ramassés sur les trottoirs. Parfois, des fumées m'empêchaient de distinguer qui attaquait qui. Nous apprendrions plus tard qu'il s'agissait de gaz lacrymogènes. Le téléphone sonna. C'était Jean-Luc, très inquiet, qui craignait que je n'aie pas eu le temps de regagner notre appartement. "Écoute Europe numéro 1, ça barde au Quartier latin !" Nous étions le 3 mai 1968."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
PQ2683 .I2 A63 2015 Unavailable At bindery Request
Book
139 pages ; 22 cm.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
JC491 .D57 N.S. NO.14 Unavailable In process Request
Book
v. : ill. ; 18 cm.
  • t. 1. Fragments d'Europe
  • Introduction -- Toute pensée émet un coup de dés -- D'un affichisme, l'autre -- L'image entre déchirure et liquidité -- L'affichiste désafficheur -- Une expérience italienne -- De l'optique au typographique -- Pologne, France, Panique -- Le design graphique polonais conduit par une affiche moteur de son "artialisation" -- Roman Cieslewicz, un Polonais en France -- Un graphiste dans le Panique.
"La frontière entre les champs disciplinaires de l'art contemporain et du design graphique est parfois poreuse, traversée par des objets hybrides, des oeuvres de l'entre-deux. Dans cet ouvrage, Benoît Buquet, maître de conférences en histoire de l'art, se penche sur les oeuvres de ce corpus mixte, au sein duquel s'est construite une histoire partagée, faite de rencontres, de rapprochements et de défiances. L'auteur s'intéresse d'abord à la pratique artistique du décollage pour ensuite excéder la question de l'affiche et se pencher sur l'existence d'un "décollage" et d'une liquidité optique et typographique. Il se concentre ensuite sur les relations entre la France et la Pologne. L'étude attentive du contexte polonais et du développement d'un affichisme d'auteur conduit à se pencher sur quelques-unes de ses figures majeures. Cet ouvrage brillant et accessible entraîne son lecteur à la découverte d'oeuvres rares et de mouvements novateurs."--P. [4] of cover.
  • t. 1. Fragments d'Europe
  • Introduction -- Toute pensée émet un coup de dés -- D'un affichisme, l'autre -- L'image entre déchirure et liquidité -- L'affichiste désafficheur -- Une expérience italienne -- De l'optique au typographique -- Pologne, France, Panique -- Le design graphique polonais conduit par une affiche moteur de son "artialisation" -- Roman Cieslewicz, un Polonais en France -- Un graphiste dans le Panique.
"La frontière entre les champs disciplinaires de l'art contemporain et du design graphique est parfois poreuse, traversée par des objets hybrides, des oeuvres de l'entre-deux. Dans cet ouvrage, Benoît Buquet, maître de conférences en histoire de l'art, se penche sur les oeuvres de ce corpus mixte, au sein duquel s'est construite une histoire partagée, faite de rencontres, de rapprochements et de défiances. L'auteur s'intéresse d'abord à la pratique artistique du décollage pour ensuite excéder la question de l'affiche et se pencher sur l'existence d'un "décollage" et d'une liquidité optique et typographique. Il se concentre ensuite sur les relations entre la France et la Pologne. L'étude attentive du contexte polonais et du développement d'un affichisme d'auteur conduit à se pencher sur quelques-unes de ses figures majeures. Cet ouvrage brillant et accessible entraîne son lecteur à la découverte d'oeuvres rares et de mouvements novateurs."--P. [4] of cover.
Art & Architecture Library
Status of items at Art & Architecture Library
Art & Architecture Library Status
Stacks
NC998.4 .B865 2015 Unavailable On order Request
Book
384 p. ; 23 cm.
  • t. 2. 2005-2014.
"Quand mon frère et moi nous disons que pour faire un film à deux il faut que nous désirions faire le même film, il me semble que cela veut dire que tous les deux nous atteignons cet état où nous sommes hantés par les mêmes images lointaines qui s'éveillent en nous (...) dont nous ne parlons pas mais qui surgissent de notre enfance partagée. Ce ne sont pas des images mais plutôt des phantasmes, des bribes de scénario enfouis qui reviennent et nous attirent. Qu'est-ce qu'un père, une mère, un fils, une fille ? Qu'est-ce qu'un individu qui ne serait ni père, ni mère, ni fils, ni fille ? Est-ce pensable ? Après le nazisme et le communisme réel qui voulurent remplacer le lien généalogique par la soumission au Maître ou au Parti et avec le consumérisme contemporain qui starifie l'individu sans lien, c'est une question qui n'est pas insignifiante. "Indignez-vous !" dit-il, "Indignez-vous !" Le problème est que l'indignation est loin d'être libre de préjugés. Seule, elle est aveugle, prête à s'accoupler à n'importe quelle colère. Comme les événements télévisuels, beaucoup de films sont mis en scène pour être filmés. Le film Shoah de Claude Lanzmann empêchera peut-être que les humains des siècles à venir ne confondent Auschwitz avec Pompéi. Londres pour une rétrospective de nos films. Un critique nous a dit : "En tant que spectateur de vos films, j'ai toujours le sentiment d'avoir raté quelque chose, d'être arrivé trop tard dans la salle." Nous l'avons remercié pour ce compliment."--P. [4] of cover.
  • t. 2. 2005-2014.
"Quand mon frère et moi nous disons que pour faire un film à deux il faut que nous désirions faire le même film, il me semble que cela veut dire que tous les deux nous atteignons cet état où nous sommes hantés par les mêmes images lointaines qui s'éveillent en nous (...) dont nous ne parlons pas mais qui surgissent de notre enfance partagée. Ce ne sont pas des images mais plutôt des phantasmes, des bribes de scénario enfouis qui reviennent et nous attirent. Qu'est-ce qu'un père, une mère, un fils, une fille ? Qu'est-ce qu'un individu qui ne serait ni père, ni mère, ni fils, ni fille ? Est-ce pensable ? Après le nazisme et le communisme réel qui voulurent remplacer le lien généalogique par la soumission au Maître ou au Parti et avec le consumérisme contemporain qui starifie l'individu sans lien, c'est une question qui n'est pas insignifiante. "Indignez-vous !" dit-il, "Indignez-vous !" Le problème est que l'indignation est loin d'être libre de préjugés. Seule, elle est aveugle, prête à s'accoupler à n'importe quelle colère. Comme les événements télévisuels, beaucoup de films sont mis en scène pour être filmés. Le film Shoah de Claude Lanzmann empêchera peut-être que les humains des siècles à venir ne confondent Auschwitz avec Pompéi. Londres pour une rétrospective de nos films. Un critique nous a dit : "En tant que spectateur de vos films, j'ai toujours le sentiment d'avoir raté quelque chose, d'être arrivé trop tard dans la salle." Nous l'avons remercié pour ce compliment."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
PN V.2 Unavailable On order Request
Book
364 pages ; 24 cm
  • Vorwort : Preface : Avant-propos
  • Einleitung
  • Fokus
  • Zur Methode
  • Auswahlkriterien
  • Forschungsstand
  • Zur Begrifflichkeit
  • Die Zergliederung des Allgemeinen und andere Neuerungen
  • Überlieferung und Erneuerung um die Jahrhundertmitte
  • Exkurs : die französisch-britisch-deutsche Triade
  • Nationale Traditionen
  • Frankreich
  • Tradition und Innovation zur Jahrhundertmitte : Batteux und Prévost
  • Die Gabelung der Übersetzungsstudien in der Encyclopédie : Beauzée und Marmontel
  • Goût de terroir, génie, moeurs : die Zergliederung des Übersetzungsbegriffs
  • Übersetzungsbegriffe an der Wende zum 19. Jahrhundert
  • Das Vereinigte Königreich
  • Das Poetische an der Übersetzungspoetik
  • Die Regeln der übersetzerischen Mimesis : Dryden
  • Der wechselhafte Werdegang des Genies im 18. Jahrhundert
  • Andere Poetiken der Antikenübersetzung
  • Retrospektive : Tytler
  • Das frühe 19. Jahrhundert : Fortfuhren, Abweichen, Importieren
  • Die deutschsprachigen Länder
  • Klassisch-klassizistische Begriffe : Anlehnung an Frankreich oder das Vereinigte Königreich
  • Neues Licht für die Aufklärung : Antirationalistisches aus Zürich
  • Auf dem Weg zur Wasserscheide
  • Der Wegbereiter : Herder
  • Übersetzungspoetik in Briefen : Klopstock und Voß
  • Poetisches Übersetzen als unendliche Annäherung : A. W. Schlegel
  • Transzendentale Hermeneutik und Übersetzungsutopie : Schleiermacher
  • Übersetzungsbegriffe im näheren Umfeld Schleiermachers
  • Erste Leitlinien der Übersetzungsgeschichtsschreibung
  • Ein Blick nach vorn
  • Internationale Perspektiven
  • Fazit : die Wende
  • Prämissen
  • Gedanke und Ausdruck
  • Zergliederung des Supranationalismus alias Universalismus und seine Historisierung
  • Génie, Genius, Geist : Strukturierung der Innerlichkeit
  • Abbau des Begriffs vom eleganten französischen Übersetzen
  • Treue und Schönheit
  • Rationalistische und empiristische Übersetzungsbegriffe als Alternative
  • Wendepunkte
  • Vergleichende Wahrnehmung : Giacomo Leopardi zu Italienisch, Deutsch und Französisch als Übersetzungssprachen (Harald Kittel)
  • Rezeption sprachlicher Äußerung als subjektiver Vorgang
  • Leopardis Übersetzungsideal
  • Der Charakter der italienischen Sprache (im Vergleich zu der französischen und der deutschen)
  • Nationale Übersetzungskonventionen : Deutsch als Übersetzungssprache und die Übersetzungspraxis deutscher Autoren
  • Französisch als Inbegriff der "modernen Sprache"
  • Chronologie
  • Literaturverzeichnis
  • Personenregister.
  • Vorwort : Preface : Avant-propos
  • Einleitung
  • Fokus
  • Zur Methode
  • Auswahlkriterien
  • Forschungsstand
  • Zur Begrifflichkeit
  • Die Zergliederung des Allgemeinen und andere Neuerungen
  • Überlieferung und Erneuerung um die Jahrhundertmitte
  • Exkurs : die französisch-britisch-deutsche Triade
  • Nationale Traditionen
  • Frankreich
  • Tradition und Innovation zur Jahrhundertmitte : Batteux und Prévost
  • Die Gabelung der Übersetzungsstudien in der Encyclopédie : Beauzée und Marmontel
  • Goût de terroir, génie, moeurs : die Zergliederung des Übersetzungsbegriffs
  • Übersetzungsbegriffe an der Wende zum 19. Jahrhundert
  • Das Vereinigte Königreich
  • Das Poetische an der Übersetzungspoetik
  • Die Regeln der übersetzerischen Mimesis : Dryden
  • Der wechselhafte Werdegang des Genies im 18. Jahrhundert
  • Andere Poetiken der Antikenübersetzung
  • Retrospektive : Tytler
  • Das frühe 19. Jahrhundert : Fortfuhren, Abweichen, Importieren
  • Die deutschsprachigen Länder
  • Klassisch-klassizistische Begriffe : Anlehnung an Frankreich oder das Vereinigte Königreich
  • Neues Licht für die Aufklärung : Antirationalistisches aus Zürich
  • Auf dem Weg zur Wasserscheide
  • Der Wegbereiter : Herder
  • Übersetzungspoetik in Briefen : Klopstock und Voß
  • Poetisches Übersetzen als unendliche Annäherung : A. W. Schlegel
  • Transzendentale Hermeneutik und Übersetzungsutopie : Schleiermacher
  • Übersetzungsbegriffe im näheren Umfeld Schleiermachers
  • Erste Leitlinien der Übersetzungsgeschichtsschreibung
  • Ein Blick nach vorn
  • Internationale Perspektiven
  • Fazit : die Wende
  • Prämissen
  • Gedanke und Ausdruck
  • Zergliederung des Supranationalismus alias Universalismus und seine Historisierung
  • Génie, Genius, Geist : Strukturierung der Innerlichkeit
  • Abbau des Begriffs vom eleganten französischen Übersetzen
  • Treue und Schönheit
  • Rationalistische und empiristische Übersetzungsbegriffe als Alternative
  • Wendepunkte
  • Vergleichende Wahrnehmung : Giacomo Leopardi zu Italienisch, Deutsch und Französisch als Übersetzungssprachen (Harald Kittel)
  • Rezeption sprachlicher Äußerung als subjektiver Vorgang
  • Leopardis Übersetzungsideal
  • Der Charakter der italienischen Sprache (im Vergleich zu der französischen und der deutschen)
  • Nationale Übersetzungskonventionen : Deutsch als Übersetzungssprache und die Übersetzungspraxis deutscher Autoren
  • Französisch als Inbegriff der "modernen Sprache"
  • Chronologie
  • Literaturverzeichnis
  • Personenregister.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
PN241.5 .G3 F73 2015 Unavailable On order Request
Book
283 p. ; 24 cm.
  • Tableau de la situation en février 1971 -- Le champ de la politique universitaire -- Un héritage structurant : l'oeuvre d'Edgar Faure -- Les acteurs gouvernementaux -- La politique suivie entre juin 1969 et début 1971 -- La position de René Rémond -- Un "enfant de 68" -- Une proximité avec les décideurs gouvernementaux de la politique universitaire -- L'époque Guichard -- La consolidation d'une position d'influence -- Un projet avorté : les centres de formation professionnelle des maîtres -- L'état du projet en mai 1971 -- L'infléchissement du projet ministériel -- Orienter les critiques des universités -- Diplômes d'université ou diplômes nationaux ? Rémond vs Vedel -- La bataille du Deug (acte I) -- Principales caractéristiques du projet conçu par le Cneser -- Le rôle de Rémond dans l'évolution du projet -- Adapter les filières aux nouveaux débouchés -- L'institution de la sélection dans les études médicales -- L'adaptation à la révolution de la "formation continue" -- Un poste d'influence refusé -- L'autonomie : un fragile consensus -- La période Fontanet -- L'influence consolidée de René Rémond -- Proximité avec les nouveaux décideurs -- La position institutionnelle -- La bataille des Deug (acte II) -- Le rôle de Rémond dans la réception par la CPU des arrêtés ministériels -- L'attitude de Rémond face à la contestation de la réforme -- Le rôle de Rémond dans la mise en oeuvre des arrêtés à Nanterre -- Les diplômes nationaux du deuxième et du troisième cycles -- Les diplômes du deuxième cycle -- Les diplômes de troisième cycle -- Épilogues -- La formation des maîtres à nouveau -- Le Colloque national sur l'éducation -- L'influence de Rémond -- Derniers arbitrages -- Face aux manifestations de "centralisme" -- La réforme du CCU -- Les pesanteurs administratives -- Le fait du prince -- Le moment Soisson -- La politique universitaire : un champ en mouvement (mai-octobre 1974) -- Au niveau gouvernemental, de nouveaux acteurs et une nouvelle structure -- Une nouvelle configuration (juin-octobre 1974) -- Une nouvelle orientation -- L'oeuvre propre de René Rémond : l'organisation du travail de la CPU -- Une rhétorique churchillienne -- La méthode Rémond -- Les réponses de l'équipe Soisson aux demandes de la CPU -- L'autonomie financière et administrative des établissements -- L'organisation régionale des universités -- L'autonomie pédagogique -- L'accroissement de la recherche dans les universités -- L'amélioration de la condition des personnels et des étudiants -- L'ouverture internationale -- Des actions non communes : les règles électorales -- Divergences -- En coulisses -- L'épilogue Saunier-Seïté -- La disgrâce -- La politique universitaire : la fin d'un cycle -- La grève de la réforme du deuxième cycle -- Rémond, entre les coulisses et la salle -- Un "désastre national" ? -- L'autonomie remise en cause.
"À partir de sources très diversifiées et rigoureusement exploitées, ce livre analyse la politique universitaire mise en oeuvre aux lendemains de 1968 sous Charles de Gaulle, Georges Pompidou et Valéry Giscard d'Estaing. Pour comprendre cette période, où l'autonomie devient le maître-mot des discours sur l'enseignement supérieur, l'auteur a pris pour fil directeur l'action de l'historien René Rémond. Proche des élites gouvernementales et président de l'université Paris X-Nanterre entre 1971 et 1976, il se situe alors au coeur du processus de réforme. Avec empathie mais sans parti-pris, l'auteur explore les modalités selon lesquelles son "héros", en interaction et parfois en compétition avec les entourages ministériels, cherche à agir dans le jeu complexe de la politique de l'enseignement supérieur. Ce faisant, il éclaire d'une manière concrète et saisissante la combinatoire d'influences, de relations individuelles et de contingences qui détermine l'action publique. Il permet aussi de saisir un aspect déterminant, bien qu'occulté, du rayonnement d'un grand universitaire français, souvent réduit à La droite en France, ou à ses commentaires avisés de la vie politique et électorale. Cette étude fouillée et enlevée est essentielle pour qui souhaite comprendre les enjeux et les débats actuels sur l'université. Elle constitue une contribution de premier plan non seulement à l'histoire et à la sociologie de l'enseignement supérieur, mais aussi à la connaissance des prises de décision sous la Ve République ainsi qu'à l'histoire de la vie intellectuelle française."--P. [4] of cover.
  • Tableau de la situation en février 1971 -- Le champ de la politique universitaire -- Un héritage structurant : l'oeuvre d'Edgar Faure -- Les acteurs gouvernementaux -- La politique suivie entre juin 1969 et début 1971 -- La position de René Rémond -- Un "enfant de 68" -- Une proximité avec les décideurs gouvernementaux de la politique universitaire -- L'époque Guichard -- La consolidation d'une position d'influence -- Un projet avorté : les centres de formation professionnelle des maîtres -- L'état du projet en mai 1971 -- L'infléchissement du projet ministériel -- Orienter les critiques des universités -- Diplômes d'université ou diplômes nationaux ? Rémond vs Vedel -- La bataille du Deug (acte I) -- Principales caractéristiques du projet conçu par le Cneser -- Le rôle de Rémond dans l'évolution du projet -- Adapter les filières aux nouveaux débouchés -- L'institution de la sélection dans les études médicales -- L'adaptation à la révolution de la "formation continue" -- Un poste d'influence refusé -- L'autonomie : un fragile consensus -- La période Fontanet -- L'influence consolidée de René Rémond -- Proximité avec les nouveaux décideurs -- La position institutionnelle -- La bataille des Deug (acte II) -- Le rôle de Rémond dans la réception par la CPU des arrêtés ministériels -- L'attitude de Rémond face à la contestation de la réforme -- Le rôle de Rémond dans la mise en oeuvre des arrêtés à Nanterre -- Les diplômes nationaux du deuxième et du troisième cycles -- Les diplômes du deuxième cycle -- Les diplômes de troisième cycle -- Épilogues -- La formation des maîtres à nouveau -- Le Colloque national sur l'éducation -- L'influence de Rémond -- Derniers arbitrages -- Face aux manifestations de "centralisme" -- La réforme du CCU -- Les pesanteurs administratives -- Le fait du prince -- Le moment Soisson -- La politique universitaire : un champ en mouvement (mai-octobre 1974) -- Au niveau gouvernemental, de nouveaux acteurs et une nouvelle structure -- Une nouvelle configuration (juin-octobre 1974) -- Une nouvelle orientation -- L'oeuvre propre de René Rémond : l'organisation du travail de la CPU -- Une rhétorique churchillienne -- La méthode Rémond -- Les réponses de l'équipe Soisson aux demandes de la CPU -- L'autonomie financière et administrative des établissements -- L'organisation régionale des universités -- L'autonomie pédagogique -- L'accroissement de la recherche dans les universités -- L'amélioration de la condition des personnels et des étudiants -- L'ouverture internationale -- Des actions non communes : les règles électorales -- Divergences -- En coulisses -- L'épilogue Saunier-Seïté -- La disgrâce -- La politique universitaire : la fin d'un cycle -- La grève de la réforme du deuxième cycle -- Rémond, entre les coulisses et la salle -- Un "désastre national" ? -- L'autonomie remise en cause.
"À partir de sources très diversifiées et rigoureusement exploitées, ce livre analyse la politique universitaire mise en oeuvre aux lendemains de 1968 sous Charles de Gaulle, Georges Pompidou et Valéry Giscard d'Estaing. Pour comprendre cette période, où l'autonomie devient le maître-mot des discours sur l'enseignement supérieur, l'auteur a pris pour fil directeur l'action de l'historien René Rémond. Proche des élites gouvernementales et président de l'université Paris X-Nanterre entre 1971 et 1976, il se situe alors au coeur du processus de réforme. Avec empathie mais sans parti-pris, l'auteur explore les modalités selon lesquelles son "héros", en interaction et parfois en compétition avec les entourages ministériels, cherche à agir dans le jeu complexe de la politique de l'enseignement supérieur. Ce faisant, il éclaire d'une manière concrète et saisissante la combinatoire d'influences, de relations individuelles et de contingences qui détermine l'action publique. Il permet aussi de saisir un aspect déterminant, bien qu'occulté, du rayonnement d'un grand universitaire français, souvent réduit à La droite en France, ou à ses commentaires avisés de la vie politique et électorale. Cette étude fouillée et enlevée est essentielle pour qui souhaite comprendre les enjeux et les débats actuels sur l'université. Elle constitue une contribution de premier plan non seulement à l'histoire et à la sociologie de l'enseignement supérieur, mais aussi à la connaissance des prises de décision sous la Ve République ainsi qu'à l'histoire de la vie intellectuelle française."--P. [4] of cover.
Education Library (Cubberley)
Status of items at Education Library (Cubberley)
Education Library (Cubberley) Status
Stacks
LC178 .F7 M47 2015 Unavailable In process Request
Book
313 p. : ill. ; 22 cm.
  • Un camp pour les prêtres -- Les précurseurs -- Le camp modèle d'Himmler -- L'arrivée des premiers prêtres -- La révolte du Rosaire -- La répression contre l'Église autrichienne -- L'arrivée des Tchèques -- L'afflux des Polonais -- La centralisation -- L'intervention du. Saint-Siège -- Le "Kirchenkampf" -- Le concordat bafoué -- Mit brennender Sorge -- Les prêtres allemands à Dachau -- Le plan "Aktion T4" et ses conséquences -- Le plus grand diocèse d'Europe -- Hollandais, Belges et Luxembourgeois -- Italiens et Yougoslaves -- Alsaciens et Mosellans : l'avant-garde française -- Aumôniers clandestins du STO et résistants -- Les prêtres du maquis -- Ultimes arrivées -- Organisation du camp -- "Arbeit macht frei" -- Trente blocks -- Le four crématoire et la plantation -- Les gardes SS -- Le système des kapos -- Les camps satellites -- "Zugânge" -- Arrivée à Dachau -- Les modalités d'admission -- La déshumanisation -- Au block de quarantaine -- Blocks et kommandos -- Marmites et neige -- "Privilèges" temporaires -- Retour au régime commun -- La plantation -- Les kommandos "administratifs" -- La désorganisation du travail -- Le kommando des boutons -- Occupations -- Le camp des rumeurs -- Le courrier -- Une bibliothèque à Dachau -- Musique et théâtre -- Le dessin comme témoignage -- Les langues étrangères -- Jouer -- Les initiatives du commandement SS -- Terre de détresse -- La faim -- Des rations aléatoires -- Des "privilèges" empoisonnés -- La famine -- La déréliction -- Des améliorations -- Quelques exceptions -- Mourir à Dachau -- Étiolement -- L'acharnement des kapos -- Morts subites -- La mort banalisée -- Le traitement des cadavres -- Le typhus -- Le typhus abdominal -- Le typhus exanthématique -- La chasse aux poux -- Scènes d'épouvante -- Volontaires pour soigner les malades -- La haine antichrétienne -- Un "christianisme positif" -- Le Christ, héros aryen selon Rosenberg -- Hitler, entre indifférence et prudence -- Himmler : paganisme et occultisme -- "Pfaffe" -- Scandaliser -- Blasphémer -- La "semaine sainte" -- Exactions individuelles -- Les expériences médicales -- Le docteur Schelling -- Les méthodes de contamination -- Les recherches sur le phlegmon -- Les "traitements" -- Cobayes pour la Luftwaffe -- "Himmelsfahrtstransport" -- Traitement spécial : "14F13" -- Le château d'Hartheim -- Les prêtres âgés, premiers visés -- Menaces et chantages -- De rares, rescapés -- Ralentissement des transports -- La chambre à gaz de Dachau -- Un foyer spirituel -- Une chapelle à Dachau -- Acquis diplomatique -- Une chapelle complète -- Sous la surveillance des SS -- La chapelle menacée -- Un lieu de paix -- L'eucharistie -- Restrictions -- "Organiser le Christ" -- Nouvelles catacombes -- Les "Tarcisius" de Dachau -- La vie sacramentelle -- Confession et extrême-onction -- Ordination sacerdotale -- Des conditions minutieusement remplies -- Une messe grandiose --
  • L'ordination de Karl Leisner -- Mgr Piguet au bunker d'honneur -- La libération -- Rumeurs d'extermination -- Libérations anticipées -- Les marches de la mort -- Le sort des détenus d'honneur -- Les dernières heures -- Désolation -- La mort frappe toujours -- Ceux qui restent jusqu'au bout -- Retours -- Procès -- Les fruits de Dachau -- "Une, catholique et apostolique" -- Le calendrier de l'Église -- Le berceau de Pcecuménisme -- Un nouvel apostolat -- L'esprit missionnaire -- Le respect de la vie et de la personne humaine -- Témoins et bienheureux -- Face à la déshumanisation -- Des hommes comme les autres -- Les secours de la vie spirituelle -- Des secours surnaturels ? -- Vulnérabilité et sainteté.
"De 1938 à 1945, 2 720 prêtres, religieux et séminaristes sont déportés dans le camp de concentration de Dachau, près de Munich. Regroupés dans des "blocks" spécifiques - qui conserveront pour l'histoire le nom de "baraques des prêtres", 1034 d'entre eux y laisseront la vie. Polonais, Belges, Allemands, Français, Italiens, Tchèques, Yougoslaves : derrière les barbelés de Dachau, I'"universalité de l'Église" est palpable. Ces hommes qui, dans une Europe encore christianisée, jouissaient d'un statut respectable, parfois éminent, se retrouvent projetés dans une détresse absolue. La faim, le froid, les maladies, le travail harassant, les coups des SS et des kapos, les expériences médicales ou les transports d'invalides ont raison de ces hommes de tous les âges. Quelques-uns sombreront dans le désespoir et s'effondreront, d'autres - la grande majorité d'entre eux - ne fléchiront pas, peut-être soutenus par leur foi. Partageant le sort commun des déportés, les prêtres de Dachau s'efforcent de maintenir intacte leur vie spirituelle et sacerdotale. Une chapelle, la seule autorisée dans tout le système concentrationnaire, leur apporte un secours considérable. Cette expérience unique dans l'histoire de l'Église éclaire d'un jour nouveau les rapports entre le nazisme et le christianisme. Près de 70 ans après sa libération, le camp de concentration de Dachau demeure le plus grand cimetière de prêtres catholiques du monde."--P. [4] of cover.
  • Un camp pour les prêtres -- Les précurseurs -- Le camp modèle d'Himmler -- L'arrivée des premiers prêtres -- La révolte du Rosaire -- La répression contre l'Église autrichienne -- L'arrivée des Tchèques -- L'afflux des Polonais -- La centralisation -- L'intervention du. Saint-Siège -- Le "Kirchenkampf" -- Le concordat bafoué -- Mit brennender Sorge -- Les prêtres allemands à Dachau -- Le plan "Aktion T4" et ses conséquences -- Le plus grand diocèse d'Europe -- Hollandais, Belges et Luxembourgeois -- Italiens et Yougoslaves -- Alsaciens et Mosellans : l'avant-garde française -- Aumôniers clandestins du STO et résistants -- Les prêtres du maquis -- Ultimes arrivées -- Organisation du camp -- "Arbeit macht frei" -- Trente blocks -- Le four crématoire et la plantation -- Les gardes SS -- Le système des kapos -- Les camps satellites -- "Zugânge" -- Arrivée à Dachau -- Les modalités d'admission -- La déshumanisation -- Au block de quarantaine -- Blocks et kommandos -- Marmites et neige -- "Privilèges" temporaires -- Retour au régime commun -- La plantation -- Les kommandos "administratifs" -- La désorganisation du travail -- Le kommando des boutons -- Occupations -- Le camp des rumeurs -- Le courrier -- Une bibliothèque à Dachau -- Musique et théâtre -- Le dessin comme témoignage -- Les langues étrangères -- Jouer -- Les initiatives du commandement SS -- Terre de détresse -- La faim -- Des rations aléatoires -- Des "privilèges" empoisonnés -- La famine -- La déréliction -- Des améliorations -- Quelques exceptions -- Mourir à Dachau -- Étiolement -- L'acharnement des kapos -- Morts subites -- La mort banalisée -- Le traitement des cadavres -- Le typhus -- Le typhus abdominal -- Le typhus exanthématique -- La chasse aux poux -- Scènes d'épouvante -- Volontaires pour soigner les malades -- La haine antichrétienne -- Un "christianisme positif" -- Le Christ, héros aryen selon Rosenberg -- Hitler, entre indifférence et prudence -- Himmler : paganisme et occultisme -- "Pfaffe" -- Scandaliser -- Blasphémer -- La "semaine sainte" -- Exactions individuelles -- Les expériences médicales -- Le docteur Schelling -- Les méthodes de contamination -- Les recherches sur le phlegmon -- Les "traitements" -- Cobayes pour la Luftwaffe -- "Himmelsfahrtstransport" -- Traitement spécial : "14F13" -- Le château d'Hartheim -- Les prêtres âgés, premiers visés -- Menaces et chantages -- De rares, rescapés -- Ralentissement des transports -- La chambre à gaz de Dachau -- Un foyer spirituel -- Une chapelle à Dachau -- Acquis diplomatique -- Une chapelle complète -- Sous la surveillance des SS -- La chapelle menacée -- Un lieu de paix -- L'eucharistie -- Restrictions -- "Organiser le Christ" -- Nouvelles catacombes -- Les "Tarcisius" de Dachau -- La vie sacramentelle -- Confession et extrême-onction -- Ordination sacerdotale -- Des conditions minutieusement remplies -- Une messe grandiose --
  • L'ordination de Karl Leisner -- Mgr Piguet au bunker d'honneur -- La libération -- Rumeurs d'extermination -- Libérations anticipées -- Les marches de la mort -- Le sort des détenus d'honneur -- Les dernières heures -- Désolation -- La mort frappe toujours -- Ceux qui restent jusqu'au bout -- Retours -- Procès -- Les fruits de Dachau -- "Une, catholique et apostolique" -- Le calendrier de l'Église -- Le berceau de Pcecuménisme -- Un nouvel apostolat -- L'esprit missionnaire -- Le respect de la vie et de la personne humaine -- Témoins et bienheureux -- Face à la déshumanisation -- Des hommes comme les autres -- Les secours de la vie spirituelle -- Des secours surnaturels ? -- Vulnérabilité et sainteté.
"De 1938 à 1945, 2 720 prêtres, religieux et séminaristes sont déportés dans le camp de concentration de Dachau, près de Munich. Regroupés dans des "blocks" spécifiques - qui conserveront pour l'histoire le nom de "baraques des prêtres", 1034 d'entre eux y laisseront la vie. Polonais, Belges, Allemands, Français, Italiens, Tchèques, Yougoslaves : derrière les barbelés de Dachau, I'"universalité de l'Église" est palpable. Ces hommes qui, dans une Europe encore christianisée, jouissaient d'un statut respectable, parfois éminent, se retrouvent projetés dans une détresse absolue. La faim, le froid, les maladies, le travail harassant, les coups des SS et des kapos, les expériences médicales ou les transports d'invalides ont raison de ces hommes de tous les âges. Quelques-uns sombreront dans le désespoir et s'effondreront, d'autres - la grande majorité d'entre eux - ne fléchiront pas, peut-être soutenus par leur foi. Partageant le sort commun des déportés, les prêtres de Dachau s'efforcent de maintenir intacte leur vie spirituelle et sacerdotale. Une chapelle, la seule autorisée dans tout le système concentrationnaire, leur apporte un secours considérable. Cette expérience unique dans l'histoire de l'Église éclaire d'un jour nouveau les rapports entre le nazisme et le christianisme. Près de 70 ans après sa libération, le camp de concentration de Dachau demeure le plus grand cimetière de prêtres catholiques du monde."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
D805.5 .D33 Z45 2015 Unavailable On order Request

16. La barbe [2015]

Book
100 p. ; 21 cm.
  • Du thé et des cacahuètes -- Le foyer -- 72 heures chrono -- The show must go on -- Sheikh Saïd Khan -- Aux Indes -- Retour du fils prodigue -- Laissez-moi danser -- Le maître -- Anonyme.
"Omar retrace dans ce livre un itinéraire précurseur, le sien: comment, jeune Français d'origine algérienne, il est devenu, au milieu des années 1990, l'un des premiers "barbus". Il raconte les étapes successives de sa quête d'identité: décrochage scolaire, apprentissage accéléré de l'islam dans les mosquées de la région parisienne, voyages initiatiques à travers le monde, puis défonce sur les pistes de danse. Au terme de ces expériences, il trouve finalement son équilibre dans une pratique spirituelle apaisée. Il y a dix ans, alors qu'un nombre croissant de jeunes font le choix de l'islamisme, Omar coupe sa barbe et redevient invisible. Commence alors pour lui une nouvelle quête, ne visant plus ni l'absolu ni la distinction, celle du calme intérieur. Le parcours singulier d'Omar aide à comprendre celui d'autres jeunes qui, aujourd'hui, se cherchent dans la religion. Avec La Barbe, la collection accueille pour la première fois un auteur du site raconterlavie fr."--P. [4] of cover.
  • Du thé et des cacahuètes -- Le foyer -- 72 heures chrono -- The show must go on -- Sheikh Saïd Khan -- Aux Indes -- Retour du fils prodigue -- Laissez-moi danser -- Le maître -- Anonyme.
"Omar retrace dans ce livre un itinéraire précurseur, le sien: comment, jeune Français d'origine algérienne, il est devenu, au milieu des années 1990, l'un des premiers "barbus". Il raconte les étapes successives de sa quête d'identité: décrochage scolaire, apprentissage accéléré de l'islam dans les mosquées de la région parisienne, voyages initiatiques à travers le monde, puis défonce sur les pistes de danse. Au terme de ces expériences, il trouve finalement son équilibre dans une pratique spirituelle apaisée. Il y a dix ans, alors qu'un nombre croissant de jeunes font le choix de l'islamisme, Omar coupe sa barbe et redevient invisible. Commence alors pour lui une nouvelle quête, ne visant plus ni l'absolu ni la distinction, celle du calme intérieur. Le parcours singulier d'Omar aide à comprendre celui d'autres jeunes qui, aujourd'hui, se cherchent dans la religion. Avec La Barbe, la collection accueille pour la première fois un auteur du site raconterlavie fr."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
DC34.5 .M87 B46 2015 Unavailable On order Request

17. Barcelona! : roman [2015]

Book
478 p. ; 21 cm
"Une théorie prétend qu'il suffit de six poignées de main pour relier une personne à une autre, où qu'elles soient dans le monde. Appliquant cette théorie au roman, Grégoire Polet représente Barcelone à travers une vingtaine de personnages, dont les destins se croisent, se tressent, se perdent et se retrouvent. De 2008 à 2012, alors que les Espagnols s'enlisent dans la crise économique, que les indignés se lèvent et que l'indépendantisme commence sa grande remontée, nous suivons la vie privée des personnages, leurs points de vue, leurs soucis et leurs aventures, leurs ambitions, leurs croyances, bien souvent contradictoires. Au centre de cet écheveau d'intrigues, Barcelone en majesté : son architecture, son histoire, son fonctionnement politique, ses atmosphères. Dans la veine de Madrid ne dort pas et de Leurs vies éclatantes, une veine à la fois lyrique et précise, étincelante de vie, Grégoire Polet déploie son art du récit et des dialogues pour rendre à Barcelone toute la joie et la passion qu'elle lui inspire."--P. [4] of cover.
"Une théorie prétend qu'il suffit de six poignées de main pour relier une personne à une autre, où qu'elles soient dans le monde. Appliquant cette théorie au roman, Grégoire Polet représente Barcelone à travers une vingtaine de personnages, dont les destins se croisent, se tressent, se perdent et se retrouvent. De 2008 à 2012, alors que les Espagnols s'enlisent dans la crise économique, que les indignés se lèvent et que l'indépendantisme commence sa grande remontée, nous suivons la vie privée des personnages, leurs points de vue, leurs soucis et leurs aventures, leurs ambitions, leurs croyances, bien souvent contradictoires. Au centre de cet écheveau d'intrigues, Barcelone en majesté : son architecture, son histoire, son fonctionnement politique, ses atmosphères. Dans la veine de Madrid ne dort pas et de Leurs vies éclatantes, une veine à la fois lyrique et précise, étincelante de vie, Grégoire Polet déploie son art du récit et des dialogues pour rendre à Barcelone toute la joie et la passion qu'elle lui inspire."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
PQ2716 .O44 B37 2015 Unavailable At bindery Request
Video
1 videodisc (89 min.) : sd., col. ; 4 3/4 in.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Media & Microtext Center (Lower level) Find it
(no call number) Unavailable In process
Video
1 videodisc (89 min.) : sd., col. ; 4 3/4 in.
Walter becomes fascinated with Marie-Ange after seeing her in a nightclub. One evening, he finds her bound in the middle of the road. After a surreal night of passion, he awakens the next morning to wonder if it all was just a dream.
Walter becomes fascinated with Marie-Ange after seeing her in a nightclub. One evening, he finds her bound in the middle of the road. After a surreal night of passion, he awakens the next morning to wonder if it all was just a dream.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Media & Microtext Center (Lower level) Find it
ZDVD 34684 Unavailable In process

20. Berlinoise : roman [2015]

Book
171 p. ; 22 cm
"30 décembre 1989. Stan et Pascal arrivent à Berlin pour y passer le réveillon. Au pied du mur, que Berlinois et visiteurs sont occupés à détruire dans la liesse générale, ils rencontrent une fille à la peau brune et aux yeux vairons, Maya, qui subjugue immédiatement Stan. Déjà installés tous deux dans des vies grises malgré leur âge, Stan et Pascal sont conquis par la ferveur d'un peuple vivant une formidable réconciliation nationale. Ils décident de rester dans cette ville où tout paraît possible. Texte solaire et sensuel, Berlinoise est un hymne au désordre, à la poésie des corps, à l'ardeur et à la candeur, dans lequel Maya la femme et Berlin la ville sont comme deux incarnations jumelles de l'utopie. Porté par un air de blues qui raconterait l'apprentissage de la désillusion, ce roman d'une éducation politique et sentimentale compose tout à la fois une déclaration d'amour et une lettre d'adieu à la folle jeunesse."--P. [4] of cover.
"30 décembre 1989. Stan et Pascal arrivent à Berlin pour y passer le réveillon. Au pied du mur, que Berlinois et visiteurs sont occupés à détruire dans la liesse générale, ils rencontrent une fille à la peau brune et aux yeux vairons, Maya, qui subjugue immédiatement Stan. Déjà installés tous deux dans des vies grises malgré leur âge, Stan et Pascal sont conquis par la ferveur d'un peuple vivant une formidable réconciliation nationale. Ils décident de rester dans cette ville où tout paraît possible. Texte solaire et sensuel, Berlinoise est un hymne au désordre, à la poésie des corps, à l'ardeur et à la candeur, dans lequel Maya la femme et Berlin la ville sont comme deux incarnations jumelles de l'utopie. Porté par un air de blues qui raconterait l'apprentissage de la désillusion, ce roman d'une éducation politique et sentimentale compose tout à la fois une déclaration d'amour et une lettre d'adieu à la folle jeunesse."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
PQ3989.3 .N76 B47 2015 Unavailable At bindery Request