Search results

460,818 results

View results as:
Number of results to display per page

1. 12, rue Carioca [2015]

Book
446 p. ; 21 cm
"À l'aube du XXe siècle, le Brésil est une poudrière. Avec l'avènement de la démocratie et la fin de l'esclavage, le pays bouillonne et se cherche un futur. À Rio de Janeiro, les bandes s'affrontent avec violence pour défendre leurs territoires et la capoeira est encore l'apanage des mauvais garçons. Naissance du cinéma, idéaux anarchistes venus d'Europe, droits des travailleurs et des syndicats bafoués par la force, premières luttes féministes, émergence de la samba, déferlement du carnaval, reconstruction du centre historique : la ville fait table rase du passé, bien décidée à devenir enfin la capitale flamboyante de l'Amérique latine. Au même moment, entre Vieux-Port, quai de la Joliette et Belsunce, Marseille se glorifie d'être la porte de l'Orient et d'accueillir l'Exposition universelle de 1906. Mais entre les troubles sociaux, le ressentiment envers les premières vagues d'immigrés et les terribles conditions de vie du prolétariat, la cité phocéenne semble elle aussi prête à exploser. C'est là, de Rio de Janeiro à Marseille, que Marina et Filomena vont suivre leurs destins tumultueux. C'est là encore que vont se faire et se défaire les passions amoureuses de leurs petites-filles, Andrea et Josefina. C'est là, enfin, que vont naître et grandir Jean Dimare et Zumbi, les deux héros de Corcovado, premier volet de la Suite brésilienne de Jean-Paul Delfino."--P. [4] of cover.
"À l'aube du XXe siècle, le Brésil est une poudrière. Avec l'avènement de la démocratie et la fin de l'esclavage, le pays bouillonne et se cherche un futur. À Rio de Janeiro, les bandes s'affrontent avec violence pour défendre leurs territoires et la capoeira est encore l'apanage des mauvais garçons. Naissance du cinéma, idéaux anarchistes venus d'Europe, droits des travailleurs et des syndicats bafoués par la force, premières luttes féministes, émergence de la samba, déferlement du carnaval, reconstruction du centre historique : la ville fait table rase du passé, bien décidée à devenir enfin la capitale flamboyante de l'Amérique latine. Au même moment, entre Vieux-Port, quai de la Joliette et Belsunce, Marseille se glorifie d'être la porte de l'Orient et d'accueillir l'Exposition universelle de 1906. Mais entre les troubles sociaux, le ressentiment envers les premières vagues d'immigrés et les terribles conditions de vie du prolétariat, la cité phocéenne semble elle aussi prête à exploser. C'est là, de Rio de Janeiro à Marseille, que Marina et Filomena vont suivre leurs destins tumultueux. C'est là encore que vont se faire et se défaire les passions amoureuses de leurs petites-filles, Andrea et Josefina. C'est là, enfin, que vont naître et grandir Jean Dimare et Zumbi, les deux héros de Corcovado, premier volet de la Suite brésilienne de Jean-Paul Delfino."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
PQ2664 .E51726 A13 2015 Unavailable At bindery Request

2. 1515, Marignan [2015]

Book
509 p. : maps ; 22 cm
  • La France et la Suisse en 1515 -- Le hallebardier et le piquier : l'armée des cantons -- L'homme d'armes, le canonnier et le lansquenet : les institutions militaires françaises -- L'Italie et les "barbares" -- Mobilisations : le coût de la guerre au XVIe siècle -- François Pr, nouvel Hannibal : le franchissement des Alpes -- La surprise de Villa franca -- Cantons contre cantons : le traité de Gallarate -- L'engrenage -- Ouverture : les Suisses prennent l'avantage. L'artillerie française -- La charge de François Ier : Suisses contre hommes d'armes -- Le tournant de la bataille : Suisses contre lansquenets -- La retraite des Suisses -- Le dénouement. Les leçons de Marignan.
"1515 ? La réponse sonne comme une évidence : Marignan ! Mais qui sait où se trouve Marignan? Que la bataille se déroule les 13 et 14 septembre ? Qu'elle est remportée contre des Suisses à l'apogée de leur puissance ? Que plus de la moitié des combattants de l'armée française sont des lansquenets allemands ? À la conquête du lointain duché de Milan, François Ier se jette dans la mêlée au prix de risques insensés, soucieux d'affirmer son attachement aux valeurs chevaleresques. Pourtant, ce n'est ni par ses faits d'armes ni par son courage que le jeune roi a remporté la victoire, mais grâce aux ressources financières colossales que lui procure le peuple le plus nombreux d'Europe. Rarement bataille est autant disputée : 12 000 morts en seize heures ! Les divisions qui opposent les Suisses, la violence dont ils font si souvent preuve, leur courage et leur acharnement au combat donnent à la campagne une épaisseur humaine particulière. Trop souvent prisonnière de sa notoriété, la plus célèbre bataille de l'histoire de France est enfin racontée dans un récit aussi savant que haletant."--P. [4] of cover.
  • La France et la Suisse en 1515 -- Le hallebardier et le piquier : l'armée des cantons -- L'homme d'armes, le canonnier et le lansquenet : les institutions militaires françaises -- L'Italie et les "barbares" -- Mobilisations : le coût de la guerre au XVIe siècle -- François Pr, nouvel Hannibal : le franchissement des Alpes -- La surprise de Villa franca -- Cantons contre cantons : le traité de Gallarate -- L'engrenage -- Ouverture : les Suisses prennent l'avantage. L'artillerie française -- La charge de François Ier : Suisses contre hommes d'armes -- Le tournant de la bataille : Suisses contre lansquenets -- La retraite des Suisses -- Le dénouement. Les leçons de Marignan.
"1515 ? La réponse sonne comme une évidence : Marignan ! Mais qui sait où se trouve Marignan? Que la bataille se déroule les 13 et 14 septembre ? Qu'elle est remportée contre des Suisses à l'apogée de leur puissance ? Que plus de la moitié des combattants de l'armée française sont des lansquenets allemands ? À la conquête du lointain duché de Milan, François Ier se jette dans la mêlée au prix de risques insensés, soucieux d'affirmer son attachement aux valeurs chevaleresques. Pourtant, ce n'est ni par ses faits d'armes ni par son courage que le jeune roi a remporté la victoire, mais grâce aux ressources financières colossales que lui procure le peuple le plus nombreux d'Europe. Rarement bataille est autant disputée : 12 000 morts en seize heures ! Les divisions qui opposent les Suisses, la violence dont ils font si souvent preuve, leur courage et leur acharnement au combat donnent à la campagne une épaisseur humaine particulière. Trop souvent prisonnière de sa notoriété, la plus célèbre bataille de l'histoire de France est enfin racontée dans un récit aussi savant que haletant."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
DC113.3 .S33 2015 Unavailable At bindery Request
Book
573 p., [7] p. of plates : ill. (some col.) ; 23 cm.
  • Introduction : 1913 cent ans après : enchantements et désenchantements par Marie-Paule Berranger et Colette Camelin -- Perspectives historiques -- Tout le 30ce siècle était-il dans 1913 ? par Pascal Ory -- Jaurès et Péguy face au "monde moderne" en 1913 par Colette Camelin -- Les Décades de Pontigny en 1913 : une histoire de la "glocalisation" dans la première mondialisation-globalisation par François Chaubet -- La littérature francophone d'Afrique noire au prisme d'une poétique de l'autodétermination par Christine Le Quellec Cottier -- La pensée de la vie en question -- À l'épreuve de la guerre et du siècle : d'une philosophie de la vie à une autre par Frédéric Worms -- Nietzsche, rencontres avec le pragmatisme (1913-2013) par Louis Pinto -- Proust, Stravinsky, Freud, avant les horreurs de la guerre par Christophe Paradas -- Aventures du roman -- Ce que ne savaient pas les lecteurs de Du côté de chez Swann par Pierre-Louis Rey -- Le romanesque contre la "littérature" par Hélène Baty-Delalande -- Nouvelles voies romanesques (Alain-Fournier, Larbaud) par Françoise Simonet-Tenant -- Jean Barois et sa postérité : de "l'état de dialogue" au dialogue dans tous ses états par Marie-Hélène Boblet -- "A quoi bon des poètes ?" -- "À quoi bon des poètes en ces temps de détresse?" par Marie-Paule Berranger -- Le mythe du Transsibérien par Claude Leroy -- 1913-2013 dans la poésie russe. À la recherche d'une Europe perdue par Anne Faivre Dupaigre -- 1913 en abyme par Laurence Campa -- Les avant-gardes sur la brèche -- La critique d'art d'Apollinaire en 1913 par Patrick Née -- Topie wilhelminienne et utopies expressionnistes ou comment réenchanter le monde ? par Maurice Godé -- Un enchantement désenchanté : la poupée d'Oskar Kokoschka (1886-1980) par Silke Schauder -- L'art "nouveau" à l'Armory Show (New York, 1913) : quelles conséquences pour la poésie américaine d'aujourd'hui ? par Hélène Aji -- Décloisonner l'affect/repenser l'avant-garde avec Roger Fry et le Groupe de Bloomsbury : le cas des Ateliers Omega par Catherine Bernard -- 1913 en spectacle -- 1913 : un mythe musical par Claude Coste -- Cinéma 1913 par Francis Vanoye -- 1913 : le théâtre au seuil du XXe siècle ? par Marco Consolini.
"L'année 1913 est le moment où la culture européenne, à son sommet, semble suspendue au bord de l'abîme. Revenir sur le paysage intellectuel et artistique de 1913 nous permettra-t-il de mieux nous orienter aujourd'hui ? C'est le pari qui est le nôtre. Il s'agit de comprendre ce qui a fécondé le XXe siècle, mais aussi ce qui lui a manqué, ce qui a été perdu pendant les apocalypses et les glaciations qui ont suivi. De quels espoirs, de quelles illusions, de quelles révoltes cette génération fut-elle porteuse ? Les années qui ont précédé la guerre sont un prodigieux laboratoire de formes nouvelles, aussi voit-on souvent 1913 comme l'origine de cette modernité esthétique revendiquée par les avant-gardes. Nous avons cherché, pour notre part, à montrer la richesse et les tensions de cette année-là. L'Homme sans qualités de Musil incarne "un homme du possible" qui traite la réalité comme "une tâche et une invention perpétuelles". C'était en 1913 : quels sont nos possibles aujourd'hui ?"--P. [4] of cover.
  • Introduction : 1913 cent ans après : enchantements et désenchantements par Marie-Paule Berranger et Colette Camelin -- Perspectives historiques -- Tout le 30ce siècle était-il dans 1913 ? par Pascal Ory -- Jaurès et Péguy face au "monde moderne" en 1913 par Colette Camelin -- Les Décades de Pontigny en 1913 : une histoire de la "glocalisation" dans la première mondialisation-globalisation par François Chaubet -- La littérature francophone d'Afrique noire au prisme d'une poétique de l'autodétermination par Christine Le Quellec Cottier -- La pensée de la vie en question -- À l'épreuve de la guerre et du siècle : d'une philosophie de la vie à une autre par Frédéric Worms -- Nietzsche, rencontres avec le pragmatisme (1913-2013) par Louis Pinto -- Proust, Stravinsky, Freud, avant les horreurs de la guerre par Christophe Paradas -- Aventures du roman -- Ce que ne savaient pas les lecteurs de Du côté de chez Swann par Pierre-Louis Rey -- Le romanesque contre la "littérature" par Hélène Baty-Delalande -- Nouvelles voies romanesques (Alain-Fournier, Larbaud) par Françoise Simonet-Tenant -- Jean Barois et sa postérité : de "l'état de dialogue" au dialogue dans tous ses états par Marie-Hélène Boblet -- "A quoi bon des poètes ?" -- "À quoi bon des poètes en ces temps de détresse?" par Marie-Paule Berranger -- Le mythe du Transsibérien par Claude Leroy -- 1913-2013 dans la poésie russe. À la recherche d'une Europe perdue par Anne Faivre Dupaigre -- 1913 en abyme par Laurence Campa -- Les avant-gardes sur la brèche -- La critique d'art d'Apollinaire en 1913 par Patrick Née -- Topie wilhelminienne et utopies expressionnistes ou comment réenchanter le monde ? par Maurice Godé -- Un enchantement désenchanté : la poupée d'Oskar Kokoschka (1886-1980) par Silke Schauder -- L'art "nouveau" à l'Armory Show (New York, 1913) : quelles conséquences pour la poésie américaine d'aujourd'hui ? par Hélène Aji -- Décloisonner l'affect/repenser l'avant-garde avec Roger Fry et le Groupe de Bloomsbury : le cas des Ateliers Omega par Catherine Bernard -- 1913 en spectacle -- 1913 : un mythe musical par Claude Coste -- Cinéma 1913 par Francis Vanoye -- 1913 : le théâtre au seuil du XXe siècle ? par Marco Consolini.
"L'année 1913 est le moment où la culture européenne, à son sommet, semble suspendue au bord de l'abîme. Revenir sur le paysage intellectuel et artistique de 1913 nous permettra-t-il de mieux nous orienter aujourd'hui ? C'est le pari qui est le nôtre. Il s'agit de comprendre ce qui a fécondé le XXe siècle, mais aussi ce qui lui a manqué, ce qui a été perdu pendant les apocalypses et les glaciations qui ont suivi. De quels espoirs, de quelles illusions, de quelles révoltes cette génération fut-elle porteuse ? Les années qui ont précédé la guerre sont un prodigieux laboratoire de formes nouvelles, aussi voit-on souvent 1913 comme l'origine de cette modernité esthétique revendiquée par les avant-gardes. Nous avons cherché, pour notre part, à montrer la richesse et les tensions de cette année-là. L'Homme sans qualités de Musil incarne "un homme du possible" qui traite la réalité comme "une tâche et une invention perpétuelles". C'était en 1913 : quels sont nos possibles aujourd'hui ?"--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
NX457 .C65 2013 Unavailable At bindery Request
Book
174 p. : ill. (some col.) ; 24 cm
"Au début de la Grande Guerre, la nation devient une valeur supérieure aux classes sociales comme aux religions. Partout, le curé, le pasteur, le rabbin et l'iman des colonies bénissent ensemble les troupes mobilisées. Tant et si bien que la guerre va opposer les juifs des deux camps. Patriotes en chacun des pays belligérants, ils n'expriment pas de pensée propre sur la guerre. Ils ne se distinguent que dans les pays où ils subissent des persécutions. Néanmoins, l'antisémitisme que les unions sacrées avaient relégué au second plan revient rapidement tandis qu'en Russie, et surtout en Ukraine, la guerre civile qui annonce la révolution d'Octobre 1917 s'accompagne de pogroms. En Allemagne et dans la petite Autriche réduite à elle-même, la défaite et les convulsions qui en découlent préparent directement le nazisme. Le Parlement allemand réuni à Weimar proclame la République et celui de Vienne fait le même choix. Dans les deux nations germaniques, les juifs placent leurs espoirs en ces nouveaux régimes fondés sur la démocratie. Ils accèdent à des responsabilités politiques. Il s'en trouve, aussi, à la tête des mouvements révolutionnaires qui tentent d'établir une jonction entre la révolution russe, la révolution allemande et les insurrections qui éclatent dans l'Empire austro-hongrois. Les conséquences seront tragiques. Radicalisés par la défaite, des officiers et sous officiers forment des Corps Francs. Ils enlèvent et assassinent Rosa Luxemburg à Berlin et se chargent à Munich de liquider Kurt Eisner, président d'une éphémère République des Soviets de Bavière. Ces Corps Francs, tolérés par les dirigeants sociaux démocrates et libéraux de la République de Weimar préfigurent l'avenir. On y trouve le capitaine Rhiim, fondateur du parti nazi, Rudolf Hess, Reinard Heydrich et Martin Borman."--P. [4] of cover.
"Au début de la Grande Guerre, la nation devient une valeur supérieure aux classes sociales comme aux religions. Partout, le curé, le pasteur, le rabbin et l'iman des colonies bénissent ensemble les troupes mobilisées. Tant et si bien que la guerre va opposer les juifs des deux camps. Patriotes en chacun des pays belligérants, ils n'expriment pas de pensée propre sur la guerre. Ils ne se distinguent que dans les pays où ils subissent des persécutions. Néanmoins, l'antisémitisme que les unions sacrées avaient relégué au second plan revient rapidement tandis qu'en Russie, et surtout en Ukraine, la guerre civile qui annonce la révolution d'Octobre 1917 s'accompagne de pogroms. En Allemagne et dans la petite Autriche réduite à elle-même, la défaite et les convulsions qui en découlent préparent directement le nazisme. Le Parlement allemand réuni à Weimar proclame la République et celui de Vienne fait le même choix. Dans les deux nations germaniques, les juifs placent leurs espoirs en ces nouveaux régimes fondés sur la démocratie. Ils accèdent à des responsabilités politiques. Il s'en trouve, aussi, à la tête des mouvements révolutionnaires qui tentent d'établir une jonction entre la révolution russe, la révolution allemande et les insurrections qui éclatent dans l'Empire austro-hongrois. Les conséquences seront tragiques. Radicalisés par la défaite, des officiers et sous officiers forment des Corps Francs. Ils enlèvent et assassinent Rosa Luxemburg à Berlin et se chargent à Munich de liquider Kurt Eisner, président d'une éphémère République des Soviets de Bavière. Ces Corps Francs, tolérés par les dirigeants sociaux démocrates et libéraux de la République de Weimar préfigurent l'avenir. On y trouve le capitaine Rhiim, fondateur du parti nazi, Rudolf Hess, Reinard Heydrich et Martin Borman."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
D639 .J4 S55 2015 Unknown
Book
281 p., [16] p. of plates : ill. ; 21 cm.
  • Le coeur maléfique -- En quête -- Au front -- Ohrdruf -- Buchenwald I -- Buchenwald II -- Vers Dachau -- "Nous avons libéré le Who's Who" -- Terezin -- L'après.
"Buchenwald, Dachau, Bergen-Belsen... La découverte des camps de concentration nazis par les Alliés en avril et mai 1945 se fit au hasard de la progression des troupes. Libérer les déportés n'était pas un but de guerre et rien ou presque n'avait été prévu pour eux. Dans chaque camp où ils pénètrent, les soldats alliés découvrent les corps décharnés des survivants, les pyramides de cadavres laissés par les nazis. Correspondants de guerre, deux hommes sont parmi les premiers à entrer dans cet enfer. Le premier s'appelle Meyer Levin. Il est américain, écrivain et journaliste. Le second est un Français: Éric Schwab est photographe de l'AFP. Tous deux circulent à bord d'une Jeep aux côtés de l'armée américaine. Tous deux sont juifs. Tous deux sont animés par une quête obsédante : le premier recherche ce qui reste du monde juif, le second recherche sa mère déportée. À leurs côtés, nous vivons les premiers moments de cet événement immense dont l'onde de choc n'a cessé d'ébranler la conscience mondiale."--P. [4] of cover.
  • Le coeur maléfique -- En quête -- Au front -- Ohrdruf -- Buchenwald I -- Buchenwald II -- Vers Dachau -- "Nous avons libéré le Who's Who" -- Terezin -- L'après.
"Buchenwald, Dachau, Bergen-Belsen... La découverte des camps de concentration nazis par les Alliés en avril et mai 1945 se fit au hasard de la progression des troupes. Libérer les déportés n'était pas un but de guerre et rien ou presque n'avait été prévu pour eux. Dans chaque camp où ils pénètrent, les soldats alliés découvrent les corps décharnés des survivants, les pyramides de cadavres laissés par les nazis. Correspondants de guerre, deux hommes sont parmi les premiers à entrer dans cet enfer. Le premier s'appelle Meyer Levin. Il est américain, écrivain et journaliste. Le second est un Français: Éric Schwab est photographe de l'AFP. Tous deux circulent à bord d'une Jeep aux côtés de l'armée américaine. Tous deux sont juifs. Tous deux sont animés par une quête obsédante : le premier recherche ce qui reste du monde juif, le second recherche sa mère déportée. À leurs côtés, nous vivons les premiers moments de cet événement immense dont l'onde de choc n'a cessé d'ébranler la conscience mondiale."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
D805 .A2 W47 2015 Unavailable On order Request
Book
367 p. : ill., maps ; 24 x 31 cm
"Au cours de leurs dernières recherches sur la Shoah, Alexandre Doulut, Serge Klarsfeld et Sandrine Labeau ont exhumé près de 600 témoignages spontanés et questionnaires, remplis par les rescapés juifs dès leur retour des camps en France, d'avril à la fin de l'année 1945. Malgré leur stupéfiante valeur historique et leur crudité, ces documents n'avaient jamais été publiés. Voici réunis ici 70 de ces documents, presque un par convoi de déportation, accompagnés d'analyses historiques des auteurs : ce qui semblait évident aux rescapés en 1945 ne l'est pas forcément pour un lecteur d'aujourd'hui ; certains chiffres avancés par les rescapés doivent être parfois rectifiés. Ainsi rassemblés, ces témoignages constituent une sorte de première histoire d'Auschwitz : voilà ce que l'on pouvait savoir de la Shoah en 1945. Par ailleurs, après 10 ans de recherches dans des fonds d'archives parfois inédits, les auteurs livrent une liste mise à jour des rescapés juifs : ils sont plus de 3 300. Enfin, ce recueil veut aussi être un hommage aux derniers rescapés d'Auschwitz qui témoignent encore inlassablement aujourd'hui en France et dans le monde."--P. [4] of cover.
"Au cours de leurs dernières recherches sur la Shoah, Alexandre Doulut, Serge Klarsfeld et Sandrine Labeau ont exhumé près de 600 témoignages spontanés et questionnaires, remplis par les rescapés juifs dès leur retour des camps en France, d'avril à la fin de l'année 1945. Malgré leur stupéfiante valeur historique et leur crudité, ces documents n'avaient jamais été publiés. Voici réunis ici 70 de ces documents, presque un par convoi de déportation, accompagnés d'analyses historiques des auteurs : ce qui semblait évident aux rescapés en 1945 ne l'est pas forcément pour un lecteur d'aujourd'hui ; certains chiffres avancés par les rescapés doivent être parfois rectifiés. Ainsi rassemblés, ces témoignages constituent une sorte de première histoire d'Auschwitz : voilà ce que l'on pouvait savoir de la Shoah en 1945. Par ailleurs, après 10 ans de recherches dans des fonds d'archives parfois inédits, les auteurs livrent une liste mise à jour des rescapés juifs : ils sont plus de 3 300. Enfin, ce recueil veut aussi être un hommage aux derniers rescapés d'Auschwitz qui témoignent encore inlassablement aujourd'hui en France et dans le monde."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
D804.195 .D68 2015 F Unknown
Book
173, [1] p. ; 24 cm
  • Litàmàl kààt (preface) -- Màyègà (remerciements) -- Alphabet bàsàa (extrait de f)kbbbl nu h5p 6asaa) -- Yembi hi l5r) (Hymne national du Cameroun) -- soid -DILD DI KEL-DINÀÀ DI MDD -- Nged ni ligèdà -- Mayega inyùu likèblà ba nti weê (expression de la gratitude) -- Lîkèblà (offrande, present) -- Hônbà Ni màkidîk (patience et decisions) -- màsee, Hîun ni njoo (joie, colere) -- sùglù Ni yîgîl (ecole et enseignement) -- Iisdn, màhal, màholâ, itsaâ (travail, progres, secours et salaire) -- Yihê (prudence) -- w5rii, 1dGùy (peur, force) -- beba NI CMB (LE MAL ET LE MALFAITEUR) -- Njagi, je ni wîm (mendicité, gourmandise et avarice) -- Xi bisimbà, helha, màhêl ni bîtembee (evenement, surprise, etonnement, mensonge) -- Wèhèl (pardon) -- Lem (habitude) -- Li ènèl jàm (commander) -- Marian mâm (affaires et choses d'autrui) -- Màliga, bîtembee (verite, mensonge) -- Màmèlel ma rpcwb., (fin de propos).
"Les proverbes sont une forme de pensée, et leur maîtrise traduit également celle de l'art de la communication et du dialogue. Ce livre, entièrement rédigé en 6àsàa, suivant l'alphabet général des langues camerounaises, présente 2500 proverbes et expressions avec leur explication et le contexte de leur utilisation. Leur introduction et leur utilisation dans les discours oraux, et surtout l'assimilation des leçons positives qu'ils cachent, constituent une école de vie pour les jeunes générations en perte de repères."--P. [4] of cover.
  • Litàmàl kààt (preface) -- Màyègà (remerciements) -- Alphabet bàsàa (extrait de f)kbbbl nu h5p 6asaa) -- Yembi hi l5r) (Hymne national du Cameroun) -- soid -DILD DI KEL-DINÀÀ DI MDD -- Nged ni ligèdà -- Mayega inyùu likèblà ba nti weê (expression de la gratitude) -- Lîkèblà (offrande, present) -- Hônbà Ni màkidîk (patience et decisions) -- màsee, Hîun ni njoo (joie, colere) -- sùglù Ni yîgîl (ecole et enseignement) -- Iisdn, màhal, màholâ, itsaâ (travail, progres, secours et salaire) -- Yihê (prudence) -- w5rii, 1dGùy (peur, force) -- beba NI CMB (LE MAL ET LE MALFAITEUR) -- Njagi, je ni wîm (mendicité, gourmandise et avarice) -- Xi bisimbà, helha, màhêl ni bîtembee (evenement, surprise, etonnement, mensonge) -- Wèhèl (pardon) -- Lem (habitude) -- Li ènèl jàm (commander) -- Marian mâm (affaires et choses d'autrui) -- Màliga, bîtembee (verite, mensonge) -- Màmèlel ma rpcwb., (fin de propos).
"Les proverbes sont une forme de pensée, et leur maîtrise traduit également celle de l'art de la communication et du dialogue. Ce livre, entièrement rédigé en 6àsàa, suivant l'alphabet général des langues camerounaises, présente 2500 proverbes et expressions avec leur explication et le contexte de leur utilisation. Leur introduction et leur utilisation dans les discours oraux, et surtout l'assimilation des leçons positives qu'ils cachent, constituent une école de vie pour les jeunes générations en perte de repères."--P. [4] of cover.
SAL3 (off-campus storage)
Status of items at SAL3 (off-campus storage)
SAL3 (off-campus storage) Status
Stacks Request
PN6519 .B365 M38 2015 Available
Book
1 v. (unpaged) : chiefly ill. ; 22 cm
Special Collections
Status of items at Special Collections
Special Collections Status
Gunst Collection (non-circulating)
N7433.4 .V45 C83 2015 In-library use
Book
126 p. ; 17 cm.
Stanford University Libraries
Status of items at Stanford University Libraries
Stanford University Libraries Status
On order
(no call number) Unavailable On order Request

10. 99 nuits : roman [2015]

Book
214 p. ; 21 cm
  • Paresse -- Signes annonciateurs -- Vous avez dit illimité ? -- Rémora attitude -- Valises -- L'Évangile selon Saint-Barthes -- Toréador, prends garde ! -- Séduction (Partie Un) -- Voisins de palier -- Arithmétique de la chaussette -- Molière et Racine -- La politique du chauffeur-livreur -- Chenilles et papillons -- Le rituel de la maison C. -- Séduction (Partie Deux) -- L'esprit de l'escalier -- Liste de succession affective -- Nécropole -- Symbolique du conte de fées -- Nostalgie de l'imbécillité -- Les petits pois -- Culbutos -- T'as qu'à croire ! -- Mise au point -- Gentil monstre -- Folles dépenses -- Terres brûlées -- Tu me manques ! -- Cupidités -- Le pot au noir -- Petits et grands véhicules -- Gens Très Sérieux s'abstenir -- 99 nuits -- Space Mountain -- La bouteille de Lagavulin -- Les grandes découvertes -- Le privilège du tournebroche -- C'est la dose qui fait le poison -- Frankenstein Junior -- Écarts de langage -- Illisibles -- Lézeurléplusombr -- Pêche à la traîne -- Glop, Pas Glop... -- Démontage-remontage -- La théorie du manque caché -- Voyageurs incidents -- Le monde de Judith -- Le culte du cargo -- Le départ du mandarin -- Illusions d'optique -- Train d'enfer -- Il n'y a pas d'alternative -- Rien ne sert de courir -- Position "Tais-toi !" -- Pétage de plombs -- Années-lumière -- Compromis avec la félicité -- La vie comme un sémaphore -- La femme est une ombre -- La course infinie des étoiles jumelles -- J'arrête ! -- Toutes les histoires.
""Passez les cent prochaines nuits devant ma porte, assis sur un tabouret, et je serai à vous." C'est ainsi, dit une légende chinoise, qu'une fameuse courtisane répondit au mandarin qui lui déclarait sa flamme. Le mandarin follement épris s'exécuta stoïquement mais, au milieu de la quatre-vingt-dix-neuvième nuit, il se leva, ramassa son tabouret, le mit sous son bras et s'en alla... À la façon d'un conte moderne, 99 nuits explore les dédales d'une histoire d'amour fracassante qui voit Judith, l'aimée, partir sans parvenir à s'éloigner de plus de quelques mètres, tandis que Corso, l'homme de sa vie, se confronte, nuit après nuit, à l'énigme irritante de la fin d'une passion absolue. Dans ce premier roman, Yves Cabana entrelace un récit amoureux entêtant avec une fresque pointilliste, acide et drôle du monde actuel."--P. [4] of cover.
  • Paresse -- Signes annonciateurs -- Vous avez dit illimité ? -- Rémora attitude -- Valises -- L'Évangile selon Saint-Barthes -- Toréador, prends garde ! -- Séduction (Partie Un) -- Voisins de palier -- Arithmétique de la chaussette -- Molière et Racine -- La politique du chauffeur-livreur -- Chenilles et papillons -- Le rituel de la maison C. -- Séduction (Partie Deux) -- L'esprit de l'escalier -- Liste de succession affective -- Nécropole -- Symbolique du conte de fées -- Nostalgie de l'imbécillité -- Les petits pois -- Culbutos -- T'as qu'à croire ! -- Mise au point -- Gentil monstre -- Folles dépenses -- Terres brûlées -- Tu me manques ! -- Cupidités -- Le pot au noir -- Petits et grands véhicules -- Gens Très Sérieux s'abstenir -- 99 nuits -- Space Mountain -- La bouteille de Lagavulin -- Les grandes découvertes -- Le privilège du tournebroche -- C'est la dose qui fait le poison -- Frankenstein Junior -- Écarts de langage -- Illisibles -- Lézeurléplusombr -- Pêche à la traîne -- Glop, Pas Glop... -- Démontage-remontage -- La théorie du manque caché -- Voyageurs incidents -- Le monde de Judith -- Le culte du cargo -- Le départ du mandarin -- Illusions d'optique -- Train d'enfer -- Il n'y a pas d'alternative -- Rien ne sert de courir -- Position "Tais-toi !" -- Pétage de plombs -- Années-lumière -- Compromis avec la félicité -- La vie comme un sémaphore -- La femme est une ombre -- La course infinie des étoiles jumelles -- J'arrête ! -- Toutes les histoires.
""Passez les cent prochaines nuits devant ma porte, assis sur un tabouret, et je serai à vous." C'est ainsi, dit une légende chinoise, qu'une fameuse courtisane répondit au mandarin qui lui déclarait sa flamme. Le mandarin follement épris s'exécuta stoïquement mais, au milieu de la quatre-vingt-dix-neuvième nuit, il se leva, ramassa son tabouret, le mit sous son bras et s'en alla... À la façon d'un conte moderne, 99 nuits explore les dédales d'une histoire d'amour fracassante qui voit Judith, l'aimée, partir sans parvenir à s'éloigner de plus de quelques mètres, tandis que Corso, l'homme de sa vie, se confronte, nuit après nuit, à l'énigme irritante de la fin d'une passion absolue. Dans ce premier roman, Yves Cabana entrelace un récit amoureux entêtant avec une fresque pointilliste, acide et drôle du monde actuel."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
PQ2703 .A24 A18 2015 Unavailable At bindery Request
Video
1 streaming video file (40 min.) : digital, sound, black & white
From 1967 to 1976, Chris Marker was a member of SLON (the "Company for the Launching of New Works"), which was based on the idea that cinema should not be thought of solely in terms of commerce. 1967 was also the year an important strike broke out at Rhodiaceta, a textile plant in Besançon, France. Chris Marker and members of SLON visited the city to document the strike and the lives and attitudes of the workers. The film's most important moments are composed of conversations with workers and their wives who believe the working class is at the mercy of a system that would like them to remain powerless. And so it was that their local demands grew to questions about the larger political system.
From 1967 to 1976, Chris Marker was a member of SLON (the "Company for the Launching of New Works"), which was based on the idea that cinema should not be thought of solely in terms of commerce. 1967 was also the year an important strike broke out at Rhodiaceta, a textile plant in Besançon, France. Chris Marker and members of SLON visited the city to document the strike and the lives and attitudes of the workers. The film's most important moments are composed of conversations with workers and their wives who believe the working class is at the mercy of a system that would like them to remain powerless. And so it was that their local demands grew to questions about the larger political system.
Book
170, [32] p. of plates : col. ill. ; 24 cm.
  • Préface / Anne Raulin -- "i Ehrlich intendente ! Sabés que se puede" : les écritures corporatistes -- Les brigades et la pintada -- Stratégies discursives -- Forme brève, impacts du slogan -- Les sujets de la pintada -- Proximités et connivences -- Approches esthétiques de la pintada -- Exercices de style -- Graphisme et aspects visuels de la pintada -- Paradoxes de la réception -- Construire des identités politiques -- La guerre des murs -- Un rituel d'affrontement -- Prise de risque et jeux d'intimidation : les rapports à la violence -- Construction du "bon" militant -- La pintada comme "travail politique" -- Le don de soi ? -- "La patria me chupa un güevo" traces subjectives du politique -- Trente ans d'esthétiques rebelles -- "Sea conservador, vote tuppenvare" : la leyenda, un graffiti indiscipliné -- Les auteurs fugaces du graffiti -- Politiques de l'ironie -- La mise à distance -- Une "culture" du graffiti -- Du stencil à l'art urbain -- L'émergence d'une pratique -- Détournements, réappropriations montévidéennes -- Le collectif Mita'i eallepegua -- La rue et le musée -- "20 alios resistiendo i cuânto falta para nihil ?", les murs amers de Montevideo -- Une sensibilité montévidéenne -- Redessiner les frontières -- La ville triste -- "i Ouién te protege de la poilera?", signes d'un engagement renouvelé -- Le graffiti politique -- Nouvelles formes de militantisme -- Des sujets politiques -- Pas tout à fait une pintade. -- ... ni tout à fait une leyenda -- Les politiques du graffiti -- Au coeur de la mobilisation -- Effets de territorialisation.
"L'ouvrage propose un parcours centré sur les murs de Montevideo (Uruguay), un regard ethnologique et sémiologique sur différents genres d'inscriptions et leur pratique : les pintadas des brigades de partis politiques ; les graffitis, murales, pochoirs et autres formes de street art de la jeune génération. Directement ou indirectement politiques, ces expressions graphiques sont le reflet de différentes manières de s'engager et de formuler cet engagement ; elles sont issues d'une tradition structurée, instituée comme un rite d'affrontement entre partis, ou sont encore les traces d'une jeunesse née dans le désenchantement de la post-dictature. Ces "jeunes" prennent le politique de biais, sur le mode de l'ironie et de la dérision, ou bien de front, exprimant l'émergence de nouvelles formes de militantisme. L'ensemble de ces inscriptions, les imaginaires et les systèmes symboliques qu'elles exposent, permettent de cerner des cultures politiques cohabitant à Montevideo, dans le cadre du premier gouvernement du Frente Amplio (2005-2009), mais aussi dans une histoire plus longue et plus globale. Les inscriptions aspirent à créer l'identification ou la connivence des citoyens-citadins, en usant de rhétoriques informelles, callejeras. Plus efficaces symboliquement que politiquement, ces pratiques renvoient à ce que le politique recèle de plus éprouvé et de plus subjectif, elles sont le lieu où l'individu peut réécrire le monde, se situant en son sein et dans des cadres d'expériences partagées. Sans cesse resémantisée, on voit évoluer une ville politique où certains pans de la démocratie se jouent dans la rue."--P. [4] of cover.
  • Préface / Anne Raulin -- "i Ehrlich intendente ! Sabés que se puede" : les écritures corporatistes -- Les brigades et la pintada -- Stratégies discursives -- Forme brève, impacts du slogan -- Les sujets de la pintada -- Proximités et connivences -- Approches esthétiques de la pintada -- Exercices de style -- Graphisme et aspects visuels de la pintada -- Paradoxes de la réception -- Construire des identités politiques -- La guerre des murs -- Un rituel d'affrontement -- Prise de risque et jeux d'intimidation : les rapports à la violence -- Construction du "bon" militant -- La pintada comme "travail politique" -- Le don de soi ? -- "La patria me chupa un güevo" traces subjectives du politique -- Trente ans d'esthétiques rebelles -- "Sea conservador, vote tuppenvare" : la leyenda, un graffiti indiscipliné -- Les auteurs fugaces du graffiti -- Politiques de l'ironie -- La mise à distance -- Une "culture" du graffiti -- Du stencil à l'art urbain -- L'émergence d'une pratique -- Détournements, réappropriations montévidéennes -- Le collectif Mita'i eallepegua -- La rue et le musée -- "20 alios resistiendo i cuânto falta para nihil ?", les murs amers de Montevideo -- Une sensibilité montévidéenne -- Redessiner les frontières -- La ville triste -- "i Ouién te protege de la poilera?", signes d'un engagement renouvelé -- Le graffiti politique -- Nouvelles formes de militantisme -- Des sujets politiques -- Pas tout à fait une pintade. -- ... ni tout à fait une leyenda -- Les politiques du graffiti -- Au coeur de la mobilisation -- Effets de territorialisation.
"L'ouvrage propose un parcours centré sur les murs de Montevideo (Uruguay), un regard ethnologique et sémiologique sur différents genres d'inscriptions et leur pratique : les pintadas des brigades de partis politiques ; les graffitis, murales, pochoirs et autres formes de street art de la jeune génération. Directement ou indirectement politiques, ces expressions graphiques sont le reflet de différentes manières de s'engager et de formuler cet engagement ; elles sont issues d'une tradition structurée, instituée comme un rite d'affrontement entre partis, ou sont encore les traces d'une jeunesse née dans le désenchantement de la post-dictature. Ces "jeunes" prennent le politique de biais, sur le mode de l'ironie et de la dérision, ou bien de front, exprimant l'émergence de nouvelles formes de militantisme. L'ensemble de ces inscriptions, les imaginaires et les systèmes symboliques qu'elles exposent, permettent de cerner des cultures politiques cohabitant à Montevideo, dans le cadre du premier gouvernement du Frente Amplio (2005-2009), mais aussi dans une histoire plus longue et plus globale. Les inscriptions aspirent à créer l'identification ou la connivence des citoyens-citadins, en usant de rhétoriques informelles, callejeras. Plus efficaces symboliquement que politiquement, ces pratiques renvoient à ce que le politique recèle de plus éprouvé et de plus subjectif, elles sont le lieu où l'individu peut réécrire le monde, se situant en son sein et dans des cadres d'expériences partagées. Sans cesse resémantisée, on voit évoluer une ville politique où certains pans de la démocratie se jouent dans la rue."--P. [4] of cover.
SAL3 (off-campus storage)
Status of items at SAL3 (off-campus storage)
SAL3 (off-campus storage) Status
Stacks Request
GT3913.4 .M66 E67 2015 Available

13. À la cyprine [2015]

Book
96 p. ; 19 cm
"Le moindre vent nous décoiffe, le plus petit cri nous fait sursauter, l'acidité nous fait grimacer, l'aigre émeut nos sinus, la douceur nous appelle et nous écoeure, le sel relève les saveurs des aliments, le poivre révèle l'amertume de l'orange, la nuit attend le jour et les années s'étirent, le châtaignier doit revivre, le coeur active le sang. Mais, sans la cyprine, point de bonheur en ce monde, ni d'appétit."--P. [4] of cover.
"Le moindre vent nous décoiffe, le plus petit cri nous fait sursauter, l'acidité nous fait grimacer, l'aigre émeut nos sinus, la douceur nous appelle et nous écoeure, le sel relève les saveurs des aliments, le poivre révèle l'amertume de l'orange, la nuit attend le jour et les années s'étirent, le châtaignier doit revivre, le coeur active le sang. Mais, sans la cyprine, point de bonheur en ce monde, ni d'appétit."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
PQ2679 .A948 A64 2015 Unavailable At bindery Request
Book
155 p. ; 22 cm.
  • L'identité -- L'identité notion clé dans l'oeuvre de Frédérick Tristan -- Question cruciale: "Qui suis-je ?" -- Le nom, étiquette, masque, ennemi -- La motivation du nom -- Le nom masque (le pseudonyme) -- Le nom ennemi (le patronyme) -- La prédestination des héros -- L'initiation -- L'initiation à trois temps -- La Geste serpentine l'initiation orientale -- Les Tribulations héroïques de Balthasar Kober l'initiation picaresque -- Le Fils de Babel l'initiation pathologique -- Stéphanie Phanistée l'initiation multiple -- L'Aube du dernier jour l'initiation apocalyptique -- Les Égarés ? l'initiation spéculaire -- L'inversion du héros -- L'oubli et l'anamnesis -- Le rôle du double -- La révolte -- La naissance d'un héros mythique- -- Les mythes actuels -- L'oeuvre de Frédérick Tristan et la franc-maçonnerie -- L'identité universelle -- L'identité retrouvée ?
"Ici et ailleurs, dedans et dehors, le haut et le bas, le ciel et l'enfer, les ténèbres et la lumière, l'illusion et la réalité, le rêve et la veille, le visible et l'invisible, la vie et la mort, le bien et le mal, oui et non, "je" et "l'autre"... sont les pôles entre lesquels ne cessent pas d'osciller les héros de Frédérick Tristan en cherchant à trouver la sortie du labyrinthe du monde. Nous allons nous lancer sur les traces de ces héros, toujours en voyage, pour les accompagner dans leur quête des réponses aux questions fondamentales sur leur existence, leur rôle et leur place dans le monde. Nous allons nous plonger dans l'univers des héros tristaniens dont l'identité nous échappe sans cesse... car chez Frédérick Tristan, il s'agit toujours d'une identité au pluriel."--P. [4] of cover.
  • L'identité -- L'identité notion clé dans l'oeuvre de Frédérick Tristan -- Question cruciale: "Qui suis-je ?" -- Le nom, étiquette, masque, ennemi -- La motivation du nom -- Le nom masque (le pseudonyme) -- Le nom ennemi (le patronyme) -- La prédestination des héros -- L'initiation -- L'initiation à trois temps -- La Geste serpentine l'initiation orientale -- Les Tribulations héroïques de Balthasar Kober l'initiation picaresque -- Le Fils de Babel l'initiation pathologique -- Stéphanie Phanistée l'initiation multiple -- L'Aube du dernier jour l'initiation apocalyptique -- Les Égarés ? l'initiation spéculaire -- L'inversion du héros -- L'oubli et l'anamnesis -- Le rôle du double -- La révolte -- La naissance d'un héros mythique- -- Les mythes actuels -- L'oeuvre de Frédérick Tristan et la franc-maçonnerie -- L'identité universelle -- L'identité retrouvée ?
"Ici et ailleurs, dedans et dehors, le haut et le bas, le ciel et l'enfer, les ténèbres et la lumière, l'illusion et la réalité, le rêve et la veille, le visible et l'invisible, la vie et la mort, le bien et le mal, oui et non, "je" et "l'autre"... sont les pôles entre lesquels ne cessent pas d'osciller les héros de Frédérick Tristan en cherchant à trouver la sortie du labyrinthe du monde. Nous allons nous lancer sur les traces de ces héros, toujours en voyage, pour les accompagner dans leur quête des réponses aux questions fondamentales sur leur existence, leur rôle et leur place dans le monde. Nous allons nous plonger dans l'univers des héros tristaniens dont l'identité nous échappe sans cesse... car chez Frédérick Tristan, il s'agit toujours d'une identité au pluriel."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
PQ2639 .R572 Z67 2015 Unavailable On order Request
Book
59 p. ; 20 cm.
"Faut-il accepter comme une loi de la raison que le réel exige en toutes circonstances une soumission plutôt qu'une invention ? Le réel est toujours ce qui se découvre au prix que le semblant qui nous subjugue soit arraché. Aujourd'hui, nous devons être convaincus qu'en dépit des deuils que la pensée nous impose, chercher ce qu'il y a de réel dans le réel peut être, est, une passion joyeuse."--P. [4] of cover.
"Faut-il accepter comme une loi de la raison que le réel exige en toutes circonstances une soumission plutôt qu'une invention ? Le réel est toujours ce qui se découvre au prix que le semblant qui nous subjugue soit arraché. Aujourd'hui, nous devons être convaincus qu'en dépit des deuils que la pensée nous impose, chercher ce qu'il y a de réel dans le réel peut être, est, une passion joyeuse."--P. [4] of cover.
Green Library
Status of items at Green Library
Green Library Status
Stacks Find it
BD331 .A135 2015 Unavailable At bindery Request
Book
479 p. ; 24 cm.
"Les lettrés du Moyen Âge ont trouvé dans le commentaire de Servius à Virgile une ample matière mythographique et une méthode de lecture active, pouvant nourrir l'interprétation des poètes antiques et l'invention de nouvelles fictions. Jusqu'à la fin de la Renaissance les éditions de l'Énéide n'étaient pas séparées de ces gloses, dont nous publions ici le premier livre, traduit intégralement pour la première fois en français. Plutôt que d'isoler ce qui relèverait plus spécifiquement de la mythographie, nous avons voulu permettre au lecteur d'aujourd'hui, peu familiarisé avec les anciens grammairiens, d'en apprécier la foisonnante multiplicité d'approches. Expliquer la complexité des formules poétiques, comme le fait Servius, n'est pas seulement faire oeuvre d'éducateur, c'est un geste herméneutique qui révèle la richesse polysémique des mythes et des fictions. Les anciens qui apprenaient à lire dans Virgile trouvaient dans les mythes une initiation à toutes les sciences, et leur pratique de l'interprétation était assez ouverte pour laisser libre cours à l'imagination. C'est le poète à l'oeuvre que révèle la lecture de Servius, dans sa manière de donner sens aux choses par les mots. L'ensemble des gloses antiques et médiévales transmises depuis le Ier siècle sous le nom de Servius fait partie du patrimoine culturel européen, pour avoir exercé des générations de lecteurs à relier culture lettrée, connaissance de la nature et sciences de l'homme."--P. [4] of cover.
"Les lettrés du Moyen Âge ont trouvé dans le commentaire de Servius à Virgile une ample matière mythographique et une méthode de lecture active, pouvant nourrir l'interprétation des poètes antiques et l'invention de nouvelles fictions. Jusqu'à la fin de la Renaissance les éditions de l'Énéide n'étaient pas séparées de ces gloses, dont nous publions ici le premier livre, traduit intégralement pour la première fois en français. Plutôt que d'isoler ce qui relèverait plus spécifiquement de la mythographie, nous avons voulu permettre au lecteur d'aujourd'hui, peu familiarisé avec les anciens grammairiens, d'en apprécier la foisonnante multiplicité d'approches. Expliquer la complexité des formules poétiques, comme le fait Servius, n'est pas seulement faire oeuvre d'éducateur, c'est un geste herméneutique qui révèle la richesse polysémique des mythes et des fictions. Les anciens qui apprenaient à lire dans Virgile trouvaient dans les mythes une initiation à toutes les sciences, et leur pratique de l'interprétation était assez ouverte pour laisser libre cours à l'imagination. C'est le poète à l'oeuvre que révèle la lecture de Servius, dans sa manière de donner sens aux choses par les mots. L'ensemble des gloses antiques et médiévales transmises depuis le Ier siècle sous le nom de Servius fait partie du patrimoine culturel européen, pour avoir exercé des générations de lecteurs à relier culture lettrée, connaissance de la nature et sciences de l'homme."--P. [4] of cover.
SAL3 (off-campus storage)
Status of items at SAL3 (off-campus storage)
SAL3 (off-campus storage) Status
Stacks Request
PA6823 .S5 2015 Available
Book
295 p. ; 24 cm.
SAL3 (off-campus storage)
Status of items at SAL3 (off-campus storage)
SAL3 (off-campus storage) Status
In process Request
PA4152 .G7 A63 2015 Available
Book
161 p. ; 22 cm
SAL3 (off-campus storage)
Status of items at SAL3 (off-campus storage)
SAL3 (off-campus storage) Status
Stacks Request
PQ3919.2 .L19 A62 2015 Available
Book
61 p. ; 23 cm
SAL3 (off-campus storage)
Status of items at SAL3 (off-campus storage)
SAL3 (off-campus storage) Status
In process Request
PQ2676 .E64 A62 2015 Available
Book
xxviii, 219 p. : ill., maps ; 22 cm.
  • Introduction / Antoine Champeaux -- Une carrière exemplaire -- Écrivain et photographe -- Témoin de son temps -- Au-delà des clichés -- Note technique et remerciements -- Bibliographie sélective -- A travers l'Afrique -- Prologue : La mort d'un héros -- Le Sénégal : Sur le fleuve, de Saint-Louis à Kayes -- Au Soudan : Les préludes de la colonne de 91-92 -- De Kayes à Nioro - La fièvre jaune -- De Nioro à Kita - La peste bovine -- Quelques notes sur la colonne 91-92 contre Samory -- La fin de la saison sèche à Nioro -- Les femmes noires et l'amour -- L'honneur des noirs -- À la Côte d'Ivoire -- La forêt vierge -- Le Baoulé -- Tankary Taraoré -- Au Bahr-el-Ghazal : Du Bahr-el-Ghazal au Nil -- Quelques indications sur la géographie et l'histoire du Bahr-el-Ghazal -- En route vers le marais -- Le Marais -- Epilogue : Le Sphinx.
"Le général Albert Baratier (1864-1917) est un personnage paradoxal dont les écrits qui ont connu un grand succès méritent assurément aujourd'hui d'être à nouveau publiés et relus. Officier de cavalerie dans l'armée d'Afrique et dans l'armée métropolitaine, il est l'un des acteurs majeurs des grandes missions militaires confiées aux troupes coloniales en Afrique noire, en particulier celle du commandant Marchand, "de l'Atlantique à la mer Rouge" (1896-1899) ; homme de son temps et prisonnier des préjugés de son époque, il est également un précurseur qui échappe aux clichés réducteurs ; enfin, soldat au destin brutalement interrompu par la mort dans une tranchée pendant la Grande Guerre, il a laissé une oeuvre photographique et de littérature historique qui l'a fait passer à la postérité. Il est à juste titre considéré comme l'un des grands témoins de la constitution de l'empire colonial français et comme l'une des grandes plumes de la littérature militaire."--P. [4] of cover.
  • Introduction / Antoine Champeaux -- Une carrière exemplaire -- Écrivain et photographe -- Témoin de son temps -- Au-delà des clichés -- Note technique et remerciements -- Bibliographie sélective -- A travers l'Afrique -- Prologue : La mort d'un héros -- Le Sénégal : Sur le fleuve, de Saint-Louis à Kayes -- Au Soudan : Les préludes de la colonne de 91-92 -- De Kayes à Nioro - La fièvre jaune -- De Nioro à Kita - La peste bovine -- Quelques notes sur la colonne 91-92 contre Samory -- La fin de la saison sèche à Nioro -- Les femmes noires et l'amour -- L'honneur des noirs -- À la Côte d'Ivoire -- La forêt vierge -- Le Baoulé -- Tankary Taraoré -- Au Bahr-el-Ghazal : Du Bahr-el-Ghazal au Nil -- Quelques indications sur la géographie et l'histoire du Bahr-el-Ghazal -- En route vers le marais -- Le Marais -- Epilogue : Le Sphinx.
"Le général Albert Baratier (1864-1917) est un personnage paradoxal dont les écrits qui ont connu un grand succès méritent assurément aujourd'hui d'être à nouveau publiés et relus. Officier de cavalerie dans l'armée d'Afrique et dans l'armée métropolitaine, il est l'un des acteurs majeurs des grandes missions militaires confiées aux troupes coloniales en Afrique noire, en particulier celle du commandant Marchand, "de l'Atlantique à la mer Rouge" (1896-1899) ; homme de son temps et prisonnier des préjugés de son époque, il est également un précurseur qui échappe aux clichés réducteurs ; enfin, soldat au destin brutalement interrompu par la mort dans une tranchée pendant la Grande Guerre, il a laissé une oeuvre photographique et de littérature historique qui l'a fait passer à la postérité. Il est à juste titre considéré comme l'un des grands témoins de la constitution de l'empire colonial français et comme l'une des grandes plumes de la littérature militaire."--P. [4] of cover.
SAL3 (off-campus storage)
Status of items at SAL3 (off-campus storage)
SAL3 (off-campus storage) Status
Stacks Request
DT532.5 .B37 2015 Available